Gimnée

section de Doische, Belgique

Gimnée
Gimnée
Panorama du village.
Administration
Pays Drapeau de la Belgique Belgique
Région Drapeau de la Région wallonne Région wallonne
Communauté Drapeau de la Communauté française de Belgique Communauté française
Province Drapeau de la province de Namur Province de Namur
Arrondissement Philippeville
Commune Doische
Code postal 5680
Démographie
Gentilé Gimnéen(ne)
Géographie
Coordonnées 50° 07′ nord, 4° 42′ est
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Province de Namur
Voir sur la carte administrative de Province de Namur
City locator 14.svg
Gimnée
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte administrative de Belgique
City locator 14.svg
Gimnée
Géolocalisation sur la carte : Belgique
Voir sur la carte topographique de Belgique
City locator 14.svg
Gimnée

Gimnée (en wallon Djimnêye) est un village de l'Entre-Sambre-et-Meuse dans la province de Namur (Belgique). Administrativement il fait partie de la commune de Doische, en Région wallonne de Belgique. C'était une commune à part entière avant la fusion des communes de 1977.

Le village est bordé au nord par Surice, à l’est par Doische, au sud par Vaucelles et à l’ouest par Niverlée et Romerée.

ÉtymologieModifier

816 Geminiacam, 1214 Gymighi : propriété des (suffixe -iaca) Geminius, gentilice gallo-romain[1],[2].

HistoireModifier

Des vestiges de l'époque romaine (tuiles et poteries) découverts dans le sol du village suggèrent une présence humaine très ancienne sur les lieux. Avec Aubrives, Doische, Foische, Ham, Niverlée, Olloy et Vaucelles, il fait partie, au Moyen Âge, des huit villages de la baronnie de Hierges, namuroise, croit-on, jusqu’au Xe siècle puis partie du duché de Bouillon et donc territoire liégeois. En 1385, le seigneur de Hierges accorde à ses manants le droit d’usage dans les bois et de chasser le lapin avec des chiens courants.

Depuis le début du XIIIe siècle, Gimnée a constitué un ensemble distinct sous le nom de seigneurie du Blocus.

La bataille de Gimnée les 15 et est un combat de diversion des Français qui voulaient empêcher les travaux de la place-forte de CharlemontGivet) élevée par les Espagnols.

La paroisse, qui comprenait Doische et Vaucelles, dépendait des seigneurs de Hierges qui nommaient le curé et prélevaient la dîme ; après le XIIIe siècle, elle entre dans le patrimoine de l’abbaye Saint-Gérard de Brogne.

Commune du département des Ardennes sous le régime français, transférée à la province de Namur en 1815.

En 1830, la population s’élève à 480 habitants répartis dans 137 maisons et 3 fermes. On compte alors 42 chevaux, 16 poulains, 146 bovins, 53 veaux, 17 porcs et 235 moutons. Un quart du territoire est boisé. On a tiré anciennement du marbre rouge et du marbre gris dans la commune[3].

PatrimoineModifier

  • L’église Saint-Servais de 1760 a été classée en 1960.
  • La chapelle de l'ermitage date de 1666.

PersonnalitéModifier

BibliographieModifier

  • Joseph Henquin, Histoire de Gimnée, in : Études et Recherches historiques du Colonel Henquin, Bruxelles, Impr. L'Avenir, s. d. (1940), p. 11-82 ;
  • Joseph Henquin, Robert de Gimnée, Conventionnel, in : Études et Recherches historiques du Colonel Henquin, Bruxelles, Impr. L'Avenir, s. d. (1940), p. 83-104
  • Joseph Gonze, État civil de Gimnée au XIXe siècle, Cahier du Musée de Cerfontaine no 301, 173 pages, 2006.
  • Joseph Gonze, Les registres paroissiaux de Gimnée 1642-1796, Cahier du Musée de Cerfontaine no 297, 90 pages, 2006.
  • André Lépine, Les paroisses de l’entité de Doische. Notes d’histoire, Cahier du Musée de Cerfontaine no 219, 53 pages, 1999. (avec la liste des prisonniers de guerre de 1940-1945 de l'entité)
  • André Lépine, L’entité de Doische en 1830 et en 1914. Notes d’histoire, Cahier du Musée de Cerfontaine no 280, 23 pages, 2004.

NotesModifier

  1. A. Vincent, Les noms de lieux de la Belgique, Bruxelles,
  2. Jules Herbillon, Les noms des communes de Wallonie, Bruxelles, Crédit communal, coll. « Histoire » (no 70),
  3. Philippe Vander Maelen, Dictionnaire géographique de la Province de Namur, 1832
  4. Source : Françoise Jacquet-Ladrier, Communes de Belgique, Crédit Communal, 1980.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internesModifier