Ouvrir le menu principal
Dans le nom hongrois Pressburger György, le nom de famille précède le prénom, mais cet article utilise l’ordre habituel en français György Pressburger, où le prénom précède le nom.
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pressburger.
Giorgio Pressburger
Giorgio Pressburger.jpg
Giorgio Pressburger en 1975.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 80 ans)
TriesteVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Pressburger GyörgyVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalités
Formation
Activités
Autres informations
Distinctions

Giorgio Pressburger, né György Pressburger le à Budapest (Hongrie) et mort le à Trieste (Italie)[1], est un écrivain, réalisateur, scénariste et dramaturge hongrois, naturalisé italien.

Sommaire

BiographieModifier

Giorgio Pressburger quitte la Hongrie pour l'Italie avec son frère après l’insurrection de Budapest de 1956. Il y suit les cours de l’Accademia d'Arte Drammatica de Rome et obtient le diplôme de réalisateur. À partir de 1962, il commence à se faire connaître comme réalisateur de pièces de théâtre, tant classiques (Eschyle, Goldoni) que contemporaines (Pasolini, Bohumil Hrabal, etc.). Il produit ensuite ses propres pièces, puis des comédies musicales. Il enseigne l'art dramatique à l’Accademia de Rome, et a dirigé l’Istituto Italiano di Cultura de Budapest[2]. En 1981, il porte à l'écran la pièce Calderón de Pasolini, puis en 2011 Dietro il buio[précision nécessaire].

Pressburger s'est présenté aux Élections européennes de 2009 en Italie sur la liste Italia dei Valori. Outre le hongrois et l'italien, il parlait allemand, français, anglais, russe et slovène. Il obtient en 1998 le prix Viareggio pour La neve e la colpa (La Neige et la faute).

Œuvres traduites en françaisModifier

  • Histoires du huitième district [« Storie dell'ottavo distretto »], avec Nicola Pressburger, trad. de Hélène Leroy, Lagrasse, France, Éditions Verdier, coll. « Terra d’altri », 1989, 149 p. ( (ISBN 2-86432-084-3))
  • L’Éléphant vert [« L'Elefante verde »], trad. de Marguerite Pozzoli, Arles, France, Actes Sud, coll. « Lettres italiennes », 1990, 123 p. ( (ISBN 2-86869-493-4))
  • La Loi des espaces blancs [« La Legge degli spazi bianchi »], trad. de Marguerite Pozzoli, Arles, France, Actes Sud, coll. « Lettres italiennes », 1990, 183 p. ( (ISBN 2-86869-594-9))
  • Les Jumeaux [« I due gemelli »], trad. de Marguerite Pozzoli, Arles, France, Actes Sud, coll. « Lettres italiennes », 1998, 220 p. ( (ISBN 2-7427-1471-5))
  • La Neige et la Faute [« La neve e la colpa »], trad. de Marguerite Pozzoli, Arles, France, Actes Sud, coll. « Lettres italiennes », 2002, 229 p. ( (ISBN 2-7427-3687-5))[3]
  • L’Horloge de Munich [« L’orologio di Monaco »], trad. de Marguerite Pozzoli, Arles, France, Actes Sud, coll. « Lettres italiennes », 2005, 249 p. ( (ISBN 2-7427-5858-5))
  • La Langue perdue [« Il sussurro della grande voce »], trad. de Marguerite Pozzoli, Arles, France, Actes Sud, coll. « Lettres italiennes », 2008, 315 p. ( (ISBN 978-2-7427-8072-3))
  • Dans l’obscur royaume [« Nel regno oscuro »], trad. de Marguerite Pozzoli, Arles, France, Actes Sud, coll. « Lettres italiennes », 2011, 383 p. ( (ISBN 978-2-7427-9624-3))
  • Histoire humaine et inhumaine [« Storia umana e inumana »], trad. de Marguerite Pozzoli, Arles, France, Actes Sud, coll. « Lettres italiennes », 2015, 448 p. ( (ISBN 978-2-330-04817-4))

FilmographieModifier

ThéâtreModifier

Notes et référencesModifier

  1. Elhunyt Giorgio Pressburger magyar származású olasz író
  2. (it) Roberto Poppi, Dizionario del cinema italiano, vol. 1 : I Registi dal 1930 ai giorni nostri, Rome, Gremese Editore, (ISBN 88-8440-171-2 et 978-88-8440-171-7, OCLC 492495180), p. 346.
  3. Peter Beaumont, « Illusions of grandeur », sur the Guardian, (consulté le 9 octobre 2013)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexeModifier

Liens externesModifier