Ouvrir le menu principal

Cornelius Krieghoff

peintre néerlandais canadien
Cornelius Krieghoff
Cornelius Krieghoff.jpg
Cornelius Krieghoff photographie de Melvin Ormond Hammond (en)
Naissance
Décès
(à 56 ans)
Chicago (Illinois)
Nationalité
Activité
Formation
Lieux de travail

Cornelius David Krieghoff () est un peintre canadien d'origine néerlandaise. Il était l'un des peintres canadiens les plus populaires du XIXe siècle[1]. Krieghoff est surtout connu pour ses peintures de paysages canadiens d'automne et d'hiver.

BiographieModifier

Krieghoff est né le 19 juin 1815 à Amsterdam, aux Pays-Bas. Il étudie la musique et la peinture avant de se mettre à voyager à 18 ans. Il s'enrôle dans l'armée américaine à New York, en 1837. Il déserte quelques années plus tard[2]. En 1840, il traverse la frontière du Bas-Canada, le pays d'origine de sa femme Louise Gauthier[3]. Il suit une formation académique, se rend à Paris en 1844, où il copie des chefs-d'œuvre du Louvre auprès de Michel Martin Drolling (1789–1851), revient en Amérique et parcourt les routes entre Rochester, Toronto et Montréal où il s'installe en 1846.

Krieghoff vit de petits boulots et de quelques commandes de portraits. Ses sujets de prédilection sont la nature, les premières nations et les paysans canadiens-français. À partir de 1848, il intégrera de plus en plus de sujets autochtones à sa production, représentations instructives de leur habillement et de leur mode de vie. Actif dans le milieu culturel montréalais, avec notamment les peintres James D. Duncan, Théophile Hamel, Frederick Lock, William Sawyer et Martin Somerville, il participe à diverses expositions et reçoit bon nombre de commandes. Il influence certains peintres au Québec dont Alexandre S. Giffard.

En 1853, Krieghoff s’installe à Québec où il rejoint son bon ami John Budden dont il avait fait un portrait en 1847. Sa clientèle a un intérêt pour les paysages, la culture autochtone et des scènes de genre[4]. Il peint toujours des paysages, notamment des chutes, petits tableaux toujours réalisés avec une technique maîtrisée et un grand souci du détail. Ses scènes de la campagne plaisent à la clientèle de la ville.

 
Habitants, 1852
 
Vue de Québec, 1865

Il consacre également une partie de sa production à des personnages, notamment amérindiens, fidèle témoignage de leurs habillements. Sur les scènes qu’il représente, Krieghoff va progressivement diminuer la taille des personnages pour laisser place à des paysages grandioses, peints avec minutie.

Avec l’annonce de l’emplacement d’Ottawa comme capitale permanente (au lieu de l’alternance entre Québec et Toronto), la ville de Québec entame un déclin qui va inciter Krieghoff à séjourner en Europe, à partir de 1863 pour les sept années suivantes. Il continuera d’être régulièrement exposé, tant au Canada qu’aux États-Unis. Il revient à Québec en 1870 où il séjournera brièvement, peignant peu. Il participe toutefois avec un succès d’estime à l’Exposition provinciale de Québec en septembre 1871. L'annonce de sa mort à l'âge de cinquante-six ans arrivera de Chicago, le 5 mars 1872. Il est enterré au cimetière Graceland de Chicago. Ses œuvres se retrouvent dans plusieurs collections privées, ainsi que dans les principales institutions muséales du Canada. Elles sont admirées tant pour le soin apporté à leur réalisation que pour le témoignage vivant de la vie de cette époque. Elles sont régulièrement exposées à la Galerie L'Art français[5].

SignatureModifier

Krieghoff signait ses toiles C. Krieghoff.  

Enchère recordModifier

L'enchère record pour un tableau de Cornelius Krieghoff est de 350 000 $ canadiens. Il s’agit de Mail boat landing at Quebec, une peinture à l'huile de 17 par 24 po. vendue le 20 novembre 2006 chez Sotheby's & Ritchies (Toronto)[6]

GalerieModifier

Maison KrieghoffModifier

 
Monument Krieghoff

La maison qu'il habitait à Québec existe toujours et porte son nom. Située au 115, Grande Allée Ouest, à l'intersection de l'avenue Cartier, elle est classée bien culturel du Québec et a été rénovée. Devant la petite demeure, une plaque et un bronze le représentant rappellent sa mémoire.

Selon l'historien de l'architecture Luc Noppen : « Cette maison s'inscrit dans la tradition bien particulière du milieu du XIXe siècle. En effet, l'engouement pour les cottages rustiques amène les gens à louer une petite maison, généralement de bois, pour profiter des avantages de la villégiature[7]. »

BibliographieModifier

  • Barbeau, Charles Marius: Cornelius Krieghoff, Pioneer Painter of North America. Toronto, The Macmillian Company of Canada, ltd., 1934.
  • Barbeau, Charles Marius: Cornelius Krieghoff. Toronto, Ryerson Press, 1948.
  • Barbeau, Marius: Cornelius Krieghoff. Toronto Society for Art Publications, 1962.
  • Harper, J. Russell: Cornelius Krieghoff, The Habitant Farm. Ottawa, National Gallery of Canada, 1977.
  • Harper, J. Russell: Krieghoff. Toronto, University of Toronto Press, 1979.
  • Jouvancourt, Hugues de: Cornelius Krieghoff. Toronto, Musson Book Co., 1973.
  • Ministère des affaires culturelles: Cornélius Krieghoff, 1815–1872. Québec, 1971.
  • Reid, Dennis R.; Cook, Ramsay; Gagnon, François-Marc: Krieghoff, Images du Canada. Douglas & McIntyre, Vancouver 1999.
  • Vézina, Raymond: Cornelius Krieghoff, peintre de mœurs, 1815–1872. Québec, Éditions du Pélican, 1972.
  • Winkworth, Monsieur: Exposition d'estampes en l'honneur de C. Krieghoff, 1815–1872. Montréal, McCord Museum, 1972.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

RéférencesModifier

  1. et krieghoff-cornelius-david Cornelius Krieghoff sur L'Encyclopédie canadienne
  2. Reid, Dennis Richard, 1943-, Gagnon, François-Marc, 1935-, Krieghoff, Cornelius, 1815-1872. et Musée des beaux-arts de l'Ontario., Krieghoff : images du Canada, Musée des beaux-arts de l'Ontario, (ISBN 1550547585 et 9781550547580, OCLC 231869327, lire en ligne)
  3. Jacques Lacoursière, Denis Vaugeois, Jean Provencher, Canada Québec, Synthèse Historique, Montréal, Renouveau pédagogique, , 625 p., p. 358
  4. Daniel Drouin, Art ancien du Québec : guide de collection, Québec, Musée national des beaux-arts du Québec, , 166 p. (ISBN 978-2-551-26346-2), p. 98-99
  5. André Gascon, "A.-M. et J.-P. Valentin et l'Art français" dans Le collectionneur, vol.1, #2, 1978, p. 11, "L'Art français a vendu aussi de nombreux tableaux de peintres devenus des "classiques" comme (...) Cornelius Krieghoff"
  6. Blouin Art Sales Index.
  7. Les chemins de la mémoire, Commission des biens culturels, Monuments et sites historiques du Québec, Les Publications du Québec, Québec, 1991, tome I, p. 204