Ouvrir le menu principal

Gare de Fépin

gare ferroviaire française

Fépin
Image illustrative de l’article Gare de Fépin
Localisation
Pays France
Commune Fépin
Adresse Rue du Souvenir-Français
08170 Fépin
Coordonnées géographiques 50° 01′ 24″ nord, 4° 43′ 35″ est
Gestion et exploitation
Propriétaire SNCF
Exploitant SNCF
Service TER Grand Est
Caractéristiques
Ligne(s) Soissons à Givet
Voies 2
Quais 2
Altitude 119 m

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Fépin

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

(Voir situation sur carte : Ardennes)
Fépin

La gare de Fépin est une gare ferroviaire française de la ligne de Soissons à Givet, située sur le territoire de la commune de Fépin, dans le département des Ardennes en région Grand Est

C'est une halte voyageurs de la Société nationale des chemins de fer français (SNCF), desservie par des trains TER Grand Est.

Situation ferroviaireModifier

Établie à 119 mètres d'altitude, la gare de Fépin est située au point kilométrique (PK) 188,967[1] de la ligne de Soissons à Givet, entre les gares ouvertes d'Haybes et de Vireux-Molhain.

HistoireModifier

La halte de Fépin possède un petit bâtiment, désormais reconverti en habitation, qui résulte de l'agrandissement d'une maisonnette de garde-barrière. Le passage à niveau géré par cette maison a depuis longtemps disparu.

Service des voyageursModifier

AccueilModifier

Halte SNCF, c'est un point d'arrêt non géré (PANG) à accès libre[2].

DesserteModifier

Fépin est desservie[2] par des trains TER Grand Est de la relation Charleville-Mézières - Givet via Revin.

IntermodalitéModifier

Un parc pour les vélos y est aménagé[2].

Dans la littératureModifier

Dans le récit souriant d'une épopée touristique au long de Sambre et Meuse recueilli dans Chemins d'eau, Jean Rolin s'extasie devant la succession des gares qui ponctuent son trajet de Givet à Charleville-Mézières (pour lui, chacune « pourrait être celle où débarque le narrateur d'Un balcon en forêt ») et spécialement des panneaux invitant à prendre garde au train croiseur, où il choisit de lire « sans doute une allusion, pour les enfants, à quelque moloch du premier âge industriel »[3].

Notes et référencesModifier

  1. Revue : La Vie du Rail, n° 2 078, page 7.
  2. a b et c Site SNCF TER Champagne-Ardenne, Halte ferroviaire de Fépin lire (consulté le 18 juillet 2010).
  3. Chemins d'eau, réédition Payot, 1996, (ISBN 2228890383), p. 134.

Voir aussiModifier