Gianfranco Cecchele

chanteur d'opéra italien

Gianfranco Cecchele (Galliera Veneta, 25 juin 1938 - Galliera Veneta, 12 décembre 2018) est un ténor italien.

Gianfranco Cecchele
Le ténor Gianfranco Cecchele en 1979.
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité
Autres informations
Tessiture

Biographie

modifier

Enfant, bien qu'intéressé par le chant, il voulait devenir boxeur, mais le veto de son père l'a empêché de poursuivre cette carrière. Passionné d'opéra, sa voix est appréciée du maestro Marcello Del Monaco, avec lequel il commence à étudier le chant en 1962. Dès 1963, il remporte un concours organisé par le Teatro Nuovo de Milan.

Le 5 mars 1964, il fait ses débuts au Théâtre Bellini de Catane dans La Zolfara de Giuseppe Mulè . Rapidement, il se produit au Teatro alla Scala dans Rienzi de Wagner aux côtés de Giuseppe di Stefano, puis à Rome et à la Fenice de Venise dans Aïda.

En 1965, il incarne Pollione dans Norma à l'Opéra de Paris aux côtés de Maria Callas et Giulietta Simionato, dans la mise en scène de Franco Zeffirelli. La même année, il incarne Radames dans Aïda et Pollione dans Norma à La Scala.

Sa vocalité exubérante a rapidement conquis le public du monde entier et Cecchele a immédiatement accepté de chanter les œuvres les plus stimulantes du répertoire verdien et vériste. Le film Cavalleria rusticana de Mascagni produit par la Scala et avec Karajan et Strehler en témoigne.

Au cours des cinq premières années de sa carrière, entre 1964 et 1969, il donne 269 représentations. En 1969, à la suite d'amygdalites répétées, il est contraint de subir une ablation des amygdales, avec pour conséquence l'interruption de son activité professionnelle pendant 9 mois.

La convalescence fut longue et douloureuse, la rééducation des organes vocaux demanda du temps et de la persévérance, mais dès 1970 il put reprendre ses engagements et participer avec grand succès à une belle édition cinématographique de Turandot avec Birgit Nilsson et Georges Prêtre ; il reprend ensuite pleinement sa carrière, en abordant des rôles de plus en plus exigeants, comme Otello de Verdi à Bonn (1981) ; il a participé à de nombreux programmes télévisés, comme la série C'è musica e musica de Luciano Berio et Una voci nel West a Cinecittà, qui lui est consacrée.

 
Le ténor Gianfranco Cecchele embrasse son fils Lorenzo après un de leurs concerts

Il poursuit sa carrière jusqu'en 2012 (Pagliacci est son dernier opéra au théâtre en 2006 et il se produira dans des concerts jusqu'en 2012), pour un total de 48 ans de carrière et environ 2 000 représentations à travers le monde.

Il a reçu de nombreux prix (Verdi D'oro, Viotti d'oro, Diapason, Melvin Jones), notamment deux prix "Enrico Caruso", à Lastra a Signa (Florence) et à Milan. Le 2 août 2017, il a reçu le Maria Callas Lifetime Achievement Award du Festival international Scaligero de Vérone. En 1967, à seulement 29 ans, il a été nommé Chevalier de la République italienne.

Cecchele est resté célèbre pour la bataille qu'il menée pour la création d'un syndicat des artistes d'opéra (Analpi) qui protégerait avant tout le travail des chanteurs italiens, et pour le litige avec le Teatro alla Scala (administration 1980) pour rupture de contrat et diffamation, qu'il a remporté après 12 ans de procédure mais qui a eu des conséquences négatives pour sa carrière en Italie.

Il est décédé des suites d'une longue maladie dans sa Galliera Veneta natale le [1].

Discographie

modifier
  1. « Addio al grande tenore Gianfranco Cecchele », sur Rete Veneta news, .

Bibliographie

modifier
  • Enrico Stinchelli, Les stars de l'opéra : les grands chanteurs de l'histoire de l'opéra, Rome, Gremese, 2002 (II éd.) (ISBN 88-8440-192-5)
  • Remo Schiavo, Le ténor Gianfranco Cecchele, l'émotion d'une voix vénitienne, 2000, éd. G. Traverso
  • Renzo Allegri, Rideau ouvert

Liens externes

modifier