Gouvernement Pahor

Gouvernement Pahor
(sl) 9. vlada Republike Slovenije

République de Slovénie

Description de cette image, également commentée ci-après
Le président du gouvernement Borut Pahor en 2009.
Président de la République Danilo Türk
Président du gouvernement Borut Pahor
Élection 21 septembre 2008
Législature 5e
Formation
Fin
Durée 3 ans, 2 mois et 22 jours
Composition initiale
Coalition SD-Zares-DeSUS-LDS (2008)
SD-LDS (06/2011)
Ministres 18
Femmes 5
Hommes 13
Représentation
Assemblée nationale (2008)
50  /  90
Assemblée nationale (06/2011)
34  /  90
Drapeau de la Slovénie

Le gouvernement Pahor (en slovène : 9. vlada Republike Slovenije) est le gouvernement de la république de Slovénie entre le et le , durant la 5e législature de l'Assemblée nationale.

Il est dirigé par le social-démocrate Borut Pahor, vainqueur des élections législatives, et repose sur une coalition de quatre partis de centre gauche. Il succède au premier gouvernement de centre droit de Janez Janša. Après la rupture de la majorité et l'échec de Pahor aux élections législatives anticipées de 2011, il cède le pouvoir au gouvernement Janša II.

HistoriqueModifier

Dirigé par le nouveau président du gouvernement social-démocrate Borut Pahor, anciennement président de l'Assemblée nationale, ce gouvernement est constitué et soutenu par une coalition de centre gauche entre les Sociaux-démocrates (SD), Réel - Nouvelle politique (Zares), le Parti démocrate des retraités slovènes (DeSUS) et la Démocratie libérale slovène (LDS). Ensemble, ils disposent de 50 députés sur 90, soit 55,6 % des sièges de l'Assemblée nationale.

Il est formé à la suite des élections législatives du 21 septembre 2008.

Il succède donc au premier gouvernement du conservateur-libéral Janez Janša, constitué d'une coalition de centre droit entre le Parti démocratique slovène (SDS), Nouvelle Slovénie (NSi), le Parti populaire slovène (SLS) et le DeSUS.

FormationModifier

Au cours du scrutin, les Sociaux-démocrates de Borut Pahor deviennent le premier parti de Slovénie en enregistrant une progression de 20 points par rapport au scrutin précédent. Ils devancent de peu le Parti démocratique du président du gouvernement Janez Janša. Pahor semble plus à même de réunir une majorité, ses deux alliés de Réel et la Démocratie libérale ayant obtenu une représentation parlementaire, alors que parmi les soutiens de Janša, le Parti populaire est en recul et la Nouvelle Slovénie se trouve exclue de l'Assemblée. Le Parti des retraités se dit en outre prêt à s'associer aux partis du centre gauche[1].

Le , le président de la République Danilo Türk confie à Borut Pahor la mission de former le nouvel exécutif slovène[2]. Un accord politique de coalition est conclu trois jours plus tard entre les SD, Zares, le DeSUS et la LDS, qui doivent encore s'accorder sur la répartition des portefeuilles ministériels[3]. La candidature de Pahor est confirmée par l'Assemblée nationale le , par 56 voix pour et 24 contre, seul le SDS ayant décidé de s'opposer à lui[4].

L'équipe gouvernementale, composée de 18 ministres, se soumet au vote de confiance des parlementaires deux semaines et demi plus tard, le . Elle reçoit l'investiture des députés par 56 suffrages favorables et 30 contre[5].

SuccessionModifier

Au lendemain de la démission de la ministre du Développement régional, le Parti des retraités annonce le qu'il se retire de la coalition au pouvoir, privant le gouvernement Pahor de sa majorité absolue au sein de l'hémicycle parlementaire en pleine crise politique autour de la réforme du marché du travail et du système de retraite[6].

À quelques jours d'un triple référendum portant sur la réforme des retraites, la lutte contre le travail au noir et la limitation de l'accès aux archives de l'époque communiste le , le président de Zares et ministre de la Science Gregor Golobič dépose sa démission[7]. Après que les scrutins se sont soldés par le rejet des projets du gouvernement, Pahor annonce deux semaines plus tard que Zares compte également se retirer du gouvernement[8].

Le , Borut Pahor sollicite la confiance de l'Assemblée nationale sur un remaniement ministériel destiné à combler les portefeuilles vacants. Elle lui est refusée avec 51 votes contre et 36 pour[9]. Le président Türk annonce une semaine plus tard la dissolution de l'Assemblée et la convocation d'élections anticipées le [10]. Près de deux mois après le scrutin, Janez Janša forme son deuxième gouvernement avec cinq partis de centre droit[11].

CompositionModifier

Initiale (21 novembre 2008)Modifier

Portefeuille Titulaire Parti
Président du gouvernement Borut Pahor SD
Ministre des Finances Franc Križanič SD
Ministre de l'Intérieur Katarina Kresal LDS
Ministre des Affaires étrangères Samuel Žbogar SD
Ministre de la Justice Aleš Zalar LDS
Ministre de la Défense Ljubica Jelušič SD
Ministre du Travail, de la Famille et des Affaires sociales Ivan Svetlik DeSUS
Ministre de l'Économie Matej Lahovnik (jusqu'au 16/07/2010)
Darja Radić (jusqu'au 27/06/2011)
Zares
Ministre de l'Agriculture, des Forêts et de l'Alimentation Milan Pogačnik (jusqu'au 10/03/2010) SD
Henrik Gjerkeš a.i. (jusqu'au 05/05/2010) DeSUS
Dejan Židan SD
Ministre de la Culture Majda Širca (jusqu'au 27/06/2011) Zares
Ministre de l'Environnement et l'Aménagement du territoire Karl Erjavec (jusqu'au 12/02/2010)
Roko Žarnić
DeSUS
Ministre des Transports Patrick Vlačič SD
Ministre de l'Éducation et des Sports Igor Lukšič SD
Ministre de la Santé Borut Miklavčič (jusqu'au 07/04/2010)
Dorijan Marušič
SD
Ministre de l'Administration publique Irma Pavlinič Krebs (jusqu'au 27/06/2011) Zares
Ministre de l'Enseignement supérieur, de la Science et de la Technologie Gregor Golobič (jusqu'au 02/06/2011) Zares
Igor Lukšić a.i. (à partir du 23/06/2011) SD
Ministre sans portefeuille
Chargé des Slovènes de l'étranger
Boštjan Žekš Sans
Ministre sans portefeuille
Chargé l'Autonomie locale et la Politique régionale
Zlata Ploštajner (jusqu'au 22/10/2009)
Henrik Gjerkeš (jusqu'au 21/12/2010)
Duša Trobec Bučan (du 11/01 au 18/04/2011)
DeSUS
Boštjan Žekš (à partir du 21/04/2011) Sans
Ministre sans portefeuille
Chargé du Développement et des Affaires européennes
Mitja Gaspari Sans

Remaniement du 11 juillet 2011Modifier

  • Les nouveaux ministres sont indiqués en gras, ceux ayant changé d'attributions en italique.
Portefeuille Titulaire Parti
Président du gouvernement
Ministre de l'Administration publique a.i.
Borut Pahor SD
Ministre des Finances Franc Križanič SD
Ministre de l'Intérieur Katarina Kresal (jusqu'au 17/08/2011)
Aleš Zalar a.i.
LDS
Ministre des Affaires étrangères Samuel Žbogar SD
Ministre de la Justice Aleš Zalar LDS
Ministre de la Défense Ljubica Jelušič SD
Ministre du Travail, de la Famille et des Affaires sociales Ivan Svetlik Sans
Ministre de l'Économie a.i.
Ministre sans portefeuille
Chargé du Développement et des Affaires européennes
Mitja Gaspari Sans
Ministre de l'Agriculture, des Forêts et de l'Alimentation Dejan Židan SD
Ministre de la Culture a.i.
Ministre sans portefeuille
Chargé des Slovènes de l'étranger
Boštjan Žekš Sans
Ministre de l'Environnement et l'Aménagement du territoire Roko Žarnić DeSUS
Ministre des Transports Patrick Vlačič SD
Ministre de l'Éducation et des Sports
Ministre de l'Enseignement supérieur, de la Science et de la Technologie a.i.
Igor Lukšič SD
Ministre de la Santé Dorijan Marušič SD
Ministre sans portefeuille
Chargé l'Autonomie locale et la Politique régionale
Boštjan Žekš Sans

RéférencesModifier

  1. « Slovénie : l'opposition de gauche remporte de peu les législatives », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mars 2020).
  2. « Borut Pahor, nouveau Premier ministre slovène », Euronews,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mars 2020).
  3. (en) « SD, Zares, LDS and DeSUS Initial Coalition Agreement », Slovenska tiskovna agencija,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mars 2020).
  4. (de) « Borut Pahor zu neuem Regierungschef gewählt », Der Standard,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mars 2020).
  5. (en) « Slovenia Parliament Approves Cabinet », Balkan Insight,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mars 2020).
  6. « Slovénie: le PM sans majorité », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mars 2020).
  7. « Les Slovènes rejettent une réforme des retraites », 20 Minutes,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mars 2020).
  8. (en) « Coalition party expected to resign », The Irish Times,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mars 2020).
  9. « Slovénie : le gouvernement de centre-gauche perd un vote de confiance », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mars 2020).
  10. « Élections anticipées en Slovénie », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mars 2020).
  11. « Slovénie : le nouveau gouvernement intronisé », Europe 1,‎ (lire en ligne, consulté le 27 mars 2020).

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Lien externeModifier