Hélisenne de Crenne

femme de lettres française
Hélisenne de Crenne
Gravure d'Hélisenne de Crenne
Biographie
Naissance
Décès
Nom de naissance
Marguerite Briet
Nationalité
Activité
Période d'activité
Conjoint
Philippe Fournel, sieur du Crenne (m.1530 ; div.1552)
Enfant
Pierre Fournel
Autres informations
Mouvement
Genre artistique
Adjectifs dérivés
Hélisénien[1], hélisennien[2]
Œuvres principales

Hélisenne de Crenne, nom de plume de Marguerite Briet[3], née vers 1510 à Abbeville (Picardie) et morte vers 1560, est une femme de lettres, romancière, épistolière, poétesse et traductrice française.

Oubliée, puis redécouverte à la fin du XIXe siècle, Hélisenne de Crenne est désormais considérée tout à la fois comme une érudite de renom dans la tradition humaniste de la Renaissance, comme une précurseure du roman sentimental, psychologique et épistolaire, ainsi que comme une pionnière du féminisme.

Biographie modifier

 
Gravure dans Les Angoisses douloureuses.

Marguerite Briet est née vers 1510 à Abbeville, en Picardie[4]. Elle serait issue de la petite noblesse picarde, et fille d'un échevin abbevillois. Sa traduction des quatre premiers livres de l'Énéide en vers français lui a permis d'être admise à la cour de François Ier[5]. On sait qu’elle épouse vers 1530 Philippe Fournel, seigneur du Cresne, dont elle se sépare légalement en 1552 pour aller vivre ensuite près de Paris. Leur terre, le fief de Cresne se trouvait près de Coucy, en Laonnois, dans l'actuelle Aisne[6],[7]. Aucune information ultérieure ne nous est parvenue.

La Croix du Maine et Antoine du Verdier firent mention d'elle comme « d'une demoiselle Picarde fort instruite, et auteur de plusieurs morceaux assez agréables, tous relatifs à l'amour. ». Les éditions de 1538 et de 1560 de ses œuvres figurèrent à la bibliothèque du roi. Elle dédia d'ailleurs sa traduction de l'Énéïde à François Ier[8].

Peu de renseignements subsistent sur les affinités littéraires de Marguerite Briet, mais on peut noter qu'elle semble avoir circulé dans les milieux parisiens humanistes[9].

La Biographie des hommes célèbres, des savants, des artistes et des littérateurs du département de la Somme reproduit la gravure suivante qui aurait été réalisée d'après un tableau d'Hélisenne de Crenne longtemps conservé au château d'Heilly dans la Somme[10],[11].

 

Œuvres modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Le pseudonyme d'Hélisenne de Crenne est associé à quatre ouvrages, publiés en rafale de 1538 à 1541 par l'éditeur Denis Janot[6] :

 
Hélisenne de Crenne, présentant sa traduction des quatre premiers livres de l'Énéïde à François Ier.

Les trois premiers connaissent de nombreuses éditions avant d’être réunis en un seul volume, d’abord en 1543, puis en 1551 et 1560 par Claude Colet, qui croit bon de les alléger des latinismes, archaïsmes et néologismes par lesquels Hélisenne avait pu faire montre de son érudition. Après quoi, il faut attendre trois siècles et demi pour que soit identifiée leur autrice et que l’on commence à relire son œuvre d’un œil neuf.

Les Angoysses douloureuses qui procedent d'amours modifier

Les tourments de l’amour sont présentés dans ce roman du point de vue de la femme, ici figurée par Hélisenne, à la fois personnage, narratrice et autrice de l’histoire. La première partie raconte le mariage d’Hélisenne, unie à douze ans à un homme adulte qui parait la respecter, et le soudain désir adultère qu’elle éprouve pour le jeune Guénélic. Désespéré, violent, son mari la bat et finit par la faire enfermer dans une tour. Hélisenne écrit une longue missive à son amant, dans l’espoir qu’elle tombera entre ses mains et qu’il la délivrera. Dans le deuxième volet sont racontées les aventures de Guénélic et de son compagnon Quézinstra, qui sillonnent l’Europe à la recherche de la prison d’Hélisenne. Dans la dernière partie, Quézinstra relate le sort des deux amants. À la fin du texte, on comprend que c'est Hélisenne qui, de bout en bout, tenait la plume.

Les Épistres familières et invectives de ma dame Hélisenne modifier

Les 18 lettres contenues dans cet ouvrage ont trait à l’éducation des femmes et aux amitiés féminines, à la morale, à l’amour et à l’infidélité. Elles sont adressées à des personnes fictives, mais y sont citées comme modèles des personnalités telles que Didon, Judith, Aspasie et Marguerite de Navarre. L’œuvre dénonce les injustices dont souffrent les femmes, la prétention des hommes à les dominer, les condamnations de celles qui écrivent, le mépris qui s'affiche souvent à l’égard de son sexe[13], attitude notamment mise en évidence par Gratien Du Pont dans ses Controverses des sexes masculin et féminin publiées en 1534.

Le Songe de madame Hélisenne modifier

Une dame et son amant discutent des dangers de l’amour adultère. Dans ce récit en grande partie allégorique où interviennent Vénus et Pallas, puis Sensualité et Raison, le point de vue dominant est encore une fois celui de la femme, dont les désirs amoureux sont réprimés par son mari sans être pour autant satisfaits par son amant[14].

Éditions modernes modifier

Notes et références modifier

  1. Hélisenne de Crenne 2005, p. 9
  2. Diane Desrosiers, « Hélisenne de Crenne et la traduction des quatre premiers livres de l’Énéide »   (consulté le )
  3. Éditions Larousse, « Marguerite Briet dite Hélisenne de Crenne - LAROUSSE », sur www.larousse.fr (consulté le )
  4. Hélisenne de Crenne 2005, p. 11-12
  5. Philippe Pinchemel, Visages de la Picardie, , p. 101
  6. a b et c Volker Mecking, « Hélisenne de Crenne, Le songe de madame Helisenne, Édition établie et annotée par Jean-Philippe Beaulieu et Diane Desrosiers-Bonin », Besprechungen, vol. 125, no 4,‎ , p. 750–751 (ISSN 1865-9063, DOI 10.1515/zrph.2009.119, lire en ligne, consulté le )
  7. (en) « Confession(s) of an Early Modern Virago : Situating Confession, Evangelizing and Defense of Women in the Works of Hélisenne de Crenne », sur cdr.lib.unc.edu, (consulté le ), p. 42
  8. Louise-Félicité Guinement de Kéralio Robert, Collection des meilleurs ouvrages françois, composés par des femmes, (lire en ligne), p. 183-184
  9. Hélisenne de Crenne 2008, p. 9
  10. Biographie des hommes célèbres, des savans, des artistes et des littérateurs du département de la Somme, R. Machart, (lire en ligne)
  11. Auguste Omer Janvier, Petite histoire de Picardie : Dictionnaire historique et archéologique, A. Douillet, (lire en ligne)
  12. Hélisenne de (1510-1560?) Auteur du texte Crenne, Le Songe de madame Helisenne composé par ladicte dame, la consideration duquel, est apte à instiguer toutes personnes de s'alliener de vice, & s'approcher de vertu . De Crenne, (lire en ligne)
  13. Hélisenne de Crenne, Les épistres familières et invectives, Champion, coll. « Textes de la Renaissance », , 248 p. (ISBN 978-2-85203-570-6)
  14. Hélisenne de Crenne et Jean-Philippe Beaulieu, Le songe de madame Hélisenne de Crenne, Indigo Côté-femmes, coll. « Des femmes dans l'histoire », (ISBN 978-2-907883-82-5)

Annexes modifier

Bibliographie modifier

  • Pascale Mounier, « Les Angoysses douloureuses d’Hélisenne de Crenne : un antiroman sérieux », Études françaises, vol. 42, n° 1, 2006, p. 91-109 (lire en ligne).
  • Janine Incardona, Le Genre narratif sentimental en France au XVIe siècle : structures et jeux onomastiques autour des Angoysses douloureuses qui procedent d’amours d’Hélisenne de Crenne, Publicacions de la Universitat de València, 2006.
  • Jean-Philippe Beaulieu et Diane Desrosiers-Bonin (dir.), Hélisenne de Crenne. L’écriture et ses doubles, Paris, Honoré Champion, 2004 (ISBN 2745310356)
  • (en) Diane S. Wood, Hélisenne de Crenne. At the Crossroads of Renaissance Humanism and Feminism, Madison (Wisconsin) et Teaneck (New Jersey), Fairleigh Dickinson University Press, 2000 (ISBN 0838638562)
  • Jean-Philippe Beaulieu, « Les données chevaleresques du contrat de lecture dans les Angoysses douloureuses d’Hélisenne de Crenne », Études françaises, vol. 32, no 1,‎ , p. 71-83 (lire en ligne)

Articles connexes modifier

Liens externes modifier