Ouvrir le menu principal

HistoriqueModifier

En 1934, Louis (1890-1956) et Lucienne Lange (1900-1992) fondent la Galerie L'Art français, devenue ensuite Galerie Valentin[1], la doyenne des galeries de Montréal[2], au 370 avenue Laurier ouest, à Outremont[3]. Ils y exposent de l'art français et de l'art québécois. Y sont représentés, entre autres, les œuvres d'Ozias Leduc[4], Jean-Paul Lemieux, Krieghoff, Suzor-Côté, Dallaire et Riopelle[5]. En 1975, Jean-Pierre Valentin achète la galerie[6],et lui donne son nom après avoir déménagé sur la rue Sherbrooke[7].

La Galerie L'Art françaisModifier

Louis vient de Belgique et Lucienne de France. Arrivés à Montréal au début des années 1930, ils ouvrent un magasin d'encadrement, L'Art français, en proposant des reproductions d'œuvres de peintres français connus. Ils rencontrent alors des artistes qui viennent y encadrer leurs tableaux[8] et en 1936, ils vendent des œuvres originales d'artistes[3] dont celles de Fleurimond Constantineau, le premier artiste à être exposé à la galerie. Devant la demande pour l'art européen, M. Lange voyage en Belgique, en France et ailleurs en Europe pour acheter des tableaux tout en exposant parallèlement des artistes québécois[8] dont Philip Surrey[9]. La seconde guerre mondiale freine cette importation de tableaux européens[7] et René Richard expose alors à L'Art français en 1943. Il s'agit de sa première exposition[10]. La peinture canadienne occupe une place de plus en plus conséquente à la galerie[8] et laisse une place au modernisme[11]. La galerie expose dès lors Adrien Hébert, Alfred Laliberté, Clarence Gagnon, Horatio Walker, Coburn, Lismer, Jackson, Holgate, Lyman[12], Brymner, Cullen, Franchère, Massicotte, Plamondon, Berthe des Clayes, Bourassa, Louis Dulongpré, Théophile Hamel, Georges Delfosse, Henri Julien, Joseph Saint-Charles, Charles de Belle, Robert Pilot, Jack Beder, Borenstein[13], Henri Masson[14], Stanley Cosgrove et Goodridge Roberts[12] et à l'occasion Pellan, Borduas[8], Edmund Alleyn, Paul-Vanier Beaulieu, Ghitta Caiserman[13], Emily Carr[15], John Young Johnstone[16], John Little[12]. La sculpture est également présente avec Jordi Bonet. En 1956, au décès de son mari, Lucienne Lange continue à diriger la galerie[17] et au début des années 1970, elle découvre et expose Miyuki Tanobe.

Marc-Aurèle FortinModifier

En 1940, M. et Mme Lange reçoivent la visite de Marc-Aurèle Fortin[18] et décident de le représenter[8] même s'il n'est pas toujours bien reçu par la critique[7]. L'artiste y expose en solo tous les deux ans et dans la décennie suivante remporte des prix à travers le Canada[19], l'Europe et l'Amérique du Sud où il remporte le premier prix de peinture en 1944 à Rio de Janeiro[8].

La Galerie ValentinModifier

Après son rachat par Jean-Pierre Valentin, la galerie continue d'exposer Miyuki Tanobe[20], des artistes contemporains québécois et des artistes établis dont Marc-Aurèle Fortin[21]. Rapidement la galerie ne représente plus d'art français mais se concentre sur les artistes québécois et canadiens dont Krieghoff, Riopelle, Borduas, Pellan[9]. Des expositions rétrospectives portent sur des artistes comme Dallaire[22], Brandtner[23], Surrey[24]. Sont également exposés des sculpteurs contemporains comme Frank Vondrejs et Pearl Levy[9] à côté des peintres actuels tels que Christian Deberdt, Élène Gamache, Geneviève Jost[9] ou encore Jeannette Perreault[25], Maja Vodanovic[26], Henry Wanton Jones[27], Stanislav Germanov[28], Thérèse Lacasse[29], Guylaine Beauchemin[30]. La galerie collabore également avec les musées lors d'expositions d'artistes historiques[31]. Ainsi, les archives de la galerie sur Fortin servent au Musée national des beaux-arts du Québec à monter une exposition sur l'artiste[32]. Lors des anniversaires de la galerie, notamment les 70 ans, ont lieu des rétrospectives regroupant les tableaux majeurs de l'art canadien vendus au fil des décennies[33].

Jean-Pierre ValentinModifier

Né en France dans les Vosges, en 1949, Jean-Pierre Valentin, diplômé en Commerce International de l’EDC à Paris en 1971[8], devient courtier en 1972 en tableaux et gravures en Europe, en Amérique du Nord ainsi qu’au Japon[34] avant d'acheter la galerie. En 1977, il siège au conseil d’administration de l’Association professionnelle des galeries d’art du Canada, aujourd’hui l'ADAC, dont il devient le président en 1981[35] avant d’être réélu en 1983[36]. Il y siège par la suite comme président sortant pendant quatre autres années. Jean-Pierre Valentin a donné plusieurs conférences et entrevues sur le marché de l’art[37], sur des artistes tels que Fortin[38] et Clarence Gagnon[39], l’expertise en authentification[40], en évaluation[41], l'art comme investissement[42] et comment bâtir une collection d’œuvres d’art[43]. En 1980, il est l'auteur de la préface du livre Marc-Aurèle Fortin en Gaspésie[44]. Entre 2003 et 2005, il siège à la Commission canadienne d’examen des exportations de biens culturels[45]. Il réalise le catalogue raisonné de Marc-Aurèle Fortin.

Notes et référencesModifier

  1. "Jean-Pierre Valentin" dans Magazin'Art, Les gens qui font l'évènement, 9e année, n°3, printemps 1997, p. 26
  2. "Le marché second à Montréal" dans Finance, supplément - Art et investissement, 26 octobre 1987, p. 42
  3. a et b "L'Art français, autour de M.-A. Fortin" dans La Presse, Arts plastiques, Les galeries en question, samedi 9 juin 1979
  4. "La glaneuse" dans Le Journal de Montréal, vendredi 27 novembre 1964
  5. Le Devoir https://www.ledevoir.com/culture/arts-visuels/63409/valentin-a-70-ans
  6. Louis Bruens, 106 professionnels de la peinture, Éditions La palette, 1991, p. 74
  7. a b et c Guy Boulizon, "Les cinquante ans de l'art français 1934-1984", dans le Journal d'Outremont, octobre 1984
  8. a b c d e f et g André Gascon, "A.-M. et J.-P. Valentin et l'Art français" dans Le collectionneur, vol.1, n°2, 1978, p. 10-11
  9. a b c et d "Galerie Jean-Pierre Valentin" dans Parcours, l'informateur des arts, Vol.2, n°2, mars 1996-mars 1997
  10. http://www.ameriquefrancaise.org/fr/article-386/René_Richard,_peintre_paysagiste.html#.U3z0Tyg1FHI
  11. Ninon Gauthier, "La Galerie L'Art français a 50 ans" dans La finance, art et investissement, 19 novembre 1984, p. 34
  12. a b et c Paul Gladu, "À la Galerie l'Art français...Comme notre vie nationale a peu inspiré nos peintres!" dans Le petit journal, 27 décembre 1964, p. A-28
  13. a et b http://www.erudit.org/feuilletage/index.html?va1081917.va1207448@64
  14. Jean Dénéchaud, "Henri-Jacques Masson expose ses toiles à L'Art français" dans La Presse, samedi 14 octobre 1950
  15. http://www.erudit.org/feuilletage/index.html?va1081917.va1205271@56
  16. http://www.erudit.org/feuilletage/index.html?va1081917.va1205274@60"
  17. Lyne Crevier, "Galerie Jean-Pierre Valentin. Le poids léger des ans" dans Parcours, n°14, été 1994
  18. Augustin Nicole, "Fortin, géant de la peinture canadienne" dans Le collectionneur, Vol. II, n°5, 1979
  19. "Un peintre canadien honoré" dans La Patrie, dimanche 20 décembre 1942
  20. Jean Paul Brousseau, "Tanobe fait courir ...", Arts plastiques dans La Presse, Montréal, lundi 10 novembre 1980
  21. Virginia Nixon, "Well known Quebecers" dans The Gazette, Montreal, Saturday, September 22, 1979
  22. [PDF] Vie des arts, http://www.erudit.org/culture/va1081917/va1094537/52418ac.pdf, p. 26
  23. http://revue-parcours.com/art-contemporain/fritz-brandtner-une-traversee-du-siecle/
  24. http://viedesarts.com/article547-Montreal-on-Canvas-at-Galerie-Jean-Pierre-Valentin
  25. Bernard Mendelman, "Two galleries celebrate milestones", Artseen dans The Suburban, Wednesday, October 19, 1994, p. A-26
  26. [PDF] p. 97 http://www.erudit.org/culture/va1081917/va1094584/2039ac.pdf
  27. p. 27 http://www.erudit.org/culture/va1081917/va1098457/52737ac.pdf
  28. p. 75 http://www.erudit.org/culture/va1081917/va1136289/53176ac.pdf
  29. http://www.iparcours.com/therese-lacasse
  30. http://www.erudit.org/culture/va1081917/va1135953/53148ac.pdf
  31. Michèle Grandbois, "Remerciements" dans Morrice et Lyman en compagnie de Matisse, Les Éditions de L'Homme, 2014, p. 15
  32. Michèle Grandbois, "Remerciements" dans Marc-Aurèle Fortin-L'expérience de la couleur, Les Éditions de l'homme, 2011
  33. Robert Bernier, "Jean-Pierre Valentin" dans Parcours, Vol. 10, no 1, 2004-2005
  34. Julie Morand, "Portrait de la Galerie Valentin", Parcours, vol. 9, no. 2, été 2003, p. D15
  35. [PDF] http://www.erudit.org/culture/va1081917/va1174852/54497ac.pdf, p. 78
  36. http://www.ad-ac.ca/french/AboutADACfrench.php
  37. Ginette Bergeron, "Délicate et fuyante côte", La Presse, 23 février 1984
  38. Le journal du barreau, 15 avril 1995, p. IV
  39. Judy Stoffman, "New high for Gagnon Landscape", Toronto Star, Tuesday, June 1, 2004, p. C7
  40. Bruno Bisson, "Faux tableaux: les collectionneurs doivent être prudents", La Presse, Montréal, samedi 17 octobre 1987, p. A6
  41. May Lamey, "Putting a price on art", The Gazette, Real Estate, Montreal, Satudray, April 5, 2008, F1
  42. "L’Art : un nouveau mode d’investissement", Les séminaires Merritt sur l'art, Montréal, samedi 14 nov. 1981
  43. Bernard Lévy, Vie des Arts, vol. 52, n° 210, 2008, p. 72
  44. Bonneville, Jean-Pierre, Marc-Aurèle Fortin en Gaspésie, Stanké, 1980, p. 9-12
  45. "Jean-Pierre Valentin- La galerie de Jean-Pierre Valentin fête son 70e anniversaire", Parcours, vol. 10, no. 1, p. 28

Voir aussiModifier