Groningen (cheval)

race de chevaux

Groningen
Jument Groningen et son poulain.
Jument Groningen et son poulain.
Région d’origine
Région Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas
Caractéristiques
Morphologie Cheval de trait à demi-sang
Taille entre 1,57 m et 1,67 m en moyenne
Robe Toutes les robes simples
Tête allongée assez ordinaire, longues oreilles et expression placide
Pieds membres courts, solides et très ossus avec des sabots bien formés
Caractère doux et calme
Autre
Utilisation Attelage

Le Groningen est une race chevaline demi-sang originaire de la province du même nom aux Pays-Bas. Issu de croisements entre races locales et chevaux Frison et Oldenbourg, il est à l'origine élevé pour la traction. C'est un cheval compact et puissant au tempérament calme, qui présente des allures cadencées même si un peu lentes. Il est prédisposé à la discipline de l'attelage, mais il fait également un bon cheval de selle rustique. La race est rare, peu diffusée, et ce même dans son pays d'origine.

Tout comme le Gelderland, la race a participé à la création du KWPN.

HistoireModifier

 
Peinture d'un Groningen par Otto Eerelman en 1898.

La race est originaire de la province de Groningue dont il porte le nom[1],[2]. Elle est née du croisement entre les races locales avec des chevaux Frison et Oldenbourg dans le but d'obtenir un cheval pouvant aussi bien servir à l'attelage que dans le travail agricole[1],[2],[3],[4]. C'est alors un cheval avec une forte et puissante arrière-main dont l'avant-main manque cependant d'action libre[2]. Il a dans un second temps subi de nouveaux apports de sang en provenance de chevaux Suffolk Punch et Norfolk Roadster pour obtenir plus de puissance dans le labourage des terres lourdes[4]. À partir de 1945, la race est améliorée et affinée afin de produire un cheval plus polyvalent[2]. Dans les années 1970, la race a pratiquement disparu, intégrée pour la plupart des sujets au KWPN. Seuls quelques étalons de pure race subsistent encore[5]. Afin de préserver cette race ancienne, les éleveurs montent un programme de sauvegarde et utilisent des chevaux Oldenbourg en croisement[5].

Tout comme le Gelderland, la race a participé à la création du KWPN[1],[2]. Le KWPN a d'ailleurs hérité de l'arrière-main puissante du Groningen[4].

DescriptionModifier

 
Jument Groningen de deux ans.

Sa taille est en moyenne comprise entre 1,57 m et1,67 m (entre 15,2 et 16,2 mains)[1]. C'est un cheval compact et puissant[3]. Les différentes lignées de la race sont vigoureuses et dotées à la fois de taille et d'os[2].

MorphologieModifier

La tête est longue[1], bien distincte, avec un profil droit et des oreilles un peu longues[3]. Le regard est franc[2] et les yeux sont intelligents[3]. L'encolure, bien musclée, est robuste et courte, ce qui est caractéristique des chevaux d'attelage[1],[2] Le garrot est proéminent[1],[4]. La poitrine est large et très profonde[3],[4]. L'avant-main, bien qu'un peu faible, a subi une nette amélioration depuis 1945[2]. Le corps, puissant[3], est allongé, tout comme le dos[2],[4]. La croupe est aplatie[4],[5]. L'arrière-main est très musclée et la queue placée haut[4],[5]. Les membres sont courts, solides, forts et bien musclés[1],[3],[4],[5]. Les sabots sont bien formés[4].

RobeModifier

Toutes les robes simples sont présentes chez la race[1]. Les robes alezan, bai et noir sont le plus souvent rencontrées[3],[5]. Les marques blanches sont fréquentes[3].

AlluresModifier

Ses allures sont cadencées bien qu'un peu lentes. Elles sont particulièrement adaptées à la discipline de l'attelage[3].

TempéramentModifier

C'est un cheval au tempérament agréable[3]. Il est calme et déterminé[2]. Volontaire et résistant, il est également extrêmement frugal[3].

UtilisationsModifier

Le Groningen est un cheval de selle rustique. Ses usages sont multiples. Il peut être utilisé aussi bien pour la traction, que pour l'attelage, pour l'équitation de travail comme pour le tourisme équestre[3].

Diffusion de l'élevageModifier

La race est rare, peu diffusée, et ce même dans son pays d'origine[3],[4]. L'ouvrage Equine Science (4e édition de 2012) le classe parmi les races de chevaux de selle peu connues au niveau international[6].

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g h et i (en) Moira C. Reeve et Sharon Biggs (ill. Bob Langrish), The Original Horse Bible: The Definitive Source for All Things Horse : The Definitive Source for All Things Horse, New York, BowTie Inc., , 481  p. (ISBN 1-937049-25-6, OCLC 772844664, lire en ligne) .
  2. a b c d e f g h i j et k Edwards 2005, p. 120-121.
  3. a b c d e f g h i j k l m et n Ravazzi 2002, p. 110
  4. a b c d e f g h i j et k Fitzpatrick 2008, p. 142-143
  5. a b c d e et f Hendricks 2007, p. 205-206.
  6. (en) Rick Parker, Equine Science, Cengage Learning, , 4e éd., 608  p. (ISBN 1-111-13877-X), p. 62 .

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

BibliographieModifier