Gibberella fujikuroi

espèce de champignons
Gibberella fujikuroi
Description de cette image, également commentée ci-après
Dégâts dus à Gibberella fujikuroi sur Gossypium hirsutum.
Classification selon Catalogue of Life
Règne Fungi
Embranchement Ascomycota
Classe Sordariomycetes
Ordre Hypocreales
Famille Nectriaceae
Genre Gibberella

Espèce

Gibberella fujikuroi
(Sawada) Wollenw., 1931[1]

Gibberella fujikuroi est une espèce de champignons ascomycètes de la famille des Nectriaceae , à répartition cosmopolite. C'est un champignon phytopathogène qui parasite notamment les plantes de la famille des Poaceae, mais également d'autres familles botaniques. C'est l'agent pathogène de la maladie de bakanae chez le riz (Oryza sativa).

Plantes-hôtesModifier

Giberella fujikuroi est très connu pour affecter le riz cultivé (Oryza sativa) chez lequel il provoque la maladie de bakanae, mais ce champignon phytopathogène affecte une vaste gamme d'espèces végétales, dont diverses Poaceae telles que Saccharum officinarum (canne à sucre), Sorghum bicolor (sorgho), Zea mays (maïs)[2], mais aussi des espèces appartenant à d'autres familles : Acacia nilotica (gommier rouge), Benincasa fistulosa (gourde ronde de l'Inde), Cucumis sativus (concombre), Ficus carica (figuier), Gossypium sp. (cotonniers), Jatropha curcas (jatropha), Leucaena leucocephala (leucaena), Manilkara zapota (sapotillier), Musa sp. (bananiers), Pinus sp. (pins), Pinus halepensis (pin d'Alep), Solanum lycopersicum (tomate), Solanum melongena (aubergine), Vigna unguiculata (niébé), etc.[3]

SymptômesModifier

Bien que le riz ait été principalement étudié, on a trouvé des symptômes similaires chez toutes les espèces de plantes infectées. Le symptôme le plus révélateur de la maladie de bakanae est l'aspect étiolé et démesurément grand des plants. Cela est dû à l'action des gibbérellines, ou hormones de croissance, sécrétées par ce champignon. Les plants infectés sont faciles à repérer, car ils s'élèvent souvent au-dessus du reste des plantes saines. Cependant, il est également possible que la maladie se traduise par un rabougrissement des plantes, accompagné d'une chlorose des feuilles, des lésions racinaires ou des grains vides chez les plantes arrivées à maturité.

Cycle de vieModifier

Giberella fujikuroi est un ascomycète polycyclique. De ce fait, il est possible d'observer au microscope, au bon stade du cycle de développement, des périthèces ou des conidies[4]. L'agent pathogène hiberne dans les périthèces et infecte les graines qui ne sont pas pré-infectées à partir du sol. Les graines infectées sont aussi une source d'innoculum. les conidies germes après le semis[5]. Les graines infectées sont le principal mode de propagation de la maladie. Les symptômes peuvent être observés durant la saison de croissance.

Notes et référencesModifier

  1. Catalogue of Life Checklist, consulté le 6 décembre 2017
  2. (en) Heng Mei Hsuan, Baharuddin Salleh, and Latiffah Zakaria, « Molecular Identification of Fusarium Species in Gibberella fujikuroi Species Complex from Rice, Sugarcane and Maize from Peninsular Malaysia », sur International Journal of Molecular Sciences, vol. 12, no 10, 2011, p. 6722-6732,
  3. (en) « bakanae disease of rice (Gibberella fujikuroi) », sur Plantwise Knowledge Bank (consulté le ).
  4. (en) A. K. Gupta1, I. S. Solanki, B. M. Bashyal, Y. Singh & K. Srivastava, « Bakanae of Rice - An Emerging Disease in Asia », The Journal of Animal and Plant Science, vol. 25, no 6,‎ , p. 1499-1514.
  5. (en) Vincent Lanoiselet, Bakanae, Australie, Plant Health Australia, , p. 1–3.


Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :