Ouvrir le menu principal

Georges Barthélémy (homme politique, 1897-1944)

personnalité politique française

Georges Barthélémy
Fonctions
Député de la Seine 1932-1940
Gouvernement IIIe république
Groupe politique SFIO
Biographie
Date de naissance
Date de décès (à 47 ans)
Résidence Seine

Georges Eugène, Germain Barthélémy[1] est un homme politique français né le à Béziers et mort assassiné le à Puteaux.

BiographieModifier

Élu conseiller municipal de Puteaux aux élections municipales de 1929, sur une liste SFIO, il devient maire de cette ville l'année suivante, puis se présente comme député aux élections législatives de 1932, opposé notamment au leader communiste André Marty. Élu, il est député du Quatrième secteur de la Seine de 1932 à 1942, et accomplit une œuvre considérable à la tête de la ville, la dotant de nombreux équipements publics sportifs, culturels et hygiéniques, ainsi que de nombreuses cités HLM.

Il s'investit au Parlement sur les questions économiques mais également sportives[1]. À l'occasion des Olympiades populaires organisées en 1936, il déclare notamment que le sport constitue le meilleur moyen d'arrêter la dégénérescence physique et morale de la race.

Rapporteur de la commission du suffrage universel à la Chambre des députés, ce socialiste se singularise par un anticommunisme virulent. Rapporteur du projet de loi de déchéance des députés communistes après le pacte germano-soviétique, puis de la résolution relative à son application[1], il déclare au cours de la séance du 20 février 1940 : « Tous sont plus ou moins coupables, mais il y a des chefs comme Thorez, Catelas et tant d’autres qui devraient être traduits immédiatement devant les tribunaux militaires pour ensuite, non pas subir le feu du peloton d'exécution, ce serait leur faire trop d'honneur, mais être poussés sous le couperet ».

Le 10 juillet 1940, il vote en faveur de la remise des pleins pouvoirs au Maréchal Pétain et s'engage pleinement dans la voie de la collaboration, restant maire de Puteaux sous l'occupation. Son attitude à cette époque lui vaut d'être présenté en 1944, dans les Cahiers antiracistes de Bernard Lecache, comme un collaborationniste sollicitant les voix antiracistes avant-guerre[2].

Le 10 juillet 1944, il est mitraillé par deux[1] hommes devant la mairie de Puteaux[3]. L'attentat, non revendiqué, est imputé à des résistants communistes[2],[4]. Mortellement blessé, il est transporté à l'hôpital Marmottan, où il décède[5].

Notes, sources et référencesModifier

  • « Georges Barthélémy (homme politique, 1897-1944) », dans le Dictionnaire des parlementaires français (1889-1940), sous la direction de Jean Jolly, PUF, 1960 [détail de l’édition]
  1. a b c et d « Georges Barthélémy », sur Sycomore, base de données des députés de l'Assemblée nationale (consulté le 26 octobre 2018)
  2. a et b Simon Epstein, Un paradoxe français, Albin Michel, , 624 p. (ISBN 9782226213488, lire en ligne), « Les antiracistes à Vichy », p. 82
  3. L'Oeuvre, 11 juillet 1944, Paris-soir, 11 juillet 1944
  4. Jean Maitron, Claude Pennetier, Justinien Raymond, « BARTHÉLÉMY Georges, Eugène, Germain », sur maitron-en-ligne.univ-paris1.fr.
  5. Jacques Perrier, La Libération dans les Hauts-de-Seine : 1944-1994, 50e anniversaire, Cyrnéa, , 188 p. (lire en ligne), p. 140-141