Prescrire (revue)

revue mensuelle médical française
(Redirigé depuis La revue Prescrire)

Prescrire  
Image illustrative de l’article Prescrire (revue)

Titre abrégé Prescrire
Rev. Prescrire
Discipline Médecine, médicaments
Langue Français
Directeur de publication Bruno Toussaint [1]
Publication
Maison d’édition Association mieux prescrire (Drapeau de la France France)
Période de publication Depuis 1981
Fréquence mensuel
Indexation
ISSN 0247-7750
OCLC 46999191
Liens

Prescrire est une revue médicale mensuelle indépendante publiée en France, qui traite de l'actualité des maladies, des médicaments et des techniques et technologies médicales.

DescriptionModifier

Prescrire est une revue indépendante qui diffuse depuis les années 1980 des informations sur les médicaments en s'appuyant sur le travail collaboratif de médecins, de pharmaciens et de spécialistes du médicament. Elle est réputée pour son indépendance vis-à-vis des lobbies pharmaceutiques, mais aussi du ministère de la Santé, de l'Assurance maladie ou des agences du médicament. Elle dénonce régulièrement des traitements sans effet voire dangereux, ou dont la balance bénéfices/risques est défavorable. Elle a ainsi été parmi les premières à mettre en garde contre la dangerosité du Mediator[2] et a joué un rôle dans l'action de lanceur d'alerte du docteur Irène Frachon dans ce dossier[3],[4],[5].

Elle est considérée comme une des deux sources fiables d'informations sur les médicaments en France, avec la Haute Autorité de santé[6].

Elle publie depuis une liste de « médicaments à écarter », médicaments dont les avantages thérapeutiques ne compensent pas les risques qu'ils représentent[7],[8].

Elle destine ses informations aux professionnels de la santé (médecins, pharmaciens, etc.[9]), et non pas au grand public, même si le « but final est que les patients soient mieux soignés »[10].

Prescrire est la propriété d'une association à but non lucratif dont la direction est élue par une assemblée réunissant notamment des représentants de ses rédacteurs et de ses lecteurs. Elle ne contient pas de publicité, afin de se prémunir des pressions des firmes pharmaceutiques : ces dernières ne peuvent ainsi jouer de leur rôle d'annonceur pour obtenir une quelconque mansuétude de la revue vis-à-vis de leurs produits[2]. Elle est financée intégralement par les abonnements et la vente de différentes formations destinées au personnel soignant[9]. Par ailleurs, les rédacteurs de la revue signent chaque année une déclaration d’absence de conflits d'intérêts avec les firmes pharmaceutiques et une charte où ils s'engagent à ne prendre en compte que l'intérêt supérieur des patients[11].

Prescrire fait partie de l'w:International Society of Drug Bulletins, et est un membre fondateur en 1986 de ce réseau mondial de bulletins thérapeutiques indépendants, soutenu par l'OMS[12].

Avant la publication, chaque article suit un processus collectif de rédaction[13],[14],[15]. Lors de la phase de documentation Prescrire demande, par exemple, aux laboratoires pharmaceutiques « les comptes rendus de tous les essais cliniques »[16]. Puis l'article créé est relu par dix à trente-cinq personnes[2] ce qui prend au minimum trois mois[17]. « Les articles de synthèse peuvent prendre entre un an et demi et deux ans »[17].

La revue publie également des synthèses standardisées appelées « L'essentiel sur les soins de premier choix ». Elles sont destinées aux professionnels de santé et les aident à faire face à diverses situations cliniques fréquentes[18],[19]. Ceux-ci peuvent également transmettre à leurs patients des fiches « Infos-Patients Prescrire »[20].

Prescrire publie aussi une édition internationale en anglais, intitulée Prescrire International. Elle organise des programmes de formation continue destinés aux professionnels de santé et des « Rencontres internationales » tous les deux ans.

Depuis , Prescrire publie aussi une édition pour les infirmiers, intitulée Compétence 4 : pratique infirmière et médicaments[9].

Palmarès et prix annuelsModifier

Prescrire dévoile chaque année plusieurs palmarès[21] :

Pilule d'Or et Prix PrescrireModifier

Depuis 1981, « La Pilule d'Or [...] récompense des médicaments qui constituent un progrès thérapeutique décisif dans un domaine où patients et soignants étaient totalement démunis a été attribuée seulement 15 fois en 38 ans. »[22],[23],[24],[25],[26],[27],[28].

Le « Prix Prescrire » récompense des ouvrages médicaux ou pharmaceutiques notables depuis 1989[29],[30].

Liste de médicaments à écarterModifier

Depuis , Prescrire publie un bilan « des médicaments à écarter pour mieux soigner »[31],[7],[8]. Ce bilan est souvent repris dans la presse sous l'appellation de « liste noire des médicaments de la revue Prescrire »[32],[33],[34]. Début 2019, cette liste recense 93 médicaments « dont la balance bénéfices-risques est défavorable dans toutes les situations cliniques pour lesquelles ils sont autorisés »[31]. La liste de « médicaments à écarter » pour l'année 2023, comprend 107 médicaments dont 88 sont commercialisés en France[35]. Selon la revue, les médicaments ont été inscrits dans cette liste quand « les effets indésirables auxquels ils exposent sont disproportionnés par rapport à leur faible efficacité ou à la bénignité de la situation clinique dans laquelle ils sont autorisés ». Cette liste comprend des médicaments couramment utilisés comme le Smecta ou le sirop Vicks[36].

Beaucoup de ces médicaments sont en vente libre sans ordonnance en pharmacie[37].

Composant chimique Champ médical concerné Nom commercial
Acéclofénac Rhumatologie Cartrex ou autre
Acide obéticholique Gastroentérologie Ocaliva
Agomélatine Psychiatrie dépendance Valdoxan ou autre
Alemtuzumab Neurologie Lemtrada
Aliskirène Cardiologie Rasilez
Alogliptine Diabétologie Vipidia° et associée avec la metformine dans Vipdomet
Alpha-amylase ORL Maxilase
Ambroxol Pneumologie Muxol
Attapulgite Gastroentérologie Actapulgite ou en association dans Gastroentérologiepulgite
Bézafibrate Cardiologie Befizal
Bromhexine Pneumologie Bisolvon
Bupropione Sevrage tabagique Zyban
Bupropione + naltrexone Diabétologie Mysimba
Capsaïcine en patchs Rhumatologie Qutenza
Célécoxib Rhumatologie Celebrex ou autre
Ciclosporine en collyre Ophtalmologie Ikervis
Ciprofibrate Cardiologie Lipanor ou autre
Citalopram Psychiatrie dépendance Seropram ou autre
Colchicine + poudre d'opium + tiémonium Rhumatologie Colchimax
Dapoxétine Psychiatrie dépendance Priligy
Défibrotide Cancérologie Defitelio
Denosumab dosé à 60 mg Rhumatologie Prolia
Diacéréine Rhumatologie Art 50 ou autre
Diclofénac Rhumatologie Voltarène ou autre
Diosmectite Gastroentérologie Smecta ou autre
Dompéridone Gastroentérologie Motilium ou autre
Donépézil Neurologie Aricept ou autre
Dronédarone Cardiologie Multaq
Dropéridol Gastroentérologie Droleptan ou autre
Duloxétine Psychiatrie dépendance Cymbalta ou autre
Escitalopram Psychiatrie dépendance Seroplex ou autre
Estrogènes conjugués équins + bazédoxifène Gynécologie Duavive
Eskétamine en solution pour pulvérisation nasale Psychiatrie Spravato
Étifoxine Psychiatrie dépendance Stresam
Étoricoxib Rhumatologie Arcoxia ou autre
Fenfluramine Neurologie Fintepla
Fénofibrate Cardiologie Lipanthyl ou autre
Finastéride 1 mg Dermatologie Propecia
Flunarizine Neurologie Sibelium
Galantamine Neurologie Reminyl ou autre
Ginkgo biloba Neurologie Tanakan ou autre
Glucosamine Rhumatologie Voltaflex ou autre
Hydrotalcite Gastroentérologie Rennieliquo
Ivabradine Cardiologie Procoralan ou autre
Kaolin Gastroentérologie en association dans Gastroentérologiepax et Neutroses
Kétoprofène en gel Rhumatologie Ketum gel ou autre
Linagliptine Diabétologie Trajenta et associée avec la metformine dans Jentadueto
Mannitol inha Pneumologie Bronchitol
Méloxicam Rhumatologie Mobic
Mémantine Neurologie Ebixa ou autre
Méphénésine par voie orale Rhumatologie Décontractyl et pommade à base de méphénésine
Méquitazine Dermatologie Primalan
Méthocarbamol Rhumatologie Lumirelax
Métopimazine Gastroentérologie Vogalène Vogalib
Mifamurtide Cancérologie Mepact
Milnacipran Psychiatrie dépendance Ixel ou autre
Montmorillonite beidellitique alias monmectite Gastroentérologie Bedelix et en association dans Gelox
Moxifloxacine Infectiologie Izilox ou autre
Naftidrofuryl Neurologie Praxilène ou autre
Natalizumab Neurologie Tysabri
Nicorandil Cardiologie Ikorel ou autre
Nifuroxazide Gastroentérologie Panfurex ou autre
Nintédanib Cancérologie Vargatef - Ofev
Olmésartan Cardiologie Alteis Olmetec Axeler Sevikar
Opium Gastro-entérologie Dropizal
Orlistat Diabétologie Xenical ou autre
Oxétorone Neurologie Nocertone
Oxomémazine Pneumologie Toplexil
Panobinostat Cancérologie Farydak
Parécoxib Rhumatologie Dynastat
Pentosane polysulfate oral Urologie Elmiron
Pentoxyvérine Pneumologie Pentoxyvérine Clarix 0,15 %
Pholcodine Pneumologie Plus commercialisée en France depuis septembre 2022
Pimécrolimus dermique Dermatologie Elidel
Pioglitazone Diabétologie Actos
Piracétam Neurologie Nootropyl
Piroxicam par voie générale Rhumatologie Feldène ou autre
Prednisolone+ salicylate de dipropylène glycol Rhumatologie Cortisal
Prométhazine injectable Dermatologie Phénergan
Protéines d'arachide Allergologie Palforzia
Prucalopride Gastro-entérologie Resolor
Quinine pour les crampes Rhumatologie Hexaquine Okimus
Ranolazine Cardiologie Ranexa
Rivastigmine Neurologie Exelon ou autre
Roflumilast Pneumologie Daxas
Romosozumab Rhumatologie Evenity
Roxadustat Hématologie Evrenzo
Saxagliptine Diabétologie Onglyza et associée avec la metformine dans Komboglyze
Sitagliptine Diabétologie Januvia, Xelevia et associée avec la metformine dans Janumet, Velmetia
Tacrolimus dermique Dermatologie Protopic
Ténoxicam Rhumatologie Tilcotil
Thiocolchicoside Rhumatologie Miorel ou autre
Tianeptine Psychiatrie dépendance Stablon ou autre
Tibolone Gynécologie Livial ou autre
Tixocortol en pulvérisation buccale ORL Rhinadvil maux de gorge
Tolcapone Neurologie Tasmar
Trabectédine Cancérologie Yondelis
Trimétazidine Cardiologie Vastarel ou autre
Trinitrate de glycéryle pommade à 0,4 % Gastroentérologie Rectogésic
Ulipristal à 5 mg Gynécologie Esmya
Vandétanib Cancérologie Caprelsa
Venlafaxine Psychiatrie dépendance Effexor LP ou autre
Vernakalant Cardiologie Brinavess
Vildagliptine Diabétologie Galvus et associée avec la metformine dans Eucreas
Vinflunine Cancérologie Javlor

Liste de médicaments primésModifier

Les vaccins de Pfizer et de Moderna contre la covid-19 sont les deux derniers médicaments à avoir été primés[38].

Palmarès du conditionnement de médicaments et efforts de transparence documentaire des firmes pharmaceutiquesModifier

Sont décernés, par ailleurs, un palmarès du conditionnement[39] de médicaments avec l'attribution de palmes, de cartons jaunes ou rouges ; ainsi qu'un palmarès de l'information[40] qui récompense les efforts de transparence documentaire des firmes pharmaceutiques envers Prescrire (« Firmes à l'honneur » et « Lanternes rouges »)[21],[25].

HistoireModifier

Gilles Bardelay[41], médecin généraliste lance en 1975[42] avec son épouse Danielle, pharmacienne, la revue Pratiques, les cahiers de la médecine utopique[43],[44] dans laquelle sont épluchés tous les nouveaux médicaments mis sur le marché[41],[45]. Reprenant l'idée de celle-ci, la revue Prescrire naît en . Elle est fondée par un groupe de pharmaciens et de médecins (Pierre Ageorges, Pierre Simon, Gilles Bardelay et Patrick Nochy[46]) grâce à des subventions du ministère de la Santé[2]. De 1981 à 1986, elles s'élèvent à 2 160 000 francs (329 290 euros) par an ; puis elles baissent les années suivantes pour s'arrêter en 1993[47]. Depuis, la revue est financée par les cotisations de ses abonnés (en 2010 la cotisation de 270 euros est versée chaque année par 29 000 abonnés[2]) ainsi que par des formations[9].

Avec un article de décembre 1997[48], Prescrire est la première publication à demander le retrait du Mediator[49],[50], contre lequel elle avait déjà émis de nombreuses réserves (en 1986 et 1990 ; puis en 2003 et 2005[51],[45],[52],[53]).

Le , Prescrire gagne un procès, le premier de son histoire, contre le laboratoire Astellas Pharma[54],[55].

En , et en attente des résultats des essais cliniques en cours, la revue se montre très réservée sur l'utilisation de l'hydroxychloroquine, seule ou en association, pour lutter contre la Covid-19, expliquant que l'hydroxychloroquine pourrait même avoir des effets contraires[56] sur la Covid-19 comme le laissent penser les résultats d'une étude chinoise publiée début mars[57] : « Cette donnée peut être interprétée comme un signal de risque d'aggravation du covid-19 par l'hydroxychloroquine, utilisée par ailleurs comme immunodépresseur faible dans certaines affections auto-immunes ». Prescrire signale en outre « les limites de la PCR sur prélèvement de gorge » et le fait « qu'elle devient le plus souvent rapidement négative chez les patients atteints de covid-19, y compris en l'absence d'hydroxychloroquine » et que « ce critère semble donc peu pertinent pour évaluer l'intérêt clinique des traitements »[58].

CritiqueModifier

Cas de la dompéridoneModifier

Selon le professeur Bernard Bégaud, directeur d'une unité de recherche en pharmaco-épidémiologie : « Prescrire justifie sa position par une étude présentée comme scientifique. Elle estime un nombre de décès d'origine cardiaque liés au Motilium à partir d'un risque mesuré à l'étranger et appliqué à la population française. Or, la dose utilisée et la durée du traitement peuvent être très différents. Il faut au minimum mettre un bémol ». L’Agence française du médicament (ANSM) a également émis des réserves, et deux études scientifiques semblent confirmer les critiques de Prescrire[59],[60],[61],[62],[63].

Notes et référencesModifier

  1. « L'interview à la carte : le Dr Bruno Toussaint », sur What's Up Doc, (consulté le ).
  2. a b c d et e Nolwenn Le Blevennec, « Prescrire, la revue médicale qui dit « non, merci » aux labos », sur Rue89, (consulté le )
  3. « « Prescrire » : la revue médicale qui dérange », sur Les Echos, (consulté le )
  4. Marie-Pierre Subtil, « La revue "Prescrire", lanceur d'alerte insuffisamment écouté », sur Le Monde, .
  5. Anne-Sophie Stamane, « Mediator : Prescrire, ou l’importance d’une information indépendante », sur quechoisir.org, .
  6. Victoria Dedryver, « Comparaison des avis de la commission de transparence et de la revue Prescrire® concernant les nouveaux médicaments (ou nouvelles indications) en ambulatoire entre 2013 et 2015 », Université Paris-Descartes (thèse),‎ , p. 203 (lire en ligne, consulté le )
  7. a et b « Voici la liste 2020 des médicaments "à éviter", selon la revue Prescrire », sur Sciences et Avenir (consulté le )
  8. a et b Michel de Pracontal, « Prescrire publie sa liste noire des médicaments », sur Mediapart (consulté le )
  9. a b c et d « Les finances de l’Association Mieux Prescrire : bilan de l’exercice 2017-2018 », Prescrire,‎ (lire en ligne [PDF])
  10. « Le directeur de la revue "Prescrire" souligne l'influence des laboratoires dans l'information sur les médicaments », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  11. « "Non merci..." », sur www.prescrire.org (consulté le )
  12. « WHO | Independent drug bulletins to promote the prescription of appropriate drugs: a necessary but difficult task », sur WHO (consulté le )
  13. « L'histoire collective du chemin d'un texte de Prescrire », Prescrire,‎ (lire en ligne [PDF])
  14. « Un travail d'équipe », sur www.prescrire.org (consulté le )
  15. « Qualité des textes de Prescrire : le rôle important des relecteurs », sur www.prescrire.org (consulté le )
  16. « Quoi de neuf, docteur? », sur LExpress.fr, (consulté le )
  17. a et b « «Prescrire», justicier de l'ordonnance », sur Libération.fr, (consulté le )
  18. « Premiers Choix Prescrire », sur www.prescrire.org (consulté le )
  19. « Premiers Choix Prescrire », sur www.prescrire.org (consulté le )
  20. « Infos-Patients Prescrire », sur prescrire.org (consulté le )
  21. a et b « Pilule d'Or Prescrire 2019 », sur www.prescrire.org (consulté le )
  22. « 38 ans de Palmarès Prescrire », sur www.prescrire.org (consulté le )
  23. « Les Pilules d'or 1989 », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  24. Catherine Petitnicolas, « Médicaments : deux palmarès concurrents », Le Figaro (no. 18495),‎ , p. 11
  25. a et b « La revue "Prescrire" stigmatise "les travers du système actuel d'évaluation des médicaments" », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  26. Chloé Durand-Parenti, « Progrès en berne, la palme d'or du médicament sans lauréat », sur Le Point, (consulté le )
  27. « Les 68 médicaments à éviter selon Prescrire », sur Les Echos, (consulté le )
  28. « Pas de Pilule d'Or dans les prix Prescrire, mais trois médicaments primés », Le Quotidien du Médecin,‎ (lire en ligne)
  29. « Prix Prescrire 2019 », sur www.prescrire.org (consulté le )
  30. Le 6 février 2016 à 07h00, « Ces étudiants en médecine veulent se prémunir de l'influence des labos », sur leparisien.fr, (consulté le )
  31. a et b « Pour mieux soigner, des médicaments à écarter : bilan 2019 », Prescrire,‎ (lire en ligne [PDF])
  32. « Médicaments : la liste noire de la revue "Prescrire" », sur Franceinfo, (consulté le )
  33. « Médicaments : la revue « Prescrire » publie sa traditionnelle liste noire », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  34. « "Prescrire" publie sa liste noire de médicaments », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  35. « Le bilan 2023 : une méthode fiable, rigoureuse et indépendante », sur prescrire.org (consulté le )
  36. « Voici la liste 2020 des médicaments "à éviter", selon la revue Prescrire », sur Sciences et Avenir (consulté le )
  37. « Actifed, Humex… Les médicaments en vente libre épinglés par « 60 Millions de Consommateurs » », sur L'Obs (consulté le )
  38. « Comirnaty° (tozinaméran) et Spikevax° (élasoméran) : Pilules d'Or 2021 », sur prescrire.org (consulté le )
  39. « Palmarès 2021 du conditionnement », sur www.prescrire.org (consulté le )
  40. « À propos du Palmarès 2021 de l'information », sur www.prescrire.org (consulté le )
  41. a et b « Un scandale national », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  42. pratiques, « Historique de la revue Pratiques, depuis 1975 », sur pratiques, (consulté le )
  43. « Mediator – Prescrire, ou l’importance d’une information indépendante… », sur www.quechoisir.org (consulté le )
  44. « Au procès Mediator, de vieilles alertes sur un médicament qui "ne valait rien" », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )
  45. a et b « Justice. Dès 1976, Prescrire alertait sur le Mediator », sur L'Humanité, (consulté le )
  46. « La mort du docteur Pierre Ageorges Un combattant de la médecine générale », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  47. « « Prescrire » : la revue médicale qui dérange », sur Les Echos, (consulté le )
  48. « Benfluorex pour quoi faire ? », La revue Prescrire,‎ décembre 1997 - tome 17 - n°179 (lire en ligne [PDF])
  49. « Mediator° : beaucoup de temps perdu et de vies gâchées », sur www.prescrire.org (consulté le )
  50. « Il faudrait un Prescrire pour le grand public ! », sur arretsurimages.net, (consulté le )
  51. Corinne Audouin, « Mediator : "La méthode Servier, c’est la falsification" juge le fondateur de la revue médicale Prescrire », sur www.franceinter.fr, (consulté le )
  52. « « Ce médicament n’a strictement aucun intérêt » : au procès du Mediator, la tornade Gilles Bardelay », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le )
  53. « « Tout était prévisible » dans le scandale du Mediator pour Bruno Toussaint », sur www.20minutes.fr (consulté le )
  54. « Le laboratoire Astellas Pharma perd son procès contre la revue Prescrire », sur LExpansion.com, (consulté le )
  55. « Peser sur la balance les bénéfices et les risques », Centre Presse (Vienne),‎ , p. 30
  56. « Covid-19 et hydroxychloroquine : prudence », sur www.prescrire.org (consulté le )
  57. (en) Department of Infection and Immunity, Shanghai Public Health Clinical Center, Fudan University, Shanghai 201508, China, « A pilot study of hydroxychloroquine in treatment of patients with moderate COVID-19 », sur zjujournals.com,
  58. « Covid-19 et hydroxychloroquine : prudence », sur www.prescrire.org (consulté le )
  59. « «Prescrire» sans contestation », sur Libération.fr, (consulté le )
  60. « Pour mieux soigner, des médicaments à écarter : bilan 2015 », Prescrire,‎ (lire en ligne [PDF])
  61. « Motilium : 231 morts subites chaque année en France ? », sur Sciences et Avenir (consulté le )
  62. «La France consomme quatre fois trop de Motilium», sur sante.lefigaro.fr, (consulté le )
  63. « « Prescrire », le « poil à gratter » de l'information médicale », La Croix,‎ (ISSN 0242-6056, lire en ligne, consulté le )

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (en) Dominique Broclain, Philippe Mura, Dominique Nivet-Carre et Janine Barbot, « Quasi-experimental study on the effectiveness of the readers' test in the medical journal La revue Prescrire », Journal of Continuing Education in the Health Professions, vol. 18, no 1,‎ , p. 47–57 (DOI 10.1002/chp.1340180108)
  • (en) J. Ahlqvist‐Rastad, D. Bardelay, B. Beermann et G. Mignot, « Judging the therapeutic value of drugs : A comparison between La revue Prescrire and Information från Läkemedelsverket, the bulletin of the Swedish Medical Products Agency », International Journal of Risk & Safety in Medicine, vol. 16, no 2,‎ , p. 83–90 (lire en ligne)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier