HMS A3

sous-marin

HMS A3
Image illustrative de l’article HMS A3
HMS A3
Type Sous-marin
Fonction militaire
Histoire
A servi dans Naval Ensign of the United Kingdom.svg Royal Navy
Commanditaire Royal Navy
Constructeur Vickers
Chantier naval Barrow-in-Furness
Fabrication acier
Quille posée
Lancement
Commission
Statut coulé le
Équipage
Équipage 2 officiers, 9 sous-mariniers
Caractéristiques techniques
Longueur 32.15 m
Maître-bau 3.88 m
Tirant d'eau 3.88 m
Déplacement 190 tonnes en surface
207 t en plongée
Propulsion 1 moteur à essence 16 cylindres Wolseley
1 moteur électrique
Puissance essence : 450 ch
électrique : 150 ch
Vitesse 11 nœuds en surface
7 nœuds en plongée
Caractéristiques militaires
Armement 2 tubes lance-torpilles de 457 mm (2 torpilles)
Rayon d'action 360 nautiques à 10 nœuds en surface
20 nautiques à 5 nœuds en plongée
Localisation
Coordonnées 50° 31,41′ nord, 2° 11,25′ ouest
Géolocalisation sur la carte : Dorset
(Voir situation sur carte : Dorset)
HMS A3
HMS A3
Géolocalisation sur la carte : Angleterre
(Voir situation sur carte : Angleterre)
HMS A3
HMS A3

Le HMS A3 était un sous-marin britannique de classe A, construit pour la Royal Navy au cours de la première décennie du XXe siècle. Il a coulé en 1912. Son épave est une épave protégée gérée par Historic England.

ConceptionModifier

Le A3 faisait partie de la première classe de sous-marins de conception britanniques, bien que légèrement plus gros, plus rapide et plus lourdement armé que le navire de tête, le HMS A1. Ces sous-marins avaient une longueur totale de 32 mètres, un maître-bau de 3,9 m et un tirant d'eau moyen de 3,3 m. Ils avaient un déplacement de 190 tonnes en surface et 209 tonnes en immersion. Les sous-marins de classe A avaient un équipage de 2 officiers et 11 matelots[1].

Pour la navigation en surface, les navires étaient propulsés par un unique moteur à essence Wolseley à 16 cylindres de 450 chevaux-vapeur (336 kW) qui entraînait un unique arbre d'hélice. Lorsqu’il étaient en immersion, l’hélice était entraînée par un moteur électrique de 150 chevaux (112 kW). Ils pouvaient atteindre 10 nœuds (19 km/h) en surface et 7 nœuds (13 km/h) sous l’eau. À la surface, le HMS A2 avait un rayon d'action de 320 milles marins (590 km) à 10 nœuds (19 km/h)[1]. En immersion, l’autonomie était de seulement 30 milles marins (56 km) à 5 nœuds (9,3 km/h)[2].

Ces navires étaient armés de deux tubes lance-torpilles de 18 pouces (450 mm) à l’avant. Ils pouvaient transporter une paire de torpilles de rechange, mais en général, ils ne le faisaient pas, de sorte qu’ils devaient compenser leur poids par un poids équivalent de carburant[3].

EngagementsModifier

Le HMS A3 a été construit par Vickers à Barrow-in-Furness et a été mis en service le . Il a principalement servi comme sous-marin de défense côtière et d’entraînement pendant plus de sept ans. Le , le HMS A3, ainsi que plusieurs autres sous-marins dépêchés du port de Gosport, ont effectué des exercices d’entraînement sur des navires cibles dans le Solent[4].

En attaquant fictivement le navire-dépôt HMS Hazard, le HMS A3 est entré accidentellement en collision avec sa cible. Son gouvernail et son hélice ont tous deux été mis hors service, et le sous-marin a coulé avec tout son équipage[4]. Le sous-marin a été renfloué en mars et coulé comme cible d’artillerie par des obus du HMS St. Vincent le [5]. En , l’épave du HMS A3 a été officiellement désignée comme site protégé[6].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. a et b Gardiner & Gray, p. 86
  2. Akermann, p. 120
  3. Harrison, chapitre 27
  4. a et b McCartney 2002, p. 77.
  5. McCartney 2002, p. 78.
  6. (en) « British A3 submarine sunk off Jurassic Coast in 1912 gets protected status », Dorset Echo, Newsquest Media,‎ (lire en ligne, consulté le 24 juillet 2016)

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens internesModifier

Liens externesModifier