Ouvrir le menu principal
Haruhiko Kuroda
Haruhiko Kuroda at ADB Philippines (crop).jpg
Fonction
Gouverneur de la Banque du Japon (d)
depuis le
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata (74 ans)
ŌmutaVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom dans la langue maternelle
黒田東彦Voir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
A travaillé pour
signature de Haruhiko Kuroda
signature

Haruhiko Kuroda (黒田 東彦, Kuroda Haruhiko?) est le 31e gouverneur de la Banque du Japon. Il était auparavant le président de la Banque asiatique de développement du au [1],[2].

Sommaire

BiographieModifier

Kuroda étudie à l'Université de Tokyo de 1963 à 1967, où il a étudié le droit et passé l'examen du barreau avant d'obtenir son diplôme. Il rejoint le Ministère des Finances après l'obtention de son diplôme, et etudié l'économie à l'Université d'Oxford sur une bourse d'études du gouvernement japonais de 1969 à 1971. Il occupe ensuite divers postes au ministère des Finances, dont le poste de vice-ministre des finances pour les affaires internationales entre 1999 et 2003. Il démissionne du ministère en janvier 2003 et est nommé conseiller spécial du Cabinet en mars 2003. Il est président de la Banque asiatique de développement entre 2005 et 2013.

Gouvernance de la Banque du JaponModifier

Kuroda est un défenseur d'une politique monétaire plus souple au Japon[3]. Sa nomination en février 2013 par le nouveau gouvernement du Premier ministre Shinzō Abe était attendue. Kikuo Iwata - « un critique acharné des politiques passées de la BOJ » - et Hiroshi Nakaso, un haut responsable de la BOJ chargé des affaires internationales sont également nommés en même temps, étant deux députés de Kuroda. L'ancien gouverneur, Masaaki Shirakawa, est parti en mars 2013[4].

Kuroda affirme dans une interview réalisée en février 2013 qu'« il y a beaucoup de place pour l'assouplissement monétaire » au Japon, ajoutant que la BOJ pourrait aller au-delà de l'achat d'obligations d'État pour inclure des obligations d'entreprises « ou même des actions ». Le yen, qui « a chuté de 10% par rapport au dollar depuis que Abe a commencé sa campagne en novembre », est également tombé aux nouvelles de la nomination de Kuroda. Cependant, le nouveau gouverneur devrait « utiliser son expérience en tant que haut responsable de la devise du Japon jusqu'en 2003 pour réfuter les critiques mondiales selon lesquelles Tokyo utilise une politique monétaire facile pour faire baisser le yen, déclenchant une guerre des monnaies »[4]. Bloomberg cite Stephen Roach, un haut responsable de l'université de Yale, qui a déclaré à propos des objectifs de Kuroda : « C'est un engagement fort de la part d'un homme bien intentionné, mais je ne suis pas convaincu que ça marchera. »[5]. Lorsque Kuroda a été interrogé sur la même question lors de sa prise de position lors de la conférence de presse du 21 mars, Kuroda a déclaré que le rôle de la BOJ était de stabiliser les prix et que le ministère des Finances stabilisait les taux de change[6],[7],[8],[9]. Il a également déclaré que la politique de la BOJ sur l' « assouplissement monétaire quantitatif et qualitatif » n'a pas pour but de dévaluer, mais vise à sortir de la déflation en ciblant l'inflation[10],[11]. Malgré l'opposition des pays en développement, la politique a été acceptée par les autres pays développés au sommet du G20. Cependant, les membres du G20 ont souligné aux décideurs japonais qu'il fallait l'utiliser au niveau national tout en soulignant l'importance d'un effort japonais pour réduire la dette publique[12],[13].

Début 2016, après une période de faiblesse du marché mondial, Kuroda conduit le Japon à adopter des taux d'intérêt négatifs. La Banque du Japon avait déjà fait passer son bilan de 35% à plus de 70 % du PIB depuis 2013 et continuait à acheter 80 000 milliards de yens (plus de 600 milliards de dollars) de titres chaque mois. Kuroda justifie cela au moment de la réduction des taux d'intérêt en décalrant : « Les risques croissaient que le ralentissement dans les pays chinois, émergents et producteurs de ressources, qui a provoqué la volatilité et l'instabilité des marchés financiers depuis le début de l'année, pourrait nuire à la confiance parmi les compagnies nationales [japonaises] »[14].

Notes et référencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de la page de Wikipédia en anglais intitulée « Haruhiko Kuroda » (voir la liste des auteurs).

  1. « Haruhiko Kuroda is ADB president », rediff.com,‎ (lire en ligne[archive du ])
  2. (en) « Biographies of past ADB presidents » [archive du ], Asian Development Bank (ADB) (consulté le 20 mars 2013)
  3. (en) Reuters, « Nikkei jumps to 53-month high as Kuroda seen likely next BOJ chief » [archive du ], sur reuters.com, (consulté le 24 février 2013).
  4. a et b Toko Sekiguchi, « Tokyo nominates Haruhiko Kuroda as BOJ chief », MarketWatch,‎ (lire en ligne) Archived on 21 March 2013.
  5. « Kuroda talks up bond buying to hit price target », Bloomberg via Japan Times,‎ (lire en ligne).
  6. « 日銀・黒田総裁 新政策を初めて語る! 特別会見全編配信 », Nikkei Channel (consulté le 5 avril 2013).
  7. « 総裁・副総裁就任記者会見(3月21日)要旨 », Bank of Japan (consulté le 13 avril 2013).
  8. Bank of Japan Act, Article 2; Currency and monetary control by the Bank of Japan shall be aimed at achieving price stability, thereby contributing to the sound development of the national economy.
  9. 財務省設置法 第三条  財務省は、健全な財政の確保、適正かつ公平な課税の実現、税関業務の適正な運営、国庫の適正な管理、通貨に対する信頼の維持及び外国為替の安定の確保を図ることを任務とする。
  10. « Quantitative and Qualitative Monetary Easing », Bank of Japan (consulté le 13 avril 2013).
  11. « BOJ Gov Kuroda: BOJ Easing Policy Not Targeting Exchange Rates », The Wall Street Journal,‎ (lire en ligne).
  12. (en) « Lew says Bank of Japan action aimed at domestic demand », Reuters (consulté le 23 avril 2013).
  13. (en) « Communiqué G20 Meeting of Finance Ministers and Central Bank Governors Washington DC, April 19, 2013 », G20 Information Centre (consulté le 23 avril 2013).
  14. Nakamichi, Takashi, Megumi Fujikawa and Eleanor Warnock, "Bank of Japan Introduces Negative Interest Rates" (possibly subscription-only), Wall Street Journal, January 29, 2016. Retrieved 2016-01-29.

Voir aussiModifier