Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

37e division d'infanterie (France)

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir 37e division.

37e division d’infanterie
Pays Drapeau de la France France
Branche Armée de Terre
Type Division d’infanterie
Rôle Infanterie
Guerres Première Guerre mondiale
Batailles 1914 - Bataille de Charleroi
1914 - Bataille de Guise
1914 - Bataille de la Marne
(Bataille des Deux Morins)
1914 - 1re Bataille de l'Aisne
1915 - 2e Bataille de Champagne
1916 - Bataille de Verdun
1917 - Bataille du Chemin des Dames
1918 - 3e bataille de Picardie

La 37e division d'infanterie est une division d'infanterie de l'armée de terre française qui a participé à la Première Guerre mondiale.

Sommaire

Les chefs de la 37e division d'infanterieModifier

  • 1er juillet 1914 : général Comby
  • 9 janvier 1915 : général Deshayes de Bonneval
  • 26 février - 29 octobre 1916 : général Niessel
  • 29 octobre 1916 - 6 juin 1918 : général Garnier-Duplessix
  • 6 juin 1918 - 28 mars 1919 : général Simon
  • 1922 : général Demetz
  • 9 juillet 1923 - 19 juin 1924 : général Vidalon
  • .
  • : général Constantine

Première Guerre mondialeModifier

CompositionModifier

Mobilisée dans la 19e Région, à Arles.

  • Infanterie :
Régiment de Marche du 2e Tirailleurs d'août à septembre 1914, qui devient 1er Régiment de Marche de Tirailleurs
Régiment de Marche du 3e Tirailleurs d'août à septembre 1914, qui devient 2e Régiment de Marche de Tirailleurs
Régiment de Marche du 5e Tirailleurs d'août à septembre 1914, qui devient 1er Régiment de Marche de Tirailleurs
Régiment de Marche du 6e Tirailleurs d'août à septembre 1914, qui devient 1er Régiment de Marche de Tirailleurs
Régiment de Marche du 7e Tirailleurs d'août à septembre 1914, qui devient 2e Régiment de Marche de Tirailleurs
1er Régiment de Marche de Tirailleurs de septembre 1914 à avril 1915, qui devient 2e Régiment de Tirailleurs de Marche
2e Régiment de Tirailleurs de Marche de septembre 1914 à avril 1915, qui devient 3e Régiment de Tirailleurs de Marche
3e Régiment de Tirailleurs de Marche d'avril 1915 à juillet 1918
Régiment de Marche du 2e Zouaves d'août 1914 à mars 1915, qui devient 2e Régiment de Zouaves de Marche
Régiment de Marche du 3e Zouaves d'août 1914 à mars 1915, qui devient 3e Régiment de Zouaves de Marche
2e Régiment de Zouaves de Marche de mars 1915 à novembre 1918
3e Régiment de Zouaves de Marche de mars 1915 à novembre 1918
38e Régiment d'Infanterie Territoriale de juillet 1917 à novembre 1918

Composition fin septembre 1914Modifier

  • 73e brigade
2e régiment de marche de tirailleurs
2e régiment de marche de zouaves
  • 74e brigade
3e régiment de marche de tirailleurs
3e régiment de marche de zouaves
  • 3e brigade du Maroc
Régiment de marche de Zouaves
2e régiment de marche de Zouaves et Tirailleurs

Composition fin avril 1915Modifier

  • 73e brigade
2e régiment de marche de tirailleurs
2e régiment de marche de zouaves
  • 74e brigade
3e régiment de marche de tirailleurs
3e régiment de marche de zouaves

Composition été 1918Modifier

2e régiment de marche de tirailleurs
2e régiment de marche de zouaves
3e régiment de marche de zouaves

HistoriqueModifier

1914Modifier

22 - 23 août : engagée dans la Bataille de Charleroi : combats de Fosse et Mettet.
29 août : engagée dans la Bataille de Guise, puis poursuite du repli vers le sud, par Laon, Fismes et Verneuil[1].
6 - 9 septembre : bataille des Deux Morins : combats vers Courgivaux et sur le Petit Morin. À partir du 9 septembre, transport par V.F. à Louvres, puis mouvement sur Verberie. À partir du 12 septembre, poursuite par la région de Compiègne.
18 septembre : léger repli sur la position Bailly, Tracy-le-Val.
20 septembre : attaque allemande sur Tracy-le-Val[3]. Puis stabilisation progressive du front dans la région de l'Oise, le sud de la ferme Quennevières.
30 - 31 octobre : attaques françaises et prise de la ferme Quennevières.
12 novembre : attaques françaises sur le cimetière de Tracy-le-Val.
17 novembre : violentes contre-attaques allemandes sur Tracy-le-val et le bois Saint-Mard.
21 et 25 décembre : attaques françaises au nord-est du bois Saint-Mard. À partir de mars 1915, guerre de mines.
6 et 16 juin 1915 : éléments engagés à la ferme Quennevières.

1915Modifier

  • 20 juin - 9 juillet : mouvement de rocade[4], puis, à partir du 28, occupation d'un secteur vers la ferme Quennevières et Moulin-sous-Touvent.
  • 9 juillet - 9 août : retrait du front et mouvement vers Pierrefonds : repos et travaux.
  • 9 - 30 août : transport par V.F. dans la région de Vadenay, puis, à partir du 17 août, travaux vers Saint-Hilaire-le-Grand.
  • 30 août - 2 octobre : occupation d'un secteur au nord-est de Saint-Hilaire-le-Grand. Engagée du 25 septembre au 6 octobre dans la seconde bataille de Champagne : Combats vers l'Epine de Vedegrange ; enlèvement de la 1re position allemande.
  • 2 octobre 1915 - 6 janvier 1916 : retrait du front et repos vers Vraux. À partir du 9 octobre, transport par V.F., de la région de Châlons-sur-Marne, au sud-ouest de Bergues ; repos et instruction.

1916Modifier

  • 6 janvier - 12 février : transport par V.F. dans la région de Bar-le-Duc, Saint-Dizier : repos. Puis transport par V.F. au camp Mailly : instruction.
  • 12 - 26 février : transport par V.F. dans la région de Bar-le-Duc, puis, par camions, dans celle de Verdun. Engagée, à partir du 22 février, dans la Bataille de Verdun, vers Louvemont, la côte de Talou et la côte du Poivre.
  • 26 février - 13 avril : retrait du front et repos vers Rosnes.
8 mars : mouvement vers Neufchâteau : repos.
26 mars : mouvement vers le camp de Saffais, instruction. À partir du 10 avril, transport par V.F., dans la région de Vavincourt.
  • 13 avril - 5 juillet : mouvement vers Vaubécourt. À partir du 16 avril, engagée à nouveau dans la Bataille de Verdun, vers Avocourt et le bois Carré.
  • 5 - 12 juillet : retrait du front (éléments laissés en secteur jusqu'au 10 juillet) ; transport par V.F. dans la région de Stainville : repos.
  • 12 - 29 juillet : transport par camions à Verdun. Engagée pour la troisième fois, dans la Bataille de Verdun, vers le fort de Souville : 15, 16 et 17 juillet, attaques françaises sur Fleury-devant-Douaumont.
  • 29 juillet - 12 août : retrait du front ; transport par camions dans la région de Revigny ; repos.
  • 12 août - 27 septembre : transport par V.F. vers Frouard et occupation d'un secteur entre Pont-à-Mousson et Armaucourt.
  • 27 septembre - 30 octobre : retrait du front, et, à partir du 2 octobre, transport par V.F. vers Bar-le-Duc : repos.
  • 30 octobre - 23 novembre : mouvement vers le nord ; occupation d'un secteur vers le village et le fort de Douaumont.
  • 23 novembre - 11 décembre : retrait du front et repos vers saint-Dizier.
  • 11 - 20 décembre : transport par camions à Verdun. À partir du 14, occupation d'un secteur vers le village et le fort de Douaumont. Engagée, le 15 décembre, dans la 1re Bataille Offensive de Verdun : prise de la lisière sud du bois le Chaume et du bois des Caurières. Puis, occupation et organisation des positions conquises, vers la ferme des Chambrettes et Bezonvaux.
  • 20 décembre 1916 - 7 janvier 1917 : retrait du front et repos vers Wassy.

1917Modifier

  • 7 - 28 janvier : mouvement vers Mailly-le-Camp ; puis instruction au camp.
  • 28 janvier - 14 février : mouvement sur Plancy, puis sur Méry-sur-Seine, Pleurs et Pierry.
  • 14 février-1er avril : occupation d'un secteur vers les Cavaliers de Courcy et les abords est de Reims[5], réduit à gauche, le 13 mars, jusque vers Bétheny.
  • 1er - 8 avril : retrait du front : repos vers Thillois.
  • 8 - 22 avril : occupation d'un secteur vers la Neuville et le nord du Godat. Engagée, à partir du 16 avril, dans la 2e Bataille de l'Aisne : du 16 au 19, attaque sur le mont Spin, progression vers le bois de Séchamp, puis, organisation des positions conquises.
  • 22 avril - 14 mai : retrait du front ; mouvement vers Damery. Puis, le 29 avril, transport par V.F. d'Epernay à Blainville-sur-l’Eau ; repos et instruction vers Bayon.
  • 14 - 22 mai : travaux à Saint-Nicolas-du-Port.
  • 22 mai - 8 août : occupation d'un secteur dans la région Moncel, le Sânon.
  • 8 - 14 août : retrait du front : repos et instruction vers Toul.
  • 14 août - 4 septembre : transport par V.F., de la région de Toul, dans celle d'Epernay et de Dormans ; puis mouvement vers Damery et instruction au camp de Ville-en-Tardenois.
  • 4 septembre - 1er octobre : transport par camions vers Châlons-sur-Marne ; repos.
11 septembre : mouvement vers Bar-le-Duc ; repos.
  • 1er - 21 octobre : occupation d'un secteur vers Damloup et le bois des Caurières.
  • 21 octobre - 21 novembre : retrait du front ; repos vers Combles[6].
  • 21 novembre - 6 décembre : mouvement vers le front et occupation d'un secteur vers la cote 344 et la ferme Mormont : le 25 novembre, attaque française dans cette région (2e Bataille Offensive de Verdun (combat de Bezonvaux)).
  • 6 - 15 décembre : retrait du front, transport par V.F. vers Bar-sur-Aube : repos.
  • 15 décembre 1917 - 28 janvier 1918 : mouvement par étapes vers Darney ; repos. À partir du 22 janvier 1918, mouvement par étapes vers Nancy, puis vers Custines.

1918Modifier

RattachementsModifier

  • Affectation organique :
Mobilisation : Isolée
octobre 1914 : 6e Groupe de Divisions de Réserve
décembre 1914 : 35e Corps d'Armée
août 1915 : 7e Corps d'Armée
juillet 1916 : Isolée
8 – 26 mars 1916
15 avril - 24 août 1918
14 septembre - 11 novembre 1918
26 février - 8 mars 1916
11 septembre - 15 décembre 1917
6 janvier - 2 février 1916
12 février 1916
10 avril - 12 août 1916
2 octobre 1916 - 7 janvier 1917
11 - 15 avril 1918
24 août - 14 septembre 1918
9 août – 10 octobre 1915
2 - 12 février 1916
7 janvier - 1er février 1917
5 - 11 septembre 1917
13 août - 9 septembre 1914
7 - 9 août 1915
1erfévrier – 29 avril 1917
15 août - 5 septembre 1917
9 septembre 1914 - 7 août 1915
29 avril – 15 août 1917
15 décembre 1917 - 11 avril 1918
10 octobre 1915 - 6 janvier 1916
13 - 26 février 1916

L'Entre-deux-guerresModifier

Seconde Guerre mondialeModifier

L'après Seconde Guerre mondialeModifier

Notes et référencesModifier

  1. La 74e brigade est à la disposition du 4e G.D.R. du 31 août au 2 septembre 1914, puis aux ordres de la 69e D.I. pour la journée du 3 septembre.
  2. La 16e brigade de la 8e D.I., combat, du 15 au 20 septembre 1914, avec la 37e D.I., vers Cuts et Carlepont. Le 18, elle est à la disposition du 6e G.D.R.
  3. La 3e brigade marocaine est, à partir du , placée sous les ordres de la 37e D.I., et prend part avec elle aux opérations autour de Tracy-le-Val. Cette brigade est retirée du front le 14 avril 1915, pour entrer dans la constitution de la 153e D.I.
    Les 17 et 18 septembre, la 51e brigade (26e D.I.) est à la disposition de la 37e D.I.
    Le 17 septembre, une brigade de spahis est également mise à la disposition de la 37e D.I
  4. Du 14 au 27 juin 1915, la partie gauche du secteur de la 121e D.I. (ferme Touvent) est tenue par des éléments de la 37e et 61e D.I.
  5. Du 16 février au 30 mars 1917, une brigade de la 37e D.I. occupe le secteur ferme des Marquises, abord est de Reims, sous le commandement du général commandant la 89e D.T.
  6. Du 21 octobre au 7 novembre 1917, la 74e brigade reste en secteur avec le 2e C.A.C.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier