Ouvrir le menu principal

Gérard Lopez (psychiatre)

psychiatre français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Gérard Lopez et Lopez.
Gérard Lopez
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Autres informations
A travaillé pour

Gérard Lopez est un psychiatre français né en 1949. Il est le co-président et co-fondateur de l’Institut de victimologie de Paris[1],[2],[3]. Le centre du psychotrauma de l'institut assure environ 12000 actes thérapeutiques par an avec une file active d'environ 1000 patients, adultes et enfants.

TravauxModifier

Gérard Lopez a été l’initiateur des premiers diplômes universitaires de victimologie en 1993 à l'Université Paris-Descartes et de psychotraumatologie en France.[réf. nécessaire].

Il est un des membres fondateurs de la cellule d’urgence médico-psychologique (CUMP) mise en place en 1995 par le président de la République et Xavier Emmanuelli, alors secrétaire d'État à l’Action humanitaire d’urgence. Expert, près le ministère de la santé tunisien, il a oeuvré à la mise en place d'une cellule d'assistance psychologique pour les victimes d'accidents collectifs en 2016.

Il a été expert judiciaire et a mis en place[réf. nécessaire] l'Unité mobile de psychiatrie légale près le parquet de Bobigny puis près le parquet de Paris, laquelle intervient pour examiner des mis en cause pendant la garde à vue.

Il assure des enseignements à l’université Paris-Descartes au laboratoire d’éthique médicale dans le département de médecine légale et à l’institut de criminologie de l’université Panthéon-Assas Paris II. Il a été le coordinateur du réseau européen de la chaire Unesco : « Aborder la violence : un défi transdisciplinaire » avec laquelle il a créé un master de victimologie à l'Université Hassan premier à Settat et différents enseignements en Argentine, Azerbaïdjan, Maroc, Tunisie, Algérie, Nouvelle-Calédonie, Ile de la Réunion.

Il a créé un diplôme de psychotraumatologie et de victimologie à Bruxelles organisé par l'antenne belge de l'Institut de victimologie de Paris et l'Université Paris-Descartes.

Il est directeur[réf. nécessaire] de la collection "Médecine et Société" aux Presses universitaires de France, conseiller éditorial aux éditions Dunod et secrétaire de la rédaction de Thyma.fr, la revue francophone de victimologie.

Il a été un des premiers à faire une distinction entre les sujets ayant subi un événement traumatique et ceux qui en ont subi beaucoup, souvent depuis leur enfance. Les premiers présentant des troubles de stress post traumatiques, les seconds des troubles somatiques variés et des troubles de la personnalité comme le décrivent les psychotraumatologues américains (Judith Herman, 1992 - Bessel van der Kolk et al., 2005, etc.) Dans "Victimologie" (1997) il faisait une nette distinction entre la victime aiguë et la victime chronique résumée dans le tableau suivant.

Victime aiguë Victime chronique
Durée de la victimation Brève Prolongée ou répétée
Clinique Stress aigu

PTSD

Dépression

Décompensation psychique

Maladie psychosomatique

Exclusion symbolique

Dissociation traumatique  (DSM IV)

Trouble psychiatrique

Exclusion sociale :

·       stigmatisation,

·       échec scolaire, personnel,

·       affectif, professionnel, etc.

Répétition. - Revictimation Déviance - Délinquance

Pronostic Favorable Sévère
Prise en charge Débriefing précoce +++

Médico-psychologique (brève).

Sociale et judiciaire  (secteur associatif)

Médico-psychologique (prolongée, difficile).

Sociale (secteur associatif) Judiciaire (réinscription symbolique)

Cette distinction n' a pas été retenue dans le DSM 5, car contre l'évidence, le président du sous comité du DSM estime qu’il s’agirait "plus d’une intuition qu’un fait fondé sur la recherche" comme le rapporte Bessel van der Kolk dans "Le corps n’oublie rien : le cerveau, l’esprit et le corps dans la guérison du traumatisme (p 223)" traduit en français (Albin Michel, 2018).

Actuellement à la retraite, Gérard Lopez publie des récits et des romans dont "Toubib à la Goutte d'Or" (L'Esprit du temps, 2016 ) et "Anagrammes meurtrières" (Sydney Laurent, 2018) un thriller psychologique où il revient sur la psychologie des vampires et des victimes d'emprise psychologique comme il l'avait fait dans son essai intitulé "Le vampirisme au quotidien".

BibliographieModifier

  • Victimologie, Dalloz, Paris, 1997
  • Les violences sexuelles sur les enfants, Paris, PUF, Que Sais-Je ?, Paris, 1997
  • Le Non du Fils, Paris, Desclée de Brouwer, 2002
  • Le Vampirisme au quotidien, Paris, L’Esprit du Temps, 2003 (lequel est reparu et disponible sous le titre Comment ne plus être victime chez le même éditeur)
  • La victimologie, Paris, Ed : Dalloz, collection « Connaissance du droit », 2010 (2e éd., 2014)
  • Enfants violés et violentés : le scandale ignoré, Paris, Dunod, 2013.
  • Prendre en charge les victimes d’agressions et d’accidents, Paris, Dunod, 2014
  • 33 secrets sur la Franc-maçonnerie, Armand Colin, 2017[4]. (ISBN 2200618492)

En collaboration:

  • avec Piffaut-Filizzola G, Le viol, Paris, P.U.F, coll. « Que Sais-Je ? », 1993 - 2e édition 1996, (Traduction suédoise 2001).
  • avec Piffaut-Filizzola G. Victimes et victimologie, PUF, coll. « Que Sais-Je ? », Paris, 1995 (traduction persane 2001)
  • avec Sabouraud-Seguin A. et al. Psychothérapie des victimes : le traitement multimodal du psychotraumatisme, Paris, Dunod, 1998
  • avec Casanova A. Cesser d’être une victime, Paris,  éd. Lamartinière, 2001 (et Pocket)
  • avec Portelli S et Clément S. Les droits des victimes : victimologie et psychotraumatologie, Paris, Dalloz, 2003 (2e édition 2007)
  • avec Tzitzis S (dir) Dictionnaire des sciences criminelles, Paris, Dalloz, 2004
  • avec Jehel L. et al. Psychotraumatologie, Paris, Dunod, 2006
  • avec Sabouraud-Seguin A, Jehel L. et al. Psychothérapie des victimes : traitement, évaluation, accompagnement, Paris, Dunod, 2006
  • avec Senon et Cario R (dir). Psychocriminologie, Paris, Dunod, 2008 (2° éd., 2012).
  • avec Kédia M, Vanderlinden J et Saillot I, Dissociation et mémoire traumatique, Paris, Dunod, 2012.
  • avec Cedile G et Labadie D, L'aide-mémoire de l'expertise civile psychiatrique et psychologique, Paris, Dunod, 2013
  • avec Cedile G, L'aide-mémoire de l'expertise pénale psychologique et psychiatrique, Paris, Dunod, 2014
  • avec Sabouraud-Seguin A, Jehel L, et al. Traiter les psychotraumatismes, Paris, Dunod, 2016
  • avec Isabelle Aubry, L'inceste, Paris, Dunod, 2017

Notes et référencesModifier

  1. « Accueil - Institut de Victimologie », sur www.institutdevictimologie.fr (consulté le 5 mars 2017)
  2. (en) George F. Rhoades, Vedat Sar, Trauma and Dissociation in a Cross-Cultural Perspective: Not Just a North American Phenomenon 2006, volume 2, (OCLC 842892448) Page 106 « Gérard Lopez also stands as one of the first French male psychiatrists who expressed ideas on rape issuing from his… »
  3. (en) Didier Fassin, Richard Rechtman, traduction par Rachel Gomme The Empire of Trauma: An Inquiry Into the Condition of Victimhood 2009, (OCLC 602947465) page 123 : « … like former military psychiatrist Louis Crocq, or like civilian psychiatrists Gérard Lopez and Pierre Sabourin, who made major contributions to the institutional development of psychiatric victimology and to the care of victims of sexual violence within the family, respectively. »
  4. armand-colin.com