Ouvrir le menu principal

Harley-Davidson Model W ou Sport Twin
Image illustrative de l’article Harley-Davidson W
Harley-Davidson 22WJ 1922

Constructeur Drapeau : États-Unis Harley-Davidson
Années de production 1919–1923
Moteur et transmission
Moteur(s) Flat-twin [1],[2]
Démarrage Magnéto (W, WF) puis batterie et bobine (WJ) [2]
Cylindrée 584
Puissance maximale 6 [1],[2] ch
Boîte de vitesses à 3 rapports
Cadre, suspensions et freinage
Cadre Tube d'acier moteur porteur
Suspension avant (débattement) Balancier simple ressort
Suspension arrière (débattement) aucune
Frein avant aucun
Frein arrière à friction
Poids et dimensions
Roue avant 660 mm × 76 mm
Roue arrière 660 mm × 76 mm
Empattement 1 448 mm
Poids à sec 120 kg
Réservoir (réserve) 10,4 litres

La Harley-Davidson Modèle W, aussi connu comme la Sport Twin, est une moto fabriquée par Harley-Davidson, de 1919 à 1923. Exceptionnellement pour une Harley-Davidson, le Modèle W était équipée d'un moteur flat-twin et d'une fourche à lames. Le Modèle W battit des records de vitesse sur les pistes de New York à Chicago et de la frontière entre le Canada et les États–unis jusqu'à celle du Mexique. Le ralentissement des ventes sur le marché intérieur entraîna la fin de sa production au bout de quatre ans.

Sommaire

ConceptionModifier

 
Système de décompresseur  breveté W. S. Harley. À noter les bouchons à vis dans les culasses donnant accès aux soupapes.
 
1922 Harley-Davidson WJ

L'intention de Harley-Davidson était d'introduire un nouveau modèle de taille moyenne qui, en augmentant la taille du marché de la moto, devait attirer de nouveaux motards avec un produit d'entrée de gamme [3]. Le concept, qui copiait la moto anglaise Douglas flat-twin avec les cylindres dans l'alignement du cadre [3],[4],[5], proposait plusieurs fonctionnalités destinées à attirer de nouveaux motocyclistes sur le marché, notamment un moteur plus fluide qu'une Harley-Davidson V-twin typique, un centre de gravité plus bas facilitant les manœuvres et une conception permettant aux pilote et à la moto de moins se salir avec l'huile et les saletés que l'huile attirait [3]. Tout cela rendant son utilisation plus propre car il y avait moins de compartiments d'huile, la transmission et l'embrayage étant intégrés au carter moteur, ce qui permettait à l'huile de s'échapper moins facilement [3],[6],[7]. De plus, un boîtier de chaîne de transmission en option permettait d'empêcher le lubrifiant de la chaîne de salir la moto et les vêtements du pilote [3],[4],[6],[7].

TransmissionModifier

Les composants du moteur furent conçus pour faciliter l'accès et l'entretien [4],[6]. Les guides de soupapes et vannes pouvaient être enlevées sans sortir le moteur de la moto [6]. Les culasses étaient intégrées au moteur. Le collecteur d'admission et d'échappement étaient coulés en une seule pièce [6], permettant aux gaz d'échappement de chauffer le mélange de carburant pour améliorer sa pulvérisation [4],[6],[7]. Le moteur avait un grand volant externe sur le côté gauche [4],[6] semblable à celui des mono cylindres horizontaux des Moto Guzzi [4].

Le moteur du Modèle W Harley-Davidson fut le premier moteur flathead [8], et sa transmission a été la première d'une Harley-Davidson logé dans le carter moteur [7],[9]. La transmission comprenait un engrenage hélicoïdal, un embrayage humide et une boîte à trois vitesses [9]. Le moteur était un élément porteur du cadre [10],[11].

SuspensionsModifier

La suspension avant était un modèle à lames [4],[6], contrairement aux autres Harley-Davidson [10],[11] qui utilisaient des fourches à balancier à l'époque [11].

Système électrique et allumageModifier

Le Modèle W utilisait initialement une magnéto comme système d'allumage, mais une batterie et un système de bobine fut disponible avec le Modèle WJ en 1921. Le Modèle WF continua d'utiliser une magnéto d'allumage [6]. L'éclairage électrique est devenu disponible sur le Modèle W à partir de 1920 [6],[12].

Accessoires et garnituresModifier

Le Modèle W était équipé d'un porte-bagages standard sur le garde-boue arrière [4],[6]. En 1921, les logos de réservoir furent modifiés pour être semblables à ceux des plus gros V-twin Harley-Davidson [6],[12].

Records d'enduranceModifier

En juillet 1919, le Modèle W est devenu le premier véhicule à moteur de tout genre à escalader le Mont San Antonio, à proximité du Mont Baldy, en Californie [3],[6],[7]. Un entrepreneur a roulé sur un Modèle W durant 1 200 km à travers la Vallée de la Mort sur les sites d'arpentage pour les hôtels et les lignes de chemin de fer, sans aucun problèmes avec la moto [7]. Hap Scherer, un publicitaire pour Harley-Davidson [7], établit un record de temps sur les courses d'endurance depuis la Colombie-Britannique jusqu'à Tijuana et de New York à Chicago [6].

Fin de la productionModifier

 
Moto à structure poutre avec transmission modèle W, brevetée par W. S. Harley et A. Ziska, Jr [13]

Le Modèle W ne s'est jamais bien vendu aux États-Unis [5],[6],[7], et la clientèle attendue de nouveaux pilotes prenant le départ sur une Sport Twins ne se manifesta pas de façon importante [7]. En 1920, un an après l'introduction du Modèle de W, Indian commença à proposer la Scout, qui était similaires en taille, plus rapide, et beaucoup plus populaire [7],[9]. Le modèle W coûtait plus cher qu'un modèle Ford T d'occasion et représentait environ neuf dixièmes du prix d'une moto Harley-Davidson V-Twin d'un litre, ce qui ne le rendait pas attrayant, ni comme moyen de transport de base ni comme véhicule sportif [9]. Bien que le Modèle W se soit bien vendu en Europe [5], Harley-Davidson arrêta sa commercialisation en 1923 en faveur de la promotion de leur modèles monocylindres [14].

William S. Harley et Adam Ziska Jr. brevetèrent une structure à poutre en acier à utiliser avec la transmission du modèle W [13].

Collection et expositionModifier

 
Harley-Davidson W 1919 exposée au printemps 2005 à l'exposition The Art of the Motorcycle à Memphis, Tennessee, États-Unis

Un Modèle W Sport Twin a été prêté par le Chandler Vintage Museum of Transportation and Wildlife au Musée Solomon R. Guggenheim pour l'exposition The Art of the Motorcycle de 1998 à New York, et à l'Automne 2001 au Guggenheim Las Vegas show [3]. À la suite du printemps 2005, l'exposition The Art of the Motorcycle exhibition at Wonders : The Memphis International Cultural Series présenta un modèle W de la collection de Bob McClean du Motorcycle Hall of Fame [15],[16].

Voir aussiModifier

RéférencesModifier

  1. a et b « H-D milestones pre-war - Classic Bikers Club Magazine », sur www.classicbikersclub.com (consulté le 1er décembre 2018)
  2. a b et c Rafferty, Tod., The complete Harley-Davidson, Motorbooks International Publishers & Wholesalers, (ISBN 0760303266 et 9780760303269, OCLC 36301552, lire en ligne)
  3. a b c d e f et g (en) Solomon R. Guggenheim Museum., The art of the motorcycle, Guggenheim Museum, [1998] (ISBN 0810969122, 9780810969124 et 0892072075, OCLC 39697412, lire en ligne), p. 132, 401
  4. a b c d e f g et h Mike Lewis, « H-D Milestones Pre-War », Classic Bikers Club Network, Horncastle, Lincolnshire, UK, Mortons Media Group, mai 2003 (consulté le 16 juillet 2012) : « Inspired by the Douglas design, the fore-and-aft Model WJ Sport Twin was a bold stab at the post-war sporting and recreation role for the motorcycle (the Model WA, painted in identical olive green, was its military counterpart). »
  5. a b et c « 1922 Harley-Davidson Sport Twin » archive du 14 novembre 2012, American Motorcyclist Association, 2010 (consulté le 15 juillet 2012) : « But in the U.S., it was a different story. The machine languished in the Harley line through 1923, then was dropped. »
  6. a b c d e f g h i j k l m n et o (en) Tod Rafferty, Complete Harley-Davidson: A Model-By-Model History of the American Motorcycle, Osceola, WI USA, MBI Publishing, 23 mars 1997, 32–33 p. (ISBN 0-7603-0326-6), « Chapter One – The Beginning » :

    « The horizontally opposed Sport Twin engine was unlike any Harley-Davidson before or since. »

  7. a b c d e f g h i et j (en) Randy Leffingwell, Harley-Davidson History & Mystique, revised, 1er décembre 2003, 29–33 p. (ISBN 0-7603-1541-8), « Chapter 3: A Detour » :

    « The intake and exhaust manifold were cast as one piece to preheat the fuel-air mixture, but preheating didn't atomize the gas as well as hoped. »

  8. (en) Herbert Wagner et Mark Mitchell, Classic Harley-Davidson, 1903-1941, Motorbooks International, coll. « Enthusiast Color », mai 1999, 46–47 p. (ISBN 0-7603-1805-0), (lire en ligne), « Chapter 6: The Gang's All Here » :

    « The Sport Model engine was Harley's first side-valve. »

  9. a b c et d Jerry Hatfield, « The Flathead Era », dans Darwin Holmstrom, The Harley-Davidson Century, St. Paul, MN USA, MotorBooks International, 1er septembre 2002, 47–65 p. (ISBN 0-7603-1155-2), (lire en ligne)
  10. a et b (en) Tod Rafferty, Illustrated Directory of Harley-Davidson Motorcycles, MotorBooks International, 1er décembre 2001, 64–67 p. (ISBN 0-7603-1126-9), « Model W Sport Twin 1919 » :

    « The sporty twin also incorporated a fork unlike other Harley models. The trailing lower links connected by rods to upper links acting on a central spring. »

  11. a b et c (en) Allan Girdler, Harley-Davidson: The American Motorcycle, Second, coll. « Motorbooks Classic », 14 décembre 2003 (1re éd. 1992), 50–57 p. (ISBN 0-7603-1651-1), (lire en ligne), « Chapter 5: WJ Sport Twin – Something Completely Different »
  12. a et b (en) Doug Mitchel, Harley-Davidson Chronicle, Lincolnwood, IL USA, Publications International, 1997, 48–49 p. (ISBN 0-7853-2514-X), « The Early Years (1903-1928) » :

    « Sport models gained electric lighting for 1920, while 1921 brought revised tank trim that more closely resembled that of the Big Twins »

  13. a et b (en) « Espacenet -Bibliographic data », sur worldwide.espacenet.com (consulté le 1er décembre 2018)
  14. (en) Tod Rafferty, Complete Harley-Davidson: A Model-By-Model History of the American Motorcycle, Osceola, WI USA, MBI Publishing, 23 mars 1997 (ISBN 0-7603-0326-6), « Chapter One – The Beginning », p. 38 :

    « But the opposed twin was relatively expensive to build, and the Europeans had embraced single-cylinder motorcycles as the sensible combination of sport and economy. So Milwaukee returned to singles. »

  15. (en) WONDERS (Memphis, Tenn.), The art of the motorcycle, WONDERS, (ISBN 0892073241 et 9780892073245, OCLC 60822330, lire en ligne), p. 213
  16. « AMA Motorcycle Museum Hall of Fame | Robert McClean », sur www.motorcyclemuseum.org (consulté le 1er décembre 2018)