Haloxylon

genre de plantes

Haloxylon est un genre d'arbustes ou de petits arbres, appartenant à la famille des Amaranthaceae en classification phylogénétique et des Chenopodiaceae en classification classique.

ÉtymologieModifier

Nom scientifique

Le nom de genre vient du grec puis du latin "Halo / Halos" (sel) et "xylon" (bois)[2] pour signifier l'adaptation de ces plantes aux sols salins[3].

Nom vernaculaire

Le genre Haloxylon et ses espèces sont connus sous le nom commun de saxauln, sacsaoul, saksaul ou encore saksaoul. Selon le linguiste russe Dmitri Ouchakov, le nom russe "саксаул" (saksaul) aurait été emprunté au kazakh (seksewil ou seksevil, "сексеуiл" en russe). Dans la langue kazakhe moderne, l'arbuste est appelé "seksewil". Selon l'ouvrage "The School Etymological Dictionary[4], le nom saksaul a été emprunté au XIXe siècle aux langues turques.

DescriptionModifier

Les espèces du genre Haloxylon sont des arbustes ou de petits arbres de 1 à 8 mètres plus rarement jusqu'à 12 mètres de hauteur, avec un tronc épais et de nombreuses branches. Les branches de l'année en cours sont vertes, de dressées à pendantes. Les feuilles sont réduites à de petites écailles. Les inflorescences sont de courtes pousses portées sur les tiges de l'année précédente. Les fleurs sont très petites, aussi longues ou plus courtes que les bractéoles, bisexuées ou mâles. Les deux stigmates sont très courts. Dans les fruits, les segments du périanthe développent des ailes qui se déploient. Le fruit mesure, avec ses ailes, environ 8 millimètres de diamètre. La graine mesure environ 1,5 mm de diamètre[5].

L'espèce Haloxylon ammodendron « supportant une salification intense du sol, se couvre de tâches rapprochées d'efflorescences du sel, ou même d'une croûte blanche formée par ces dernières »[3].

DistributionModifier

Le genre Haloxylon est distribué dans le sud-ouest et l'Asie centrale, de l'Égypte à la Mongolie et à la Chine (Sinkiang et Kansu), où il pousse dans des habitats sableux (psammophyte)[5] ou « argileux, supportant un salification intense du sol »[3].

TaxonomieModifier

Le nom de genre Haloxylon a été publié par Alexander Bunge (ex Eduard Fenzl) en 1851, avec l'espèce type Haloxylon ammodendron.

Le genre appartient à la sous-famille des Salsoloideae dans la famille des Amaranthaceae. Il ne comprend que deux espèces[6] :

Des recherches phylogénétiques ont révélé que plusieurs espèces anciennement incluses dans le genre Haloxylon n'y sont pas apparentées ; elles sont maintenant classées dans le genre Hammada (exemple Hammada scoparia), à l'exception de l'ancien Haloxylon stocksii (syn. Haloxylon recurvum), qui a été déplacé vers le genre Salsola et l'espèce Salsola stocksii (en)[6].

ÉcologieModifier

Dans les déserts d'Asie centrale, un grand nombre d'oiseaux sont associés au saxaul, y compris le moineau saxaul[8].

Dans l'ancien lit de la mer d'Aral, des saxaouls sont plantés pour empêcher le vent de se charger du sable contaminé du fond marin asséché et d'éviter qu'il ne se diffuse dans l'atmosphère. Le but de cette culture est de couvrir tout l'ancien lit d'une forêt d'Haloxylon[9].

RéférencesModifier

(en) Cet article est partiellement ou en totalité issu de l’article de Wikipédia en anglais intitulé « Haloxylon » (voir la liste des auteurs).
  1. NCBI-Haloxylon
  2. André Cailleux et Jean Komorn, Dictionnaire des racines scientifiques : 3ème édition revue et augmentée, Paris, CDU-SEDES réunis, , 264 p. (ISBN 2-7181-3708-8), p. 120, 260
  3. a b et c W. Doubiansky, « Les psammophytes du désert du Tukestan et leur rôle dans l'évolution des dunes », Journal d'agriculture traditionnelle et de botanique appliquée, vol. 104, no 10,‎ , p. 232-244 (lire en ligne, consulté le ) : la plante y est nommée Arthrophytum haloxylon
  4. (en) James Stormonth, The School Etymological Dictionary and Word-Book, Ulan Press, , 264 p. (ASIN B009M8P72C)
  5. a et b I. C. Hedge, Flora Iranica Bd. 172, Chenopodiaceae, Graz, Akad. Druck, , 315–326 p. (ISBN 3-201-00728-5), « Haloxylon »
  6. a et b Hossein Akhani, Gerald Edward et Eric H. Roalson, « Diversification of the Old World Salsoleae S.L. (Chenopodiaceae): Molecular Phylogenetic Analysis of Nuclear and Chloroplast Data Sets and a Revised Classification », International Journal of Plant Sciences, vol. 168, no 6,‎ , p. 931–956 (DOI 10.1086/518263)
  7. Tropicos
  8. Gordon Lindsay Maclean, « Avian adaptations to deserts of the Northern and Southern hemispheres: a comparison », Curtin University of Technology School of Environmental Biology Bulletin, no 17,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le )
  9. Rustam Qobil, « Restoring life to the Aral Sea's dead zone », BBC (consulté le )

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :