Guiglelmo II Crispo

Guiglelmo II Crispo fut duc de Naxos 1453 à 1463.

Guiglelmo II Crispo
Crispi Coat of Arms.jpg
Armes des Crispi, ducs de Naxos.
Fonction
Duc de Naxos
-
Biographie
Naissance
Décès
Activité
FeudataireVoir et modifier les données sur Wikidata
Famille
Crispo (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Mère
Fiorenza Sanudo (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Fratrie
Niccolo Crispo (en)
Marco Crispo (d)
Petronilla Crispo (d)
Giovanni II Crispo
Giacomo Ier Crispo
Agnese Crispo (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfant
Giacomo Crispo, Governor of the Duchy of the Archipelago (en)Voir et modifier les données sur Wikidata

Il succéda à son petit-neveu Gian Giacomo Crispo, fils posthume de son neveu Giacomo II Crispo, après avoir assuré la régence du duché.

FamilleModifier

Les Crispi étaient probablement originaires de Vérone. Francesco Ier Crispo, le fondateur de la dynastie était seigneur de Milos, donc vassal du Duc de Naxos et son cousin par alliance, ayant épousé une petite-fille du duc Guglielmo Sanudo. Il s'empara du trône de Naxos après avoir assassiné le duc légitime Niccolo III dalle Carceri[1]. Son fils Giacomo Ier Crispo accentua sa légitimité en épousant lui aussi une Sanuda : Fiorenza Sanudo, la petite fille de la duchesse homonyme Fiorenza Sanudo et du duc par alliance Niccolo Sanudo Spezzabanda. Giacomo n'avait eu que deux filles et la famille Crispo avait décidé d'appliquer la loi salique. Ce fut donc son frère Giovanni II Crispo, seigneur de Milos et Kimolos, qui lui succéda[2], puis le duché passa au fils de Giovanni : Giacomo II Crispo, puis au fils posthume de celui-ci, Gian Giacomo Crispo. La régence fut d'abord assurée par son grand-oncle Niccolo et à la mort de ce dernier par un second grand-oncle Guiglelmo. À la mort de Gian Giacomo, âgé de sept ans, la loi salique fit que le duché passa au mâle le plus proche, le régent Guiglelmo[3] .

Duc de NaxosModifier

L'année où il monta sur le trône de Naxos, Constantinople tomba aux mains des Ottomans de Mehmed II. Guiglelmo envoya ses félicitations au Sultan et lui fit parvenir des cadeaux à Edirne. Il espérait ainsi éviter d'être à son tour sinon conquis du moins inquiété[3].

Cependant, le Sultan apprit que les pirates chrétiens qui opéraient en Égée relâchaient et se ravitaillaient dans les ports du Duché. Il envoya donc une flotte commandée par Yumus Pacha contre Naxos. Elle fut en partie détruite par une tempête et perdit vingt-cinq galères. L'amiral renonça apparemment à son attaque. En route, il s'attaqua à Samothrace dont il expulsa Dorino II Gattilusio qui se réfugia sur Naxos où il épousa une des femmes de la famille Crispo[3].

En , Venise signa un traité de paix avec Mehmed II dans lequel fut inclus le duché de Naxos. Guiglelmo se rendit alors en pèlerinage sur Patmos pour remercier Dieu de sa protection. Il offrit au Monastère Saint-Jean-le-Théologien une lampe en argent[4].

Guiglelmo gouvernait alors directement sept îles des Cyclades. Un certain nombre d'autres étaient gouvernées par des seigneurs latins qui étaient ses vassaux mais qui se comportaient de plus en plus comme des seigneurs indépendants[4].

Sur la fin de sa vie, le duc était de plus en plus malade et faible. Il se rendait très régulièrement sur Milos où il prenait des bains chauds. Il serait mort d'avoir abusé de ces bains. Il laissait un fils illégitime qui ne pouvait donc hériter. Il lui avait accordé un fief sur Naxos, à côté du village de Filoti. Il devait pour ce fief qui comprenait des prairies, des vergers et des puits, le paiement d'une pomme à Noël. Guiglelmo n'avait eu qu'une fille légitime. La loi salique et la diplomatie vénitienne firent passer le duché à un neveu de Guiglelmo, fils de l'ancien régent Niccolo, Francesco II Crispo[4].

Arbre généalogiqueModifier

 
 
 
 
 
 
  Famille Sanudo
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Fiorenza Sanuda
 
  Francesco Ier
1383 - 1397
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Fiorenza Sommaripa
 
  Giacomo Ier
1397-1418
 
  Giovanni II
1419-1437
∞ Francesca Morosini
 
Marco
(apanages de Ios
et Therasia)
 
  Guiglelmo II
1453-1463
∞ Elisabetha da Pesaro
 
Niccolo
(apanage de Syros et Santorin)
 
Pietro
 
Pétronille
∞ Pietro Zéno
(Andros en dot)
 
Agnese
∞ Dragonetto Clavelli
(seigneur de Nissyros)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
deux filles
 
  Giacomo II
1437-1447
∞ Ginevra Gattilusio
 
Adriana et Caterina
 
Francesco
 
Fiorenza
 
  Francesco II
1463
∞ Petronilla Bembo
 
trois fils et sept filles
 
  Giovanni
(chevalier de Saint-Jean[réf. nécessaire])
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  Gian Giacomo
1447-1453
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  Giacomo III
1463-1480
∞ Caterina Gozzadini
 
 
 
 
 
  Giovanni III
1480-1494
∞ une Morosini
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
une fille
∞ Domenico Pisani
(Santorin en dot)
 
 
 
 
 
  Francesco III
1500-1510
∞ Taddea/Caterina Loredano
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
  Giovanni IV
1510-1564
∞ Adriana Gozzadini
 
 
 
 
 
Catherine
∞ Gianluigi Pisani
(seigneur de Chios)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
Caterina
∞ Niccolo III Gozzadini
(seigneur de Sifnos et Kythnos)
 
Francesco
∞ Fiorenza Gozzadini
 
  Giacomo IV
1564-1566
∞ Cecilia Sommaripa
 
Thaddea Crispo
∞ Gianfrancesco Sommaripa
(seigneur d'Andros)
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
trois fils et trois filles
 

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (en) Charles A. Frazee, The Island Princes of Greece. The Dukes of the Archipelago., Adolf M. Hakkert, Amsterdam, 1988. (ISBN 9025609481)
  • (en) Paul Hetherington, The Greek Islands. Guide to the Byzantine and Medieval Buildings and their Art, Londres, 2001. (ISBN 1-899163-68-9)
  • Jean Longnon, L'Empire latin de Constantinople et la Principauté de Morée., Payot, 1949.
  • Père Robert Saulger, Histoire nouvelle des Ducs de l'Archipel., Paris, 1699. (repris par Louis Lacroix, Îles de la Grèce, 1853 et Ernst Curtius)
  • B. J. Slot, Archipelagus Turbatus. Les Cyclades entre colonisation latine et occupation ottomane. c.1500-1718., Publications de l'Institut historique-archéologique néerlandais de Stamboul, 1982. (ISBN 9062580513)

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. C. Frazee, op. cit., p. 42.
  2. C. Frazee, op. cit., p. 68.
  3. a b et c C. Frazee, op. cit., p. 76.
  4. a b et c C. Frazee, op. cit., p. 77.