Heinrich Parler l'Aîné

architecte allemand du XIVe siècle

Heinrich Parler l'Aîné, né entre 1300 et 1310 et mort en 1370, probablement à Schwäbisch Gmünd, dit aussi Heinrich von Gemünd der Ältere, Arler, Parlerius ou Parlerz, est un architecte allemand bâtisseur d'églises gothiques. Il appartient à la famille Parler.

BiographieModifier

 
Vue sud-ouest de la nef de la cathédrale de la Sainte-Croix à Schwäbisch Gmünd.

Heinrich est vraisemblablement originaire de Cologne, où il était probablement Parlier à la cathédrale. Il est d'ailleurs possible qu'il soit le fils du maître d'œuvre Johannes de Cologne ou de son frère et successeur Rutger[1]. Il construit la première grande église-halle dans le sud de l'Allemagne, la collégiale de Sainte-Croix à Schwäbisch Gmünd. Il est responsable du chantier entre 1325 et 1330 ; il modifie le plan de construction du bâtiment commencé en 1315. La construction du chœur commence en 1351, où le style gothique est déjà visible. Il travaille aussi à Cologne, forme son fils Peter Parler et travaille avec lui à Cologne et à Gmünd. Il ne verra pas l'inauguration de la cathédrale Sainte-Croix qui n'aura lieu qu'en 1410.

Il est possiblement l'auteur du chœur de l'Église Notre-Dame de Nuremberg et du chœur de la Cathédrale de la Visitation d'Augsbourg..

Heinrich Parler est peut-être le frère du contremaître Peter von Reutlingen, qui a probablement construit la Marienkirche et la Nikolaikirche (de) à Reutlingen. Cela aurait pu donner le nom à l'un des fils de Heinrich, Peter Parler, l'un des plus grands architectes de la période gothique tardive. Le fils aîné de Heinrich est Johann Parler l'Aîné, maître d'œuvre à l'abbaye de Zwettl et à la cathédrale de Bâle[2].

BibliographieModifier

  • (de) Alfred Klemm, « Parler », dans Allgemeine Deutsche Biographie (ADB), vol. 25, Leipzig, Duncker & Humblot, , p. 177-182
  • Gerhard Schmidt: Peter Parler und Heinrich IV. Parler als Bildhauer. In: Wiener Jahrbuch für Kunstgeschichte. 23, 1970, S. 108–153.
  • Resultatband zur Ausstellung des Schnütgen-Museums in der Kunsthalle Köln. 1980.
  • Joseph Lange: Die Quirinusskulptur von Heinrich Parler am Petersportal des Kölner Domes. In: Neusser Jahrbuch für Kunst, Kulturgeschichte und Heimatkunde. 1980, S. 31–36.
  • Anton Legner: Die Kölner Parlerbüste. Botanik und Petrographie. Resultatband zur Ausstellung des Schnütgen-Museums in der Kunsthalle Köln. 1980, S. 31–32.
  • Ivo Hlobil: Heinrich IV. Parler und der Parlier Henrich. Die Rechnungsbücher des Veitsdoms in Prag beziehen sich auf den Parlier Heinrich, nicht auf Heinrich Parler. In: Umení. 45, 1997, S. 141–152.
  • (de) Barbara Schock-Werner, « Parler, Heinrich », dans Neue Deutsche Biographie (NDB), vol. 20, Berlin 2001, Duncker & Humblot, p. 70–71 (original numérisé).
  • Marc Carel Schurr: Von Meister Gerhard zu Heinrich Parler. Gedanken zur architekturgeschichtlichen Stellung des Kölner Domchores. In: Kölner Domblatt. 68, 2003, S. 107–146.
  • Parlerbauten. Landesdenkmalamt Baden-Württemberg. Red.: Richard Strobel und Annette Siefert., Stuttgart 2004, (ISBN 3-8062-1882-X).
  • Parlerbauten Architektur, Skulptur, Restaurierung ; Internationales Parler-Symposium Schwäbisch Gmünd, 17. – 19. Juli 2001. Theiss, Stuttgart 2004, (ISBN 3-8062-1882-X).
  • Marc Carel Schurr: Heinrich und Peter Parler am Heiligkreuzmünster in Schwäbisch Gmünd. Parlerbauten. Landesdenkmalamt Baden-Württemberg. Red.: Richard Strobel und Annette Siefert, Stuttgart 2004, (ISBN 3-8062-1882-X), S. 29–38.
  • Assaf Pinkus: The Parler School of Southwestern Germany. A reconsideration of fourteenth-century workshops and mass-sculpture. In: Zeitschrift des Deutschen Vereins für Kunstwissenschaft. 61, 2007(2008), S. 49–80.

Notes et référencesModifier

  1. Johann Josef Böker: Michael von Savoyen und der Fassadenriss des Kölner Domes, Köln 2018, p. 95
  2. Allgemeine Deutsche Biographie. p. 178.

Liens externesModifier