Gilvan Samico

peintre brésilien

Gilvan José Meira Lins Samico (Recife, - Recife, ) était un graveur, dessinateur, peintre et professeur brésilien[1]. Il est considéré par de nombreux critiques comme le plus grand représentant de la gravure sur bois brésilienne.

Gilvan Samico
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
RecifeVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinction
Ordre du Mérite culturel (en) ()Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Samico a commencé à peindre en autodidacte, influencé par l'expressionnisme d'artistes tels qu'Oswaldo Goeldi et Lívio Abramo, mais est maintenant connu pour ses gravures sur bois méticuleuses, inspirées par le thème et le style de la gravure populaire du nord-est du Brésil.

En 1948, il commence à fréquenter la Société d'art moderne de Recife. En 1952, il fonde, avec d'autres artistes, l'Atelier collectif de la Société, idéalisé par Abelardo da Hora. En 1957, il étudie la coupe du bois avec Lívio Abramo à l’École des métiers du Musée d’art moderne de São Paulo. L'année suivante, il étudie la gravure auprès de Goeldi à l'École nationale des beaux-arts de Rio de Janeiro. En 1968, il reçoit le prix du voyage à l'étranger au 17e Salon national d'art moderne du MAM-RJ et séjourne deux ans en Europe. En 1965, il s'installe à Olinda. Il a enseigné la gravure sur bois à l'Université fédérale de Paraíba.

En 1971, invité par Ariano Suassuna, il rejoint le Mouvement Armorial, axé sur la culture populaire. Sa production était particulièrement destinée à la récupération du roman populaire et de la littérature de Cordel. Ses gravures sont peuplées de personnages bibliques, de légendes et d'animaux fantastiques, utilisant peu de couleurs et de textures.

Les quarante années de gravure de l'artiste ont été célébrées en 1997 avec une exposition au centre culturel Banco do Brasil à Rio de Janeiro.

Samico a travaillé au MoMA à New York et a participé à deux reprises à la Biennale de Venise après avoir été récompensé par l'un d'entre eux.

En 2011, Bem-Te-Vi Literary Productions a lancé le livre Samico, avec un texte de la critique des arts plastiques Weydson Barros Leal, une présentation d'Ariano Suassuna et la reproduction de 64 gravures, une œuvre inédite, créée spécialement pour le livre, ainsi que des peintures dont la plupart n’ont jamais été exposées auparavant. Le livre a reçu le prix Jabuti du meilleur livre d'art de l'année en 2012.

Le , Gilvan Samico est décédé à l'âge de 85 ans, il était l'un des plus grands talents de l'histoire.

En 2015, ses œuvres ont participé à la Biennale des arts Mercosur et à la Biennale internationale de Curitiba. En 2016, lors de la 32e biennale de São Paulo, 51 oeuvres de l'artiste ont été exposées, dont certaines constituent le programme itinérant de l'événement dans les villes de Campinas et São José do Rio Preto (SP), Garanhuns (PE) et Bogotá (Colombie). Également en 2017, l'exposition "Samico entre les mondes - Des rumeurs de guerre en temps de paix" a montré ses œuvres à New York (États-Unis).

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier