Ouvrir le menu principal

Gabrielle Rolin

Femme de lettres française
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rolin.
Gabrielle Rolin
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 85 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Autres informations
Distinctions

Gabrielle Rolin est une traductrice, critique et romancière belge née à Bruxelles le et morte à Paris le (à 85 ans)[1].

BiographieModifier

Gabrielle Rolin est la fille du ministre belge Henri Rolin.

Après des études de droit à l'Université libre de Bruxelles et un séjour à l'Université de Chicago, grâce à une bourse Fullbright, (1955-1960), elle a été journaliste pour plusieurs journaux. Correspondante à Paris, où elle était installée, du Journal des Beaux-Arts de Bruxelles (1955-1960), critique au Nouveau Candide (1966-1967), critique littéraire au journal Le Monde (1967-1989), à l'Unité, Combat socialiste et au Matin (1975-1987), chroniqueuse à Parents (1970-1973), à L'Express (1990-1992) et à Lire (1990-2002). Comme salariée, elle a travaillé au Readers Digest (1970-1981) et aux éditions Christian Bourgois (1980-1990). Elle a également été une collaboratrice régulière de France Culture pour l'émission Un livre, des voix (1986-1996).

Elle a traduit Truman Capote, Flannery O'Connor, Raymond Carver, Edith Wharton et de nombreux autres écrivains américains.

Prise de positionsModifier

Elle publie en 1962 dans le magazine Jeune Afrique une violente critique des bandes dessinées de Tintin qui sont, selon elle, des albums réactionnaires et d'un antisémitisme latent :

« Le nom des « Mauvais » est à lui seul révélateur : Salomon Goldstein, Rastapopoulos, le Cheik Bab el Ehr, le maréchal Plekszy-Gladz ; leur physique ne l'est pas moins : nez crochu des uns, teint coloré des autres (ceux que le capitaine Haddock traite de « coloquintes à la graisse d'anthracite »), pommettes mongoles des troisièmes. »

— Gabrielle Rolin, « Tintin le vertueux — l'oreille réactionnaire », Jeune Afrique, 3 janvier 1962, [k 1]

ŒuvresModifier

Sous le nom d'Élisabeth Trévol
  • Mon amour, Paris, Éditions Julliard, 1954, 247 p.
  • Cité Universitaire, Paris, Éditions Julliard, 1955, 311 p.
Sous son nom
  • Le Secret des autres, Paris, Éditions Gallimard, coll. « Le Chemin », 1960, 291 p. (notice BnF no FRBNF33157697)
  • L’Histoire de France avec le sourire, vol 1, De la préhistoire à Louis XI, des. de F. Pichard, Paris, Éditions Nathan, 1967, 46 p. (notice BnF no FRBNF33157695)
  • L’Histoire de France avec le sourire, vol 2, De Charles VIII au Roi Soleil, des. de F. Pichard, Paris, Éditions Nathan, 1968, 46 p. (notice BnF no FRBNF33157696)
  • Le Mot de la fin, Paris, Éditions Gallimard, coll. « Blanche », 1972, 275 p. (notice BnF no FRBNF35213362)
- Prix Dumas-Millier de l’Académie française 1973
- Prix Gustave Le Métais-Larivière de l’Académie française 1985

Notes et référencesModifier

  1. Luc Cédelle, « Gabrielle Rolin, écrivain traductrice et critique », sur lemonde.fr, (consulté le 25 juillet 2013)
  2. Jacques de Decker, « L’infirmerie verbale de Gabrielle Rolin », sur Le Soir, (consulté le 25 juillet 2013)

Liens externesModifier