Assouplissement quantitatif

type de politique monétaire

L'assouplissement quantitatif (en anglais : quantitative easing, abrégé par QE dans cet article) désigne un type de politique monétaire par laquelle une banque centrale rachète massivement de la dette publique ou d'autres actifs financiers afin d'injecter de l'argent dans l'économie et de stimuler la croissance. La banque centrale rachète aux acteurs financiers en principes des titres de dettes, notamment des obligations publiques (titres de dette publique) ou privées (obligations d'entreprise), et, dans certaines circonstances des titres adossés à des actifs comme des titres hypothécaires.

Si cette politique monétaire a longtemps été envisagée, elle n'a été appliquée qu'à partir de 2001 par la Banque du Japon afin de redresser l'économie nippone à la suite de la « décennie perdue ». Les crises économiques successives depuis la crise financière de 2008 ont marqué l'avènement d'une utilisation massive et prolongée de cette politique par la Fed, la BCE, la Banque d'Angleterre et de nouveau la Banque du Japon.

HistoireModifier

Une politique monétaire japonaise (2001 - 2006)Modifier

La première mention écrite de l'expression « quantitative easing » est attribuée à l'économiste allemand Richard Werner (en), professeur d’économie internationale à l'université de Southampton. Travaillant en 1994 à Tokyo, il invente l'expression lors d'une présentation à des investisseurs nippons. Il l'utilise ensuite dans le titre d'un article publié le , dans le Nihon Keizai Shinbun[1].

L'expression de Werner désigne une politique monétaire de stimulation économique qui ne repose ni sur les réductions de taux, ni sur les politiques monétaristes conventionnelles telles que l'expansion de la masse monétaire, ni l'accroissement des réserves des banques ou la stimulation des agrégats M2-M3, mais par la « création de crédit ». Cette création se ferait, selon lui, à travers un certain nombre de mesures telles que l’achat de bons du trésor et des prêts directs aux entreprises et au gouvernement par la banque centrale. Il a également suggéré l’achat direct par la banque centrale d'actifs non performants des banques commerciales et des prêts directs aux entreprises et au gouvernement. Werner précisait par ailleurs qu'un certain contrôle de l'utilisation qui était faite de ces crédits était nécessaire pour éviter d'injecter une quantité trop grande d'argent dans des circuits purement spéculatifs[2].

Le Japon est le premier pays à avoir utilisé l'assouplissement quantitatif en 2001. Le Japon a connu à partir de 1997 une situation monétaire marquée par une longue période déflationniste ; la Banque du Japon après avoir décidé début 2000 de baisser son taux d'intérêt à 0 %, adopte en mars 2001 une politique d'assouplissement quantitatif pour tenter d'accroître les liquidités afin de sortir de la déflation[3]. Le 9 mars 2006, la Banque du Japon renonce officiellement au principe de l'assouplissement quantitatif, les prix ayant augmenté pendant trois mois d'affilée.

Réponse à la crise des subprimes et de la zone euro (2008 - 2018)Modifier

La crise économique mondiale des années 2008 et suivantes contraint plusieurs grandes banques centrales, originellement réticentes à utiliser ce dispositif, à y recourir. Le Royaume-Uni[4], puis les États-Unis[5], et enfin la Suède et la Zone euro s'y résolvent.

La Banque d'Angleterre est contrainte d'utiliser l'assouplissement quantitatif car en 2008, les taux d'intérêt nominaux à court terme sont proches de zéro (0,5 %), empêchant une chute des taux directeurs. Le programme de QE est lancé en mars 2009 et doit durer jusqu'en septembre 2009. Environ 165 milliards de livres sterling d'actifs sont achetés, dont, partiellement, des créances privées sûres[6]. L'enveloppe de l'opération est finalement portée à 375 milliards de livres. Une fois la somme entièrement dépensée, la Banque d'Angleterre prolonge le programme en faisant rouler ses actifs, c'est-à-dire en réinvestissant les sommes qu'elle reçoit en intérêts des actifs qu'elle a précédemment achetés.

Aux États-Unis, la Fed utilise l'assouplissement quantitatif à partir de 2008[7]. Le programme continue dans les années qui suivent, car début novembre 2010, elle décide d'acquérir des titres détenus par des institutions financières américaines à hauteur de 600 milliards de dollars dans le but de favoriser l'accroissement de l'activité économique américaine et réduire les taux d'intérêt de long terme[8]. La politique d'assouplissement quantitatif de la Fed aurait évité à la crise de la dette de provoquer une déflation et plus directement un blocage total du marché interbancaire[9],[10]. En effet, à l'instant critique, le crédit inter-bancaire menaçait d’être gelé : c'est-à-dire que les banques ne se prêtaient plus entre elles. L'afflux brusque de liquidités a été une bouffée d'air pour le système bancaire au bord de la suffocation. Cette politique d'assouplissement quantitatif fait passer le bilan de la FED de 800 milliards de dollars à plus de 4 000 milliards. Le programme est renouvelé par deux fois (on parle de QE1, QE2, et QE3) et se termine en octobre 2014. La normalisation du bilan de la Fed a commencé fin 2017.

En zone euroModifier

La Banque centrale européenne a également lancé différents programmes de QE à partir de 2008, dont le Covered Bond Purchase Programme (CBPP1) le 2 juillet 2009. Le programme original s'achève en juin 2010 avec 60 milliards d'euros de rachats[11].

En réponse à la crise grecque, un nouveau programme de rachat d'actif (Securities Market Programme ou SMP) est activé en mai 2010 et puis en novembre 2011 afin de contenir l'augmentation des spreads entre les taux de la dette des pays du Sud et du Nord. Bien que ce programme consiste à racheter massivement des obligations souveraines, le président de la BCE Jean-Claude Trichet insiste à l'époque pour dire que le programme n'est pas du quantitative easing[12] car les opérations sont "stérilisées" par l'absorption de liquidités sur les marchés.

Ce n'est qu'en 2015, sous l'égide de Mario Draghi, que la BCE lance officiellement un programme de quantitative easing. Le 22 janvier 2015, la BCE annonce le lancement du "Asset Purchase Programme"[13] qui inclut le rachat de dettes souveraine de tous les pays de la zone euro au rythme de 60 milliards d'euro par mois pendant initialement 18 mois. Ce programme a été plusieurs fois prolongés et représentait en février 2021 près de 2500 milliards d'euros[14].

Pendant la crise de la pandémie de Covid-19 (2020 - ...)Modifier

La pandémie de Covid-19 provoque une récession économique mondiale qui contraint les banques centrales à une réaction rapide afin de limiter les effets négatifs des chocs négatifs de demande et d'offre. La Fed, la BOA, la BCE et la BOJ mettent en place de vastes programmes de rachats de dette, comme le Pandemic Emergency Purchase Programme européen[15].

FonctionnementModifier

Circonstances justifiant le QEModifier

Les banques centrales n'ont recours au quantitative easing que lorsqu'elles font face à une situation exceptionnelle, dans laquelle elles n'arrivent pas à accomplir leur principale mission, celle d'un contrôle de l'inflation (stabilité monétaire). L'assouplissement quantitatif est, de fait, utilisé lors des crises économiques[16].

Cette situation reflète les limites des instruments monétaires conventionnels et leur incapacité à relancer la demande de crédits, même avec des taux directeurs proches de 0 % (phénomène de taux plancher zéro). Cette situation, parfois appelée trappe à liquidité se caractérise par le fait que les taux directeurs sont au plus bas mais que l'inflation stagne, voire diminue. Dans une telle situation, les outils traditionnels se révèlent donc inefficaces : une baisse supplémentaire des taux a peu de chance d'être efficace, car les opportunités d'investissement sont trop peu nombreuses (avec les taux bas, les rendements sont également à la baisse)[16].

Sans hausse du crédit bancaire, l'activité économique stagne, ainsi que l'inflation. Avec le quantitative easing, la banque centrale cherche donc à augmenter la quantité de monnaie détenue par les banques (et par conséquent à diminuer les taux d'intérêt à moyen et long terme) afin d'inciter le secteur bancaire à prêter davantage aux acteurs économiques. Il s'agit ainsi de corriger une potentielle inversion de la courbe des taux[17].

Différence avec les autres opérations conventionnelles et non conventionnellesModifier

Bien que le rachat de titres sur les marchés soit une pratique courante pour les marchés (via les opérations d'open market, ou OOM), le caractère non conventionnel du quantitative easing tient à la taille et la durée du programme, ainsi qu'à la nature des titres financiers achetés : des titres de long-terme et non pas que de court terme, et des titres qui ne sont pas que des bons du Trésor. Les OOM font baisser les taux d'intérêt sur le marché de la dette, tandis que le quantitative easing a pour objectif de faire baisser les taux d'intérêt de toute l'économie[18].

Dans le cadre d'un programme de QE, la banque centrale s'engage à racheter un volume massif d'actifs financiers, pour un temps qui se compte généralement en années. L'effet d'annonce joue donc également un rôle important dans le fonctionnement de cette politique, car les annonces de mise en place de QE sont souvent suivies d'une hausse des marchés.

Le quantitative easing diffère aussi du qualitative easing en ce que ce dernier vise à modifier la distribution d'actifs disponibles sur les marchés et présents dans le bilan des banques, afin de siphonner les actifs toxiques du système[19].

MécanismeModifier

Une économie croissant grâce aux investissements, eux-mêmes dus aux dépenses, le QE a pour objectif de rétablir les conditions optimales pour que les banques commerciales souhaitent accorder des crédits aux agents économiques. De fait, en rachetant les créances éligibles que vendent les banques, la banque centrale assume une part du risque que les banques commerciales devaient avant supporter. Le QE accroît ainsi la quantité de monnaie en circulation ce qui a pour effet en théorie de relancer l'économie. La distribution de crédit permet d'augmenter la masse monétaire, et ainsi, d'atteindre un niveau d'inflation correct.

De manière pratique, l'assouplissement quantitatif se traduit par un gonflement du bilan de la banque centrale, car son actif augmente avec les titres achetés. La monnaie qu'elle utilise pour acheter les titres, qu'elle crée ex nihilo, se rajoute à son passif. Cependant, si l'assouplissement quantitatif est une forme de création monétaire, celle-ci est ciblée vers les marchés financiers sous forme de monnaie banque centrale.

Les titres rachetés par la banque centrale sont généralement des actifs financiers répondant à des critères d'éligibilité stricts. Ces titres peuvent être notamment des bons du trésor ou des obligations d'entreprise et, dans certaines circonstances, des titres adossés à des actifs tels que des titres hypothécaires. En achetant ces titres, la demande augmente, ce qui pousse leur valeur à la hausse.

Comme le taux d'intérêt sur les obligations est inverse à sa valeur (une obligation dont le remboursement est certain a un taux d'intérêt très faible), les investisseurs sont incités à se détourner des obligations pour investir dans d'autres actifs plus productifs pour l'économie. Il devient ainsi plus intéressant pour une banque commerciale de prêter à des entreprises ou à des particuliers que d'acheter des obligations d’État. Ce faisant, les investisseurs participent à la relance de l'économie, ce qui est le but recherché[20]. La banque centrale tend ainsi à évincer les autres intervenants du marché obligataire pour les conduire à financer les porteurs de projet. Cependant, rien ne garantit que les investisseurs financent l'économie réelle : ils peuvent aussi décider d'utiliser leurs liquidités pour acheter des produits financiers[21].

Canaux de transmissionModifier

Le quantitative easing se fonde sur l'activation de différents leviers ou canaux de transmission[22] :

  • Le crédit bancaire (selon le processus décrit ci-dessus)
  • Le rééquilibrage de portefeuille (l'abondance de liquidités permet de diversifier son portefeuille d'actifs, lesquels voient leur prix monter, ce qui crée un effet richesse)
  • Le taux de change (dépréciation de la monnaie due à l'expansion monétaire mais aussi aux achats accrus d'actifs étrangers, ce qui facilite les exportations)
  • Effet de signal (la banque centrale envoie aux marchés le signal que sa politique est et restera "accommodante", c'est-à-dire que les taux directeurs resteront bas sur une longue période, ce qui est favorable aux échanges)
  • Effet de richesse (résultant du rééquilibrage de portefeuille)
  • Effet de liquidité (injection rapide de liquidité dans le système financier)
  • Canal budgétaire : le QE permet en principe de faire baisser les taux publics, ce qui diminue la charge des intérêts à rembourser pour les États et leur permet de disposer de plus de ressources fiscales. Par ailleurs, le fait que la banque centrale soit prêteuse en dernier ressort rassure le marché de la dette et évite des situations d'emballement préjudiciables. De plus, l'assouplissement quantitatif permet aussi implicitement de rendre les déficits plus supportable, car la banque centrale nationale reverse alors à son État les intérêts de la dette qu'elle a achetée.

Débats autour du quantitative easingModifier

Efficacité réelle de l'assouplissement quantitatifModifier

Bien que le quantitative easing ait largement contribué à pousser à la baisse les taux d'intérêts sur les marchés, cela n'a pas vraiment conduit à la relance de l'inflation au niveau de 2% souhaité par les banques centrales. L'efficacité réelle du QE à atteindre un taux d'inflation déterminé est donc contestée.

Ainsi, en 2016, Raghuram Rajan, gouverneur de la banque centrale indienne, estime que le QE fait partie de plus en plus du problème plutôt que de sa solution. En dépit de taux d'intérêt faibles à des niveaux records dans de nombreux pays industrialisés, le niveau de la demande d'ensemble reste déprimé, et dans certains endroits les taux d'épargne ont en fait augmenté, ce qui est contraire à la théorie selon laquelle les taux ultra-bas stimulent les dépenses.

De nombreux économistes keynésiens estiment que les banques centrales ne peuvent, à elles seules, stimuler la reprise économique, surtout lorsque les politiques budgétaires menées par les États apparaissent restrictives. Selon les partisans de la théorie de l'offre de monnaie endogène, et notamment les économistes post-keynésiens Nicholas Kaldor et Jacques Le Bourva, l'initiative de la création monétaire revient aux banques commerciales - ou de second rang - qui font face aux demandes de crédits des agents économiques, ménages et entreprises : dans cette optique, les banques centrales ne font que refinancer passivement les banques commerciales qui en font la demande, et les autorités monétaires semblent être des "monarques constitutionnels", sans réelles marges de manœuvre.

Par ailleurs, les études des banques centrales sont accusées d'avoir un biais d'optimisme sur l'efficacité du QE. Ainsi une étude publiée en 2020[23] conclut que les travaux sur l'efficacité du QE menées par des chercheurs de banques centrales sont plus optimistes sur l'impact du QE que leurs homologues chercheurs universitaires indépendants. Les chercheurs ne concluent cependant pas que les études de la banque centrale sont biaisées. Selon eux, les banques centrales peuvent être incitées à considérer leurs propres politiques d'un regard peu critique, mais veulent également préserver leur crédibilité[24],.

Effets secondaires du quantitative easingModifier

Aggravation de la crise climatiqueModifier

En Europe, les banques centrales qui incluent les dettes d'entreprises dans leurs programmes de rachats d'actifs tels que la BCE ou la Banque d'Angleterre ou la Banque nationale Suisse, ont été vivement critiquées par certaines ONG[25] en raison du fait que les critères d'inclusion des entreprises ne tiennent pas compte de l'impact climatique des entreprises. Ainsi, de nombreuses études tendent à montrer que près des 60% des obligations d'entreprises rachetées par la BCE bénéficient aux entreprises les plus polluantes et émettrices de carbone[26],[27],[28],[29].

Le Parlement européen a d'ailleurs plusieurs fois fait écho à ces critiques, en adoptant plusieurs résolutions sur le sujet, et en demandant à la BCE de refléter les considérations relatives au changement climatique dans ses politiques[30],[31],

Les banques centrales ont généralement répondu en affirmant qu'elles devaient suivre le principe de la "neutralité du marché"[32] et qu'elles devaient donc s'abstenir de faire des choix discrétionnaires lors de la sélection des obligations sur le marché. Cependant, en 2020, la présidente de la BCE Christine Lagarde et d'autres banquiers centraux ont souligné la contradiction de la logique de neutralité du marché[33]. Membre du directoire de la BCE, Isabel Schnabel a par exemple déclaré que "En présence de défaillances du marché, la neutralité du marché peut ne pas être la référence appropriée pour une banque centrale lorsque le marché en lui-même n'atteint pas des résultats efficaces"[34].

Depuis 2020, plusieurs banques centrales (dont la BCE, la Banque d'Angleterre et les banques centrales suédoises) ont annoncé leur intention d'intégrer des critères climatiques dans leurs programmes de QE.[35]

Gonflement du prix des actifsModifier

Pour certains, le risque est de provoquer de l'inflation (voir théorie quantitative de la monnaie) ou de favoriser les bulles spéculatives[36]. Cette conséquence inflationniste de l'assouplissement quantitatif est parfois remise en cause par les keynésiens[37]. Il y a peu d'augmentation de l'inflation, car la vitesse de circulation de la monnaie n'augmente pas[38], la nouvelle augmentation de la masse monétaire étant dirigée principalement vers les marchés financiers ou augmentant simplement le bilan de la banque centrale.

Cependant, selon d'autres économistes, cette inflation se mesurerait principalement par l'augmentation des prix des matières premières[39] telles que le pétrole[40], l'or[41], ou les produits agricoles[42]. D'autres spécialistes estiment au contraire que l'or, non contrôlé par les institutions, ne serait pas affecté par cette hyperinflation[43].

Augmentation des inégalitésModifier

En 2012, la Banque d'Angleterre reconnaît dans un rapport destiné au parlement que sa politique de rachats d'actifs a eu pour effet d'augmenter la richesse des 5 % de citoyens les plus riches, par le gonflement du prix de certains actifs financiers détenus par ces derniers[44].

Le financier Thomas Friedberger estime qu'« excepté la réforme fiscale américaine de 2017, peu de gouvernements ont tenté quoi que ce soit pour accompagner efficacement la transmission de ces politiques monétaires accommodantes dans l’économie réelle, précipitant aussi un accroissement des inégalités entre une population « proche des marchés financiers », c’est-à-dire ayant une capacité d’endettement, et une autre qui, n’ayant pas accès aux marchés financiers, est composée de personnes sans emploi ou de salariés sans capacité d’épargne forte »[45].

Le quantitative easing faisant augmenter le prix des actifs, il fait aussi baisser les taux d'intérêt, et donc le rendement, de ces actifs. Toutefois, les études sur le sujet montrent que la perte liée à la baisse du rendement est plus que compensée par les gains liés à la hausse des prix[46].

Propositions alternativesModifier

Les programmes de quantitative easing de la BCE ont largement échoué à faire remonter le taux d'inflation. Face à cet échec, un certain nombre d'économistes et de commentateurs tels que Anatole Kaletsky[47] ont relancé l'idée de la monnaie hélicoptère ou de "QE for the people"[48]. La banque centrale pourrait verser l'argent créé via le QE directement sur les comptes bancaires des citoyens, contournant ainsi la transmission du programme par les banques privées.

En mars 2016, l'idée a été subitement débattue partout en Europe après que Mario Draghi, le président de la Banque centrale européenne, a déclaré en conférence de presse qu'il jugeait le concept « très intéressant »[49]. Interrogé sur ce sujet, le chef économiste de la BCE, le belge Peter Praet déclara également que « toute banque centrale pouvait le faire »[50].

L'idée a notamment été soutenue par des anciens banquiers centraux Stanley Fischer et Philipp Hildebrand[51] et en France par le président de l'OFCE Xavier Ragot[52] et divers économistes tels que Jean Pisani-Ferry[53] et Jézabel Couppey-Soubeyran[54]. Elle est également portée au niveau européen par des députés européens tels que Philippe Lamberts, Domenec Ruiz Devesa, Pedro Marques et Aurore Lalucq, et par l'association européenne Positive Money Europe[55],[56].

En 2020, Christine Lagarde affirmait néanmoins que l'idée n'avait pas été étudiée par la BCE[57].

Légalité du quantitative easing en zone euroModifier

En zone euro, la mise en place du QE depuis 2015 par la BCE a été vivement accusée d'outrepasser le cadre légal européen, et notamment de violer l'interdiction de financement monétaire des États par la BCE tel que défini à l'article 123 du TFUE. Plusieurs décisions de justice ont confirmé l'action de la BCE comme étant légale, tout en fixant des limites à la BCE[58].

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Origine du nom “Quantitative Easing” », CNBC
  2. Boom Bust, « Richard Werner on quantitative easing and central banks », (consulté le 14 juin 2019)
  3. En quoi consiste l'assouplissement quantitatif - Japon Reuters.fr
  4. (en) L’assouplissement quantitatif expliqué Banque d’Angleterre, 2 septembre 2009
  5. la Fed a décidé de lancer un rachat de bons du Trésor à long terme pour $600 milliards, Les Échos, novembre 2010
  6. (en) « QA: Quantitative Easing (l’assouplissement quantitatif ) », BBC, (consulté le 22 septembre 2011)
  7. « Tout savoir (ou presque) sur l'assouplissement quantitatif de la BCE », La Tribune,‎ (lire en ligne, consulté le 2 décembre 2018)
  8. François Desjardins, « La Fed sort la planche à billets », Le Devoir,‎ (lire en ligne, consulté le 4 novembre 2010)
  9. « Rapport annuel de la BCE de 2009 »
  10. "jusqu'ou peut-on monétiser les dettes publiques?", "Graphique 7b, Natixis, Artus 2009
  11. (en) European Central Bank, « Asset purchase programmes », sur European Central Bank (consulté le 4 juin 2019)
  12. (en) European Central Bank, « Interview with Helsingin Sanomat and Kauppalehti », sur European Central Bank, (consulté le 27 mars 2021)
  13. « BCE : un assouplissement quantitatif, faute de mieux » (consulté le 24 juillet 2016)
  14. (en) European Central Bank, « Asset purchase programmes », sur www.ecb.europa.eu, (consulté le 27 mars 2021)
  15. (en) European Central Bank, « Pandemic Emergency Purchase Programme », sur European Central Bank (consulté le 26 novembre 2020)
  16. a et b William Honvo, La dissertation d'économie, Paris, De Boeck, 271 p. (ISBN 978-2807328471), p. 120
  17. Alain Demarolle et Alain Quinet, Économie des taux d'intérêt, Presses universitaires de France (réédition numérique FeniXX), (ISBN 978-2-13-067465-8, lire en ligne)
  18. (en) William J. Baumol et Alan S. Blinder, Macroeconomics: Principles and Policy, Cengage Learning, (ISBN 978-1-305-53405-6, lire en ligne)
  19. Amélie Barbier-Gauchard, Moïse Sidiropoulos et Aristomène Varoudakis, La gouvernance économique de la zone euro: Réalités et perspectives, De Boeck Superieur, (ISBN 978-2-8073-2010-9, lire en ligne)
  20. L'Obs, « Le Quantitative easing expliqué à un enfant de 5 ans. Bon, OK, 12 ans », L'Obs,‎ (lire en ligne, consulté le 5 octobre 2020).
  21. « Des injections massives de liquidités pour lutter contre la déflation - La finance pour tous », La finance pour tous,‎ (lire en ligne, consulté le 2 décembre 2018)
  22. http://www.ena.fr/content/download/3641/56568/version/.../TC%202015%20Economie.pdf
  23. (en) Elisabeth Kempf, Lubos Pastor, Fifty shades of QE: Central bankers versus academics, voxeu.org, 5 octobre 2020
  24. (en) Michael Rapoport, Are central-bank economists overstating QE’s effectiveness?, review.chicagobooth.edu, 9 décembre 2020
  25. « ECB cash injections for polluters must stop, 70 NGOs demand | Corporate Europe Observatory », sur corporateeurope.org (consulté le 28 novembre 2020)
  26. (en) « ECB's purchasing policies skewed towards carbon-intensive industries - report », sur Greenpeace European Unit (consulté le 28 novembre 2020)
  27. (en-US) admin, « The ECB's dirty quantitative easing », sur Reclaim Finance (consulté le 28 novembre 2020)
  28. (en) Yannis Dafermos, Daniela Gabor, Maria Nikolaidi, Adam Pawloff et Frank van Lerven, « Decarbonising is easy », sur New Economics Foundation (consulté le 28 novembre 2020)
  29. (en-GB) Jourdan, Kalinowski, « REPORT: Aligning monetary policy with the EU's climate targets », sur Positive Money Europe, (consulté le 28 novembre 2020)
  30. (en) « Texts adopted - European Central Bank Annual report 2017 - Wednesday, 16 January 2019 », sur www.europarl.europa.eu (consulté le 5 décembre 2020)
  31. (en) « ECB policy is working, but new challenges need new responses | News | European Parliament », sur www.europarl.europa.eu, (consulté le 28 novembre 2020)
  32. (en) « Climate change and central banks », sur www.bundesbank.de (consulté le 28 novembre 2020)
  33. (en) « ECB will consider dropping market neutrality – Lagarde », sur Central Banking, (consulté le 28 novembre 2020)
  34. (en) European Central Bank, « When markets fail – the need for collective action in tackling climate change »,
  35. (en) Financial Reporter, « Bank of England considering attaching climate conditions to asset purchases », sur Financial Reporter (consulté le 28 novembre 2020)
  36. Alexandrine Bouilhet et Guillaume Errard, « BCE: le rachat de dettes d'État pour les nuls », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  37. Cf. Patrick Artus de Natixis: [PDF] « Monétisation inflationniste et monétisation non-inflationniste, quelles différences ? », Natixis, mars 2009 et [PDF] "Que devient la taxe inflationniste quand la monétisation des dettes ne fait plus monter les prix des biens et services ?", Natixis Mars 2009
  38. "Natixis, Broyer, Décembre 2012: Quelles relations entre monnaie et inflation ? p9/11, graphique 17"
  39. Evariste Lefeuvre, La Renaissance américaine, Editions Léo Scheer, , 170 p. (ISBN 978-2-7561-0972-5, présentation en ligne)
  40. « Quantitative easing has already started », The Christian Science Monitor, 10 octobre 2010
  41. Ludovic Malot, « Comment sortir de la prison monétaire ? », Contrepoints,‎ (lire en ligne)
  42. (en) Phillip Inman, « How the world paid the hidden cost of America's quantitative easing », The Guardian,‎ (lire en ligne)
  43. Yves Longchamp, CFA, « Comment l’assouplissement quantitatif fausse les prix ? », Les Echos,‎ (lire en ligne)
  44. Britain's richest 5% gained most from quantitative easing, says the Bank of England, The Guardian, 23 août 2012
  45. Thomas Friedberger, « Le “quantitative easing”, menace pour la démocratie et opportunité pour la planète », sur lemonde.fr, (consulté le 1er février 2020).
  46. SemiColonWeb, « Que peut encore faire la Banque centrale européenne ? », sur www.cae-eco.fr (consulté le 21 juillet 2021)
  47. How about quantitative easing for the people?, Anatole Kaletsky, Reuters, 1er août 2012
  48. Marie Charrel, « Taux & Changes : De la monnaie pour le peuple », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 3 avril 2016)
  49. « Zone euro : la BCE osera-t-elle monter dans l'hélicoptère ? », sur La Tribune (consulté le 3 avril 2016)
  50. « Faut-il distribuer directement de l'argent aux citoyens pour endiguer la crise du coronavirus? », sur BFM BUSINESS (consulté le 5 décembre 2020)
  51. Thomas Lero y, « Helicopter money : la BCE doit-elle directement distribuer de l'argent aux Européens? », BFM Business (consulté le 9 septembre 2019).
  52. « Coronavirus : la théorie du recours à la « monnaie hélicoptère » ressurgit », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 5 décembre 2020)
  53. Jean Pisani-Ferry, « Comment repousser la prochaine récession », sur Project Syndicate, (consulté le 1er octobre 2019).
  54. Martine Orange et Jézabel Couppey-Soubeyran, « Jézabel Couppey-Soubeyran : « Soit l’Europe se refonde, soit elle explose » », sur Mediapart, (consulté le 2 avril 2020).
  55. « La "monnaie hélicoptère": remède miracle face à la crise du coronavirus ? », sur La Tribune (consulté le 5 décembre 2020)
  56. « Monnaie hélicoptère : et s'il pleuvait des billets ? », sur Alternatives Economiques (consulté le 5 décembre 2020)
  57. Lettre de Christine Lagarde à Philippe Lamberts, 21 Avril 2020
  58. Beatriz Rios, « La justice européenne valide la stratégie de la BCE », sur www.euractiv.fr, (consulté le 27 mars 2021)

BibliographieModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier