Ouvrir le menu principal

Gustave Cuneo d'Ornano

personnalité politique française
Gustave Cunéo d'Ornano
Cuneo d'Ornano, Gustave.jpg
Fonction
Député
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 60 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité

Gustave Cunéo d'Ornano (né le à Rome et décédé le à Paris) est un député bonapartiste de la Troisième République, qui siège de 1876 à 1906.

Sommaire

BiographieModifier

Petit-fils d'un compagnon d'armes de Napoléon Ier, sa famille, originaire d'Ajaccio, est très liée au bonapartisme; cela lui vaut le surnom du « dernier bonapartiste ». Employé à la préfecture de la Seine sous le Second Empire, il est capitaine de mobiles en 1870-1871.

Rédacteur au Courrier de France, il dirige ensuite un journal bonapartiste dans les Charentes en 1873. Il se signale par des polémiques particulièrement vives. Elu député bonapartiste de la Charente aux élections de 1876, il siège dans les rangs de l'Appel au peuple. Souvent impliqué dans des séances tumultueuses, Cunéo d'Ornano, qui conserve son siège trois décennies (jusqu'en 1906), fait l'objet récurrent de rappels à l'ordre du président de Chambre et de sanctions disciplinaires.

Il est à l'origine de la loi du 3 août 1882 relative à la destruction des loups, pour laquelle il demande l'urgence. En mars 1882, il s'oppose aux nouveaux crédits accordés à l'expédition militaire en Tunisie, ce qui lui vaut un rappel sournois de ses origines italiennes [1]. Il accuse celle-ci de servir des « intérêts particuliers »[1]. S'il soutient la « [protection] des colons d'Algérie », il rejette le « système de protection conquérante » consistant à occuper toutes les provinces limitrophes, système qui conduirait, selon lui, à justifier jusqu'à l'occupation de l'Egypte[1]. Il refuse, in fine, l'« annexion déguisée » et formalisée par le traité du Bardo de 1881 (puisque la France ne prétendait que protéger l'Algérie)[1]. Avec Paul Déroulède, une partie croissante de la droite nationaliste s'oppose en effet aux interventions coloniales, accusées de détourner le regard de la « ligne bleue des Vosges » (l'Alsace-Lorraine, perdue en 1871).

Références et notesModifier

  1. a b c et d Séance du 28 mars 1882, Discussion d'un projet de loi tendant à l'ouverture de crédits supplémentaires pour l'expédition de Tunisie, JORF. Débats parlementaires. Chambre des députés, 29 mars 1882, p.414-418 [lire en ligne]

Sources généralesModifier

Article connexeModifier