Georges Lorin

auteur dramatique, poète, illustrateur et musicien

Georges Maxime Lorin, né le à Auxerre[1] et mort le dans le 17e arrondissement de Paris[2], est un peintre, sculpteur, illustrateur, caricaturiste et poète français.

Georges Lorin
Georges Lorin 1885.jpg
Georges Lorin, photographie d’Émile Cohl, 1885.
Naissance
Décès
Nationalité
Activités

Il est également connu sous le nom de Maxime Lorin comme poète et sous celui de Cabriol comme illustrateur.

Achille Mélandri caricaturé par Cabriol pour le journal Les Hydropathes ()

.

BiographieModifier

Fils du peintre Maxime Lorin, Georges Lorin est l'ami de nombreux « bohèmes » tels que Fernand Icres (1856-1888).

Il participe de 1879 à 1880 à l'illustration du journal Les Hydropathes sous le pseudonyme de « Cabriol ».

Son recueil de poésies Paris rose, illustré avec Luigi Loir, paraît en 1884. Lorin est l'auteur d'un autre recueil, L'Âme folle (1893) et d'une pièce de théâtre, Pierrot voleur !, jouée par le Théâtre-Libre d'André Antoine.

PublicationsModifier

  • Têtes et chapeaux, prose en vers (sic), Paris, Barbré, 1880.
  • Les Deux Bébés, poésie, Paris, Barbré, 1880.
  • La Ronde, poésie dite par Léon Brémont, Paris, Barbré, 1881.
  • Les Gens !, fantaisie rimée, Paris, Ollendorff 1882.
  • Elle m'attend !, monologue impromptu, Paris, Tresse, 1882.
  • Les Maisons, rimes humoristiques illustrées par Luigi Loir, dites par Félix Galipaux, Paris, Ollendorff, 1883.
  • Un duel, saynète en vers, Paris, Barbré, 1883.
  • Paris rose, illustré avec Luigi Loir, Paris, Ollendorff, 1884.
  • Toute petite !, fantaisie, 1891
  • L'Âme folle, Paris, Ollendorff, 1893.
  • Pierrot voleur !, comédie en un acte et en vers, Paris, Ollendorff, 1896.
  • Les Cigarettes, dites par Coquelin cadet, Paris, Ollendorf, 1896.
  • Malgré l'âme désolée, illustrations et deux musiques de l'auteur, Paris, J. Dilly, 1925.
  • Les Dames, dessins de Luigi Loir, Paris, Éditions du Fourneau, 1996.
    (reprise d'un texte publié en 1883 dans La Vie moderne, puis dans Paris rose)

Notes et référencesModifier

  1. Acte de naissance n° 108 (vue 29/415). Archives départementales de l'Yonne en ligne, état-civil d'Auxerre, registre NMD de 1850.
  2. Acte de décès n° 1037 (vue 1/31). Archives en ligne de la Ville de Paris, état-civil du 17e arrondissement, registre des décès de 1927. L'acte précise qu'il était célibataire.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :