Sikorsky HH-60 Pave Hawk

(Redirigé depuis HH-60 Pave Hawk)

HH-60G Pave Hawk
Image illustrative de l’article Sikorsky HH-60 Pave Hawk
Un HH-60G Pave Hawk de l'U.S. Air Force en 2003.

Rôle Hélicoptère de combat et de sauvetage.
Constructeur Drapeau : États-Unis Sikorsky
Mise en service 1982
Date de retrait Toujours en service
Coût unitaire 9,3 millions USD
Nombre construit 112
Équipage
2, 1 pilote et un opérateur d'arme
Motorisation
Moteur General Electric T700-GE-700/701C
Nombre 2
Type Turbomoteurs
Puissance unitaire De 1 560 à 1 940 ch
Nombre de pales 4
Dimensions
Image illustrative de l’article Sikorsky HH-60 Pave Hawk
Diamètre du rotor 14,1 m
Longueur 17,1 m
Hauteur 4,4 m
Masses
À vide 7000 kg
Carburant 2 041 kg
Maximale 9 900 kg
Performances
Vitesse de croisière 220 km/h
Vitesse maximale 350 km/h
Plafond 4 267 m
Vitesse ascensionnelle 549 m/min
Distance franchissable 933 km
Distance de convoyage 2 220 km
Armement
Interne 2 mitrailleuses de 7,62 mm ou 2 mitrailleuses de 12,7 mm

Le HH-60 Pave Hawk est un hélicoptère de recherche et sauvetage au combat des États-Unis, fabriqué par Sikorsky Aircraft Corporation.

HH-60GModifier

Il est entré en service en 1982 dans la United States Air Force et un total de 112 unités ont été construites[1].

Il est l'une des nombreuses versions du UH-60 Blackhawk, lui-même dérivé du Sikorsky S-70. Il s'agit de la première version ravitaillable en vol de cette gamme. Il est néanmoins plus petit que le UH-60. Le rôle du HH-60G Pave Hawk est de s'infiltrer dans des milieux hostiles, de jour comme de nuit, afin de porter secours à du personnel en zone de combat. En , 101 sont en service dans l'USAF. En , 97 sont en service mais un exemplaire s'est écrasé en Irak le [2].

HH-60WModifier

En 2006, la USAF lance un programme nommé CSAR-X pour le remplacer à l'horizon 2012 mais celui-ci est abandonné.

Dans le cadre du programme Combat Rescue Helicopter (CRH) lui succédant, il est prévu qu'il soit remplacé par le HH-60W (« Whisky ») dont l'assemblage final à lieu a Stratford, dans le Connecticut et le premier vol a lieu le depuis le centre de contrôle du développement de Sikorsky de West Palm Beach, en Floride[3].

Sikorsky assure que le HH-60W est l'hélicoptère le plus connecté jamais conçu. Il dispose aussi d'une capacité interne d'emport en carburant presque doublée par rapport au UH-60M Black Hawk.

Le projet de budget de la défense américain pour l'année fiscale 2019 prévoit la production en présérie de 10 CHR. Lockheed Martin s'est vu attribuer un contrat d'une valeur de 1,5 milliard de dollars américains pour la production de quatre appareils de développement et cinq appareils de démonstration. 112 unités pourraient être commandées[4]. Le programme global est évalué à 7,9 milliards de dollars.

Six hélicoptères sont dédiés au programme d'essais de développement dont le premier vol à lieu le [5].

Le l'hélicoptère HH-60W a été baptisé Jolly Green II par madame Barbara Barrett, alors Secrétaire à la Force aérienne des États-Unis. Ce choix est une référence au Jolly Green Giant de la guerre du Vietnam[6].

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier