Hôtel de Salm-Dyck

hôtel particulier dans le 7e arrondissement de Paris
Hôtel de Salm-Dyck
Paris - Hôtel de Salm-Dyck- 97 rue du Bac - 001.jpg
Présentation
Type
Construction
Propriétaire
Patrimonialité
Localisation
Pays
Région
Commune
Adresse
Coordonnées
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg
Localisation sur la carte du 7e arrondissement de Paris
voir sur la carte du 7e arrondissement de Paris
Red pog.svg

L’hôtel de Salm-Dyck, anciennement hôtel de Ségur, est un hôtel particulier situé à Paris en France.

LocalisationModifier

Il est situé au 97 rue du Bac, dans le 7e arrondissement de Paris.

HistoireModifier

L'hôtel fut construit en 1722 pour Pierre Henry Lemaître (par ailleurs propriétaire du château du Marais), peut-être par François Debias-Aubry. Le décor intérieur date en partie de cette époque. Dès 1726, l'hôtel est cédé à la maréchale-duchesse de Gramont, née Marie Christine de Noailles (1672-1748), qui y marie sa fille avec le duc de Ruffec, fils aîné de Saint-Simon.

Au moment de la Révolution, il appartient au vicomte de Ségur. L'hôtel est occupé de 1786 à 1798 (avec des intermittences entre 1792 et 1795 puis à nouveau en 1796) par Madame de Staël.

En 1809, il est acquis par le comte Joseph de Salm-Reifferscheidt-Dyck (fait prince de Salm en 1816) qui fait décorer l'appartement du premier étage (antichambre, salon, bibliothèque) en style Empire (v. 1810) par l'architecte Antoine Vaudoyer et le peintre Jean-Jacques Lagrenée (ensemble conservé et classé parmi les monuments historiques). La comtesse de Salm-Dyck, née Constance de Théis, y tient un célèbre salon littéraire. Après la guerre de 1870, l'hôtel fut la résidence parisienne de l'ancien préfet de police et ministre de la Police générale de Napoléon III, Charlemagne-Émile de Maupas.

Ce bâtiment fait l’objet d’un classement au titre des monuments historiques depuis le et d'une inscription à cette même date[1].

GalerieModifier

Autres vues

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier