Ouvrir le menu principal

Gonçalo Garcia
Image illustrative de l’article Gonçalo Garcia
Gonçalo Garcia au pied de sa croix (image pieuse)
Gonçalo Garcia
Naissance 1556 (ou 1557)
Bassein (Bombay)
Décès   (41 ans)
Nagasaki (Japon)
Nationalité Indien
Ordre religieux Ordre des frères mineurs
Vénéré à Bombay (India)
Béatification 1627
par Urbain VIII
Canonisation 8 juin 1862 Rome
par Pie IX
Vénéré par Église catholique, Franciscains

Saint Gonçalo Garcia, né en 1556 (ou 1557) à Bassein, au nord de Bombay (Inde), et mort (crucifié) le 5 février 1597, à Nagasaki (Japon), était un frère franciscain indien, missionnaire au Japon. Il meurt martyr de la foi, avec 25 autres chrétiens et fait partie du groupe des ‘26 martyrs du Japon’ qui furent canonisés ensemble par le pape Pie IX en 1862.

Sommaire

BiographieModifier

Premières annéesModifier

De père soldat portugais et de mère indienne (Kanara), Gonçalo Garcia passe ses premières années au fort de Bassein, en Inde portugaise (Diocèse de Vasai), où il fait ses classes à l’école des jésuites (1564-1572). Il s’y lie d’amitié avec le père Sébastien Gonsalves. Bien que encore jeune – il a à peine 15 ans –il exprime le désir de l’accompagner lorsque le père est envoyé comme missionnaire au Japon (1572).

 
Vitrail dans la cathédrale de Pune (Inde)

Catéchiste au JaponModifier

Avec d’autres confrères jésuites Gonsalves et Garcia quittent l’Inde portugaise en mars 1572 pour arriver au Japon en juillet. Durant le voyage Gonçalo étudie la langue japonaise avec l’aide d’un voyageur japonais: il y acquiert bientôt une remarquable facilité.

Au Japon Garcia est un catéchiste-prédicant et proche collaborateur des jésuites. Sa bonne connaissance de la langue japonaise lui ouvre beaucoup de portes. Il est fort apprécié. Mais lorsqu’il demande son admission dans la Compagnie de Jésus, son souhait n’est pas exaucé, peut-être parce qu’il est métis.

Après huit ans de collaboration il quitte les jésuites et s’installe comme marchand à Alacao. Les affaires vont bien mais le cœur de Garcia est ailleurs: il reste attiré par la vie de religieux missionnaire. Ses affaires le conduisent souvent à visiter Manille (aux Philippines) où il fait la connaissance des franciscains.

Frère franciscainModifier

À sa demande il est accepté comme frère dans l’ordre de Saint François. Avec eux il revient au Japon. En mai 1593 il est membre de l’ambassade envoyée par le gouverneur espagnol de Manille auprès de l’empereur du Japon, comme interprète de l’ambassadeur, le franciscain Pierre Baptista.

 
Les 26 crucifiés de Nagasaki (gravure de 1628)

Les franciscains sont bien reçus et le travail missionnaire est autorisé dans la région de Kyoto, malgré l’opposition des moines bouddhistes. Cependant l’arrivée d’un navire espagnol et les vantardises de son capitaine qui exalte la grandeur et puissance du roi d’Espagne qui a déjà soumis beaucoup de nations compromet la situation. Devenu soupçonneux et hostile le shogun Toyotomi Hideyoshi fait arrêter les missionnaires étrangers.

Condamnation et crucifiementModifier

Arrêtés le 8 décembre 1596, Baptista et Garcia sont condamnés en janvier 1597. Ils doivent faire encore une longue marche pour arriver à Nagasaki le 4 février. Après avoir été torturés, ils sont exécutés le 5 février 1597. Ils font partie du groupe des 26 chrétiens morts, crucifiés sur une colline de Nagasaki, pour leur fidélité à la foi chrétienne.

Bien que dès 1627 le pape Urbain VIII déclare ‘bienheureux’ les 26 Martyrs du Japon, et autorise culte et vénération, le groupe des 26 martyrs ne fut finalement canonisés que deux siècles et demi plus tard, le 8 juin 1862, par le pape Pie IX. Gonçalo Garcia est le premier saint catholique du sous-continent indien.

BibliographieModifier

  • Agostinho de Monte Alverne: Panegyric on Gonsalo Garcia
  • Peter A. Fernandez: The Life of St. Gonsalo Garcia, Bombay.
  • J.H. Gense et A. Conti: In the days of Gonzalo Garcia: 1557-1597, Bombay, 1957.
  • P.X. Swami: St. Gonzalo Garcia: Indian martyr on Japanese soil, Bombay,St. Paul's publications, 2004.

Liens externesModifier