Gare de Saint-Girons

gare française

Saint-Girons
Image illustrative de l’article Gare de Saint-Girons
La gare en décembre 2019, reconvertie avec un espace multimodal municipal (à gauche) et la cour servant partiellement de gare routière. Au centre la maison du Chemin de la liberté et à droite le bureau des sports d'aventures.
Localisation
Pays France
Commune Saint-Girons
Adresse Avenue Aristide Berges
09200 Saint-Girons
Coordonnées géographiques 42° 59′ 18″ nord, 1° 08′ 21″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire Commune
Exploitant fermée
Caractéristiques
Ligne(s) Boussens à Saint-Girons
Foix à Saint-Girons
Altitude 391 m
Historique
Mise en service 15 février 1866
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Saint-Girons
Géolocalisation sur la carte : Occitanie
(Voir situation sur carte : Occitanie)
Saint-Girons
Géolocalisation sur la carte : Ariège
(Voir situation sur carte : Ariège)
Saint-Girons

La gare de Saint-Girons était une gare ferroviaire française de la ligne de Boussens à Saint-Girons, située à proximité du centre ville de Saint-Girons, sous-préfecture du département de l'Ariège en région Occitanie.

Elle est mise en service en 1866 par la Compagnie des chemins de fer du Midi et du Canal latéral à la Garonne. C'était une gare de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), fermée aux voyageurs en 1969 et aux marchandises en 1991.

Situation ferroviaireModifier

Établie à 391 mètres d'altitude, la gare de Saint-Girons est située au point kilométrique (PK) 98,2 de la ligne de Boussens à Saint-Girons, après la gare de Saint-Lizier (fermée). Elle était également l'aboutissement de la ligne de Foix à Saint-Girons, ouverte en 1903 et fermée en 1955[1]. De 1911 à 1937, la gare est le point de départ de la ligne de Saint-Girons à Sentein.

HistoireModifier

La gare de Saint-Girons est mise en service le par la Compagnie des chemins de fer du Midi et du Canal latéral à la Garonne lorsqu'elle ouvre la ligne de Boussens à Saint-Girons[2], qui permet la circulation des trains depuis Toulouse via l'embranchement à Boussens avec la ligne de Toulouse à Bayonne. Cette première gare est construite en bois, et sera remplacée par une nouvelle gare avec marquise vers 1904[1].

Elle devait être au départ d'une ligne Saint-Girons-Lérida en Espagne (par une bifurcation à Lacourt depuis la ligne de Foix) dont les travaux importants dans les gorges de la Ribaute (lire cet article) n'ont jamais aboutis à la pose des voies jusqu'à Oust[3].

En 1985 a lieu la démolition de la marquise[4].

Service des voyageursModifier

Devenu communal, le bâtiment de la gare existe toujours pour d'autres utilisations (musée du Chemin de la Liberté...) et demeure un arrêt pour les autocars[3]. Un espace multimodal a été ouvert en à l'initiative de la commune dans une partie de l'ancienne gare afin de délivrer des informations et des billets SNCF pour les déplacements en Occitanie, et plus particulièrement pour la ligne de Saint-Girons à Boussens par autocar. Cette ligne est prolongée en hiver à certains horaires de Saint-Girons à la station de sport d'hiver de Guzet.

Notes et référencesModifier

  1. a et b Mémoires d'Ariège - Trains et Tramways en Couserans, Les Cartophiles Ariégeois,
  2. Simone Henry, Comminges et Couserans, Privat, 1985 (ISBN 9782708971080), p. 157 extrait (consulté le 17 novembre 2011).
  3. a et b « Randonnée ferroviaire - Route des tunnels », sur www.inventaires-ferroviaires.fr (consulté le 31 décembre 2019)
  4. Site histariege.com, Saint-Girons : quelques dates lire (consulté le 17 novembre 2011).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier