Ouvrir le menu principal

Gaëlle Krikorian

sociologue française
Gaëlle Krikorian
Gaëlle Krikorian 2012.jpg
Gaëlle Krikorian en 2012
Biographie
Naissance
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
A travaillé pour
Membre de
Directeur de thèse

Gaëlle Krikorian, née en , est une chercheuse en sciences sociales française, militante dans les domaines de l’accès aux soins et des droits des minorités. Elle participe également à la réflexion sur la place des communs dans la société.

BiographieModifier

Gaëlle Krikorian a grandi à Sainte-Maxime, dans le sud de la France[1],[2].

Docteur en sociologie à l'EHESS[3], ses travaux portent sur le rôle de l’action collective dans la production de politiques publiques, la place de l’expertise légale et technique dans les controverses politiques[4],[5][source insuffisante], l’articulation entre économie morale et économie politique au sein de conflits entre acteurs non gouvernementaux (notamment associatifs et industriels) visant à influencer l’action gouvernementale. L'un de ses terrains de prédilection porte sur les politiques dans le domaine pharmaceutique et celui de la propriété intellectuelle[6],[7],[8],[9],[10],[11],[2].

À partir de 2005, elle rejoint le CREPS (qui deviendra par la suite l’IRIS) dans le cadre d’un projet de recherche financé par l’Agence Nationale de recherche sur le VIH/sida et les hépatites (ANRS). À la suite de ce projet, elle prépare, à l’École des hautes études en sciences sociales, une thèse de doctorat en sociologie sous la direction de Didier Fassin, thèse qu’elle soutient en janvier 2014[12]. Intitulée La propriété ou la vie ? Économies morales, actions collectives et politiques du médicament dans la négociation d'accords de libre-échange. Maroc, Thaïlande, États-Unis, elle étudie la production dans le contexte de la globalisation de règles de droits et de politiques de propriété intellectuelle ayant un impact sur l’accès aux médicaments[1].

De 2011 à 2015, elle travaille comme conseillère sur les questions de propriété intellectuelle et d'accès au savoir pour le Groupe des Verts/Alliance libre européenne au Parlement européen à Bruxelles[13].

Militante à Act Up-Paris à partir de 1996[2], elle est salariée de l’organisation jusqu’en 2004 où elle coordonne la commission « nord/sud » dont le travail porte sur les politiques internationales de lutte contre le sida et la question de l’accès aux antirétroviraux dans les pays du Sud[14],[15],[2]. En 1999, dans le cadre d'une campagne d'opinion lancée par Act Up, elle s'exprime dans l'Humanité sur la question de l’accès aux médicaments contre le sida dans les pays en développement[16]. En 2002, elle est vice-présidente d’Act Up-Paris[17]. Elle poursuit son engagement pour le développement d'alternatives aux monopoles comme mode de financement de la recherche médicale[18],[19],[20],[21], et plus largement est très engagée dans la protection, la revalorisation et la promotion des communs[22] comme élément clef d'organisation, notamment politique, de la société[23].

Active au sein de plusieurs groupes féministes[24], elle est très engagée dans La Barbe, un groupe d’action féministe créé en 2008, aux côtés d’autres anciennes militantes d’Act Up-Paris, dont Marie de Cenival, qui est à l'origine du groupe[25],[26]. Elle est très engagée également auprès de l'association féministe Les Tumultueuses[27]. En 2014, elle publie sur Mediapart un texte sur les insultes homophobes et sexistes : « Vous avez dit enculé ? »[28],[29].

Entre 2007 et 2010, elle contribue à la série d’ouvrages « Cette France-là » destinés à analyser et faire la chronique de la politique d'immigration et d'identité nationale mise en œuvre par Nicolas Sarkozy durant son mandat présidentiel[30]. Elle est depuis partie prenante de mobilisations pour les droits des migrants[31].

Elle est depuis juin 2018 responsable du programme sur l'accès aux médicaments au sein de Médecins sans frontières[32],[33]. Dans ce cadre, elle critique en 2018 le manque d'encadrement légal des procédures d'identification par l'ADN[34], ainsi que la reconduction du brevet du laboratoire Gilead pour le sofosbuvir, alors que des médicaments génériques existent[35].

PublicationsModifier

(en) Nicholas J. Mitchell, « Amy Kapczynski and Gaëlle Krikorian: Access to Knowledge in the Age of Intellectual Property », Publishing Research Quarterly, vol. 27, no 2,‎ , p. 199–200 (DOI 10.1007/s12109-011-9213-8).
(en) William C. Bamberger, « Access to Knowledge in the Age of Intellectual Property », Rain Taxi Review of Books,‎ (lire en ligne).
(en) Susan K. Sell, « Intellectual Property in International Relations », Oxford Bibliographies,‎ (DOI 10.1093/obo/9780199756223-0061).
  • (en) Gaëlle Krikorian, « Free-Trade Agreements and Neoliberalism: How to Derail the Political Rationales that Impose Strong Intellectual Property Protection », dans Gaëlle Krikorian et Amy Kapczynski, Access to Knowledge in the Age of Intellectual Property, New York, Zone Books, coll. « The MIT Press », (ISBN 978-1-890951-96-2, lire en ligne), p. 293-328.
  • (en) Gaëlle Krikorian, « From AIDS to Free Trade Agreements: Knowledge Activism », Engaging Science, Technology, and Society, no 3,‎ , p. 154-179 (DOI 10.17351/ests2017.42).
  • Gaëlle Krikorian, Thibault Henneton, Caroline Izambert et Xavier de La Porte, « ACTA récit d’une victoire (#pasencoretotale). Entretien avec Gaëlle Krikorian », Vacarme, no 62,‎ , p. 30-49 (lire en ligne).
  • Gaëlle Krikorian et Florent Latrive, « De la propriété intellectuelle au savoir partagé : renverser la perspective. Entretien croisé avec Gaëlle Krikorian et Florent Latrive », dans Clémentine Autain, Postcapitalisme : Imaginer l'après, Au diable vauvert, (ISBN 978-2-84626-194-4), p. 319-344.

RéférencesModifier

  1. a et b Mehdi Fikri, « Don d'ubiquité : Enlever le haut à la piscine, porter une barbe dans les aréopages masculins, bousculer leur entre-soi orgueilleux… Ex d'Act Up, Gaëlle Krikorian sait aussi gagner contre l'industrie du médicament », L'Humanité,‎ , p. 8 (lire en ligne).
  2. a b c et d Catherine Mary, « Gaëlle Krikorian, négociatrice sans concessions pour l’accès aux médicaments », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  3. Présentation de la thèse de l'auteur sur le site laviedesidees.fr.
  4. Krikorian 2017.
  5. Gaëlle Krikorian, « Un activisme savant. De la lutte contre le sida aux mobilisations contre les accords de libre-échange », La vie des idées,‎ (lire en ligne).
  6. (en) Gaëlle Krikorian, Fanny Chabrol et Pierre-Marie David, « Rationing hepatitis C treatment in the context of austerity policies in France and Cameroon: a transnational perspective on the pharmaceuticalization of healthcare systems », Social Science and Medicines, no 187,‎ , p. 243-250 (DOI 10.1016/j.socscimed.2017.03.059).
  7. Gaëlle Krikorian, « Le programme de préqualification de l'OMS au cœur d'un conflit sur la propriété intellectuelle. Commentaire », Sciences sociales et santé, vol. 32, no 1,‎ , p. 101-107 (DOI 10.3917/sss.321.0101).
  8. Gaëlle Krikorian, « Conditions d’usage des licences obligatoires : l’action du gouvernement thaïlandais », dans Cristina Possas et Bernard Larouzé, Accès aux antirétroviraux dans les pays du Sud : Propriété intellectuelle et politiques publiques, ANRS, coll. « Sciences sociales et sida », (ISBN 978-2-910143-27-5, lire en ligne), p. 51-67.
  9. Gaëlle Krikorian, « Décision de l’OMC du et l’étude de cas du Rwanda », dans Germain Velasquez & Carlos Correa, Comment préserver l’accès aux médicaments : Innovation pharmaceutique et santé publique, Paris, L’Harmattan, (ISBN 978-2-296-13262-7), p. 89-101.
  10. Gaëlle Krikorian, « Dispositions ADPIC-plus introduites dans le cadre des négociations internationales », dans Germain Velasquez & Carlos Correa, Comment préserver l’accès aux médicaments : Innovation pharmaceutique et santé publique, Paris, L’Harmattan, (ISBN 978-2-296-13262-7), p. 131-143.
  11. « Quelle politique culturelle pour la France ? », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  12. Gaëlle Krikorian, « La propriété ou la vie ? Économies morales, actions collective et politiques du médicament dans la négociation d’accords de libre-échange. Maroc, Thaïlande, États-Unis », sur iris.ehess.fr (consulté le 17 février 2019).
  13. « Conseiller politique de Groupe parlementaire – Parlement européen », sur EU jobs, .
  14. Marie de Cenival, Gaëlle Krikorian, Axel Delmotte et Brigitte Tijou, « Accords TRIPS : l’autre mondialisation. Entretien avec la commission Nord-Sud d’Act Up-Paris », Vacarme, no 9,‎ (lire en ligne).
  15. Christian Losson, « Gaëlle Krikorian “L'OMC ne peut pas tricher” », Libération,‎ , p. 19 (lire en ligne).
  16. « Questions à… Gaelle Krikorian Responsable des relations Nord-Sud à Act Up Paris », L'Humanité,‎ (lire en ligne).
  17. « Une nouvelle équipe à la tête d'Act Up-Paris », sur Act Up-Paris, .
  18. Gaëlle Krikorian, « Revoir l'économie du médicament avant qu'elle nous conduise au rationnement », .
  19. (en) Gaëlle Krikorian, « Reinventing our medical R&D system », sur The Greens | European Free Alliance, .
  20. Gaëlle Krikorian, « Pour la recherche médicale et l'accès aux soins : promouvoir des alternatives au système de brevets », dans Georges Debrégeas et Thomas Lacoste, L'autre campagne : 80 propositions à débattre d'urgence, Paris, La Découverte, (ISBN 978-2-7071-5067-7).
  21. Gaëlle Krikorian, « Sortir de l’impasse créée par la situation de monopole des firmes (brevets, droits exclusifs) », Prescrire,‎ (lire en ligne).
  22. Jacques Munier, « Au Salon de la revue », France Culture,‎ (lire en ligne).
  23. « Krikorian Gaëlle », sur Remix Biens Communs.
  24. Élise Lambert, « “On s’habitue à cacher nos formes, à baisser la tête” : des habitants de la Chapelle livrent leur sentiment sur ce quartier accusé de harcèlement », France Info,‎ (lire en ligne).
  25. Sylvie Chaperon et Christine Bard, Dictionnaire des féministes. France XVIIIe – XXIe siècle, PUF, (ISBN 978-2-13-078722-8, lire en ligne).
  26. « Des féministes “barbues” chez L'Oréal », sur Le Parisien, .
  27. Privacy France, « Big Brother Awards 2010 : les nominés dévoilés, le mercredi c'est palmarès ! », sur Big Brother Awards France, .
  28. Gaëlle Krikorian, « Vous avez dit « enculé » ? », sur Mediapart, .
  29. « Apprendre à communiquer de manière non-oppressive en langue française », sur La Mécanique des Brumes, .
  30. Cette France-là, vol. 1, La Découverte, (ISBN 978-2-7071-5860-4, lire en ligne).
  31. Gaëlle Krikorian, « avant-propos », Vacarme, no 83 « Accueil inconditionnel, faire front avec les exilé·es »,‎ , p. 4-7 (lire en ligne).
  32. « Gilead prive des millions de malades de traitements contre l’hépatite C : MSF et d’autres organisations à l’attaque ! », sur Médecins sans frontières, .
  33. (en-US) William New, « Gaëlle Krikorian Named Head Of Policy At MSF Access Campaign », sur Health Policy Watch, (consulté le 14 février 2019).
  34. Catherine Mary, « Le nouvel âge de l’identification par l’ADN », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  35. « Hépatite C : le brevet du labo Gilead maintenu », Le Figaro, .

Liens externesModifier