Ouvrir le menu principal

Georges Mangin

explorateur et officier français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mangin.

Georges Léonce Mangin
Naissance
Commercy
Décès
vers Tidjikdja
Mort au combat
Origine Drapeau de la France France
Arme Infanterie de marine
Années de service 1893-1908
Distinctions Officier de la Légion d'Honneur (1906)
Médaille coloniale
Officier de l'Étoile Noire du Bénin

Georges Léonce Mangin (Commercy, -vers Tidjikdja, ) est un officier d'infanterie coloniale et explorateur français.

BiographieModifier

Frère de Charles Mangin, il sort de Saint-Cyr en 1896 et choisit l'infanterie de marine. Envoyé au Soudan, lieutenant, il participe en mai 1898 au siège de Sikasso puis, le 29 septembre 1898, à la capture de Samory.

Avec Alfred Louis Woelffel, il est ensuite chargé d'explorer les confins Guinée-Côte d'Ivoire pour y étudier les possibilités de communications entre la côte et le haut Soudan. En mars 1899, les deux hommes partent de Beyla et doivent livrer de nombreuses batailles pour atteindre Touba, Doué et Man. Ils fondent alors le poste de Nouantogloui (août 1899) sur un affluent de la Sassandra, le Zo.

Alors en reconnaissance dans le sud-est, Mangin est grièvement blessé à Logoualé. La mission doit faire demi-tour et tente de rejoindre la mission d'Henri d'Ollone et de Jean Hostains en passant par N'Zo et Beyla où a lieu la jonction en décembre 1899. Elle aura eu pour mérite de montrer la richesse en kolatier et en laines à caoutchouc des bassins supérieurs du Cavally et de la Sassandra.

Après une convalescence en France, Mangin sert à Zinder où lors d'expéditions de contre-rezzou[1], il explore les confins du Tchad, le Kanem et le Borkou dont il établit une carte-reconnaissance qu'il donne à la Société de géographie de Paris en 1907.

Parti en Mauritanie, il est tué dans le Tagant, vers Tidjikdja, le 13 juin 1908, près du lieu où fut assassiné Xavier Coppolani, trois ans avant.

Notes et référencesModifier

  1. Opération militaire dans le désert saharien destinée à arrêter des pillards ayant effectué une razzia (Reverso)

BibliographieModifier

  • Les missions Hostains-d'Ollone et Woelffel-Mangin, A Travers le Monde, 1900, p. 141-142 (avec carte)
  • Yves de Boisboissel, Un baroudeur le capitaine georges mangin 1873-1908, 1954
  • Numa Broc, Dictionnaire des Explorateurs français du XIXe siècle, T.1, Afrique, CTHS, 1988, p. 218-221  

Liens externesModifier