Ouvrir le menu principal

Fusillade de Chapel Hill en 2015

Fusillade de Chapel Hill en 2015
Image illustrative de l’article Fusillade de Chapel Hill en 2015
Summerwalk Cercle, la rue où la fusillade a eu lieu

Localisation Chapel Hill (Caroline du Nord), Drapeau des États-Unis États-Unis
Coordonnées 35° 54′ 30″ nord, 79° 03′ 00″ ouest
Date
Vers 17 h 15 ( UTC−4)
Type Tir, meurtre[1]
Armes Arme à feu
Morts 3[2]
Auteurs Craig Stephen Hicks (présumé)[3]

Géolocalisation sur la carte : États-Unis

(Voir situation sur carte : États-Unis)
Fusillade de Chapel Hill en 2015

Géolocalisation sur la carte : Caroline du Nord

(Voir situation sur carte : Caroline du Nord)
Fusillade de Chapel Hill en 2015

Trois personnes, Deah Shaddy Barakat, Yusor Mohammad et Razan Mohammad Abu-Salha, ont été tuées dans une fusillade dans une école qui a eu lieu le , à proximité du campus de l'université de Caroline du Nord à Chapel Hill, en Caroline du Nord, aux États-Unis. La police de Chapel Hill a arrêté Craig Stephen Hicks, qui aurait tué les trois personnes en une seule attaque[4],[5],[6].

Sommaire

FusilladeModifier

 
École de médecine dentaire de l'université de Caroline du Nord à Chapel Hill.

Le , à environ 17 h 15, la police est intervenue à la suite de coups de feu près de l'université de Caroline du Nord à Chapel Hill. Ils ont trouvé trois personnes, mortes sur les lieux[7].

VictimesModifier

Trois personnes (dont deux étaient des étudiants) ont été tuées : un couple marié et une proche[8]. Toutes les victimes sont mortes de blessures par balles à la tête[9]. Il s'agissait de :

  • Deah Shaddy Barakat, 23 ans, syro-américain [10] d'origine palestinienne[11]. En 2013, il a obtenu un diplôme en administration des affaires de l'université d'État de Caroline du Nord et étudiait en deuxième année à l'école de médecine dentaire de l'université de Caroline du Nord à Chapel Hill. Lui et dix autres étudiants en odontologie avaient l'intention de se rendre en Turquie pour soigner les réfugiés syriens dans le cadre d'un projet organisé par cette université et la société médicale syro-américaine[6],[12].
  • Yusor Mohammad Abu-Salha, 21 ans, jordano-américaine d'origine palestinienne [13] et épouse de Deah Shaddy Barakat. Née en Jordanie, elle a émigré aux États-Unis à l'âge de six mois[14]. Et a été diplômée en 2014 de l'université d'État de Caroline du Nord. Elle est diplômée d'un Bachelor en sciences biologiques et projetait d'entrer à l'UNC-Chapel Hill en automne pour étudier également la médecine dentaire[6],[10],[15].
  • Razan Mohammad Abu-Salha, 19 ans, jordano-américaine d'origine palestinienne [13] et sœur de Yusor Mohammad Abu-Salha. Née aux États-Unis, elle était étudiante en deuxième année au collège de design de cette université, avec une spécialisation en architecture et conception environnementale[6],[10],[15],[14].

SuspectModifier

Craig Stephen Hicks, un ancien vendeur de pièces automobiles, s'est rendu lui-même aux adjoints du shérif dans les environs de Pittsboro la nuit de la fusillade. Au moment des faits, il étudiait pour devenir « paralégal » au Technical Community College Durham[16],[17],[18]. Hicks s'était également affiché avant la fusillade comme un militant athée et anti-religieux[19]. Selon son épouse actuelle, il n'a pas commis le meurtre en raison de préjugés religieux, mais à la suite d'un litige de stationnement de longue date[20], et qu'il avait des problèmes avec plusieurs autres voisins[21]. Karen Hicks a annoncé qu'elle est en instance de divorce[22].

RéactionsModifier

Universités

L'université de Caroline du Nord à Chapel Hill a organisé dans la soirée du 2015 une veillée en hommage aux victimes avec la participation notamment du maire Mark Kleinschmidt, d'Abdullah Antepli imam de l'université Duke, des chanceliers Randy Woodson (en), Carol Folt (en), Debra Saunders-White , etc.[23]

Responsables gouvernementaux
  •   États-Unis  – Dans l'après-midi du 11 février 2015, Josh Earnest, porte-parole de la Maison-Blanche, a déclaré que la Maison-Blanche n'avait « aucune réaction spécifique » et que, comme c'était le « tout début d'une enquête en cours de la police locale, ils attendent les résultats de l'enquête avant d'émettre un communiqué ». Il a également déclaré que le président n'avait pas contacté les familles pour l'instant[24].
  •   Indonésie – Le gouvernement indonésien a condamné les tirs mortels et a exprimé l'espoir que le gouvernement américain soutiendrait les victimes au niveau judiciaire. « Nous condamnons fermement la violence contre un groupe dans la société. La violence n'est pas une solution à tout », a déclaré le porte-parole ministère des Affaires étrangères Arrmanatha Nasir lors d'une conférence de presse à Jakarta[25].
  •   Pakistan – Siraj-ul-Haq Khan, le ministre des Finances dans le gouvernement de Khyber Pakhtunkhwa et l'émir (président du parti) de la Jamaat-e-Islami, a déclaré que « Les États-Unis ont besoin de s'acquitter de son devoir envers les trois jeunes, qui est devenu une cible de la terreur» [27].
  •   Turquie – Recep Tayyip Erdoğan, le Président de la République de Turquie, a critiqué l'administration Obama le 12 février pour son silence sur les meurtres, remarquant sur le manque de « toute déclaration de respect » de soit du président Obama, vice-président Joe Biden ou secrétaire d’État John Kerry. Il a déclaré les avoir appelés tous les trois et a ajouté : « Nous sommes des politiciens, et nous sommes responsables de tout ce qui se passe dans nos pays... Quand les gens votent pour nous, ils votent également pour la sécurité de leur bien-être être, leur vie ». Il a conclu : « Si vous restez silencieux face à un incident de ce genre, et ne faites aucune déclaration, le monde restera silencieux envers vous »[28],[29]. Le Premier ministre de Turquie, Ahmet Davutoğlu, a déclaré qu'il espérait qu'« il n'y ait pas d'acte raciste derrière ces meurtres. Mais il est trop tôt pour le dire. Quand la nature de cet acte sera précisée, toutes les administrations de l'UE et des États-Unis seront en mesure de montrer une attitude commune ». Davutoğlu a fait des remarques à propos de l'énorme augmentation de la violence contre les musulmans, « [EI, l’État islamique d'Irak et al-Sham], est une organisation terroriste, vous pouvez la définir, vous pouvez la limiter ou réagir contre elle. Mais quel genre de précautions nous sommes capables de prendre contre les mouvements racistes, qui ont la même mentalité que l'ISIS, dans l'UE et États-Unis? »[30].

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Man held for North Carolina killings », BBC News,‎ (lire en ligne).
  2. (en) « 3 students shot to death in apartment near UNC Chapel Hill, man charged », myfox8.com,‎ (lire en ligne).
  3. (en) « 3 students shot to death in apartment near UNC Chapel Hill - CNN.com », CNN,‎ (lire en ligne).
  4. (en) « Three young Muslims shot dead in their home in Chapel Hill, North Carolina », The Independent,‎ (lire en ligne).
  5. (en) WRAL, « Chapel Hill police: Parking dispute may have led to triple shooting :: WRAL.com », WRAL.com,‎ (lire en ligne).
  6. a b c et d Staff of the Daily Tar Heel, « Here's what we know about the triple homicide in Chapel Hill », The Daily Tar Heel (en), (consulté le 11 février 2015).
  7. « Craig Stephen Hicks Arrested After Chapel Hill Shooting Kills 3 », Huffington Post,‎ (lire en ligne)
  8. (en) Gianluca Mezzofiore, « Chapel Hill shooting: Three American Muslim students killed near University of North Carolina », International Business Times UK,‎ (lire en ligne).
  9. « Huge Crowd Attends Vigil for Chapel Hill Shooting Victims », Time, (consulté le 11 février 2015)
  10. a b et c « Gone too soon », ncsu.edu, (consulté le 11 février 2015)
  11. « الشرطة تعتقل قاتل الفلسطينيتين في أميركا », Alquds.com,‎ (consulté le 11 février 2015)
  12. Tammy Grubb, « Chapel Hill police arrest man in triple homicide », The News & Observer (en), (consulté le 11 février 2015)
  13. a et b « Two of the Chapel Hill shooting victims were Jordanian citizens », albawaba.com, (consulté le 13 février 2015)
  14. a et b « Jordanian Ambassador Visits the Victims’ Families of Chapel Hill Shooting in North Carolina », jordanembassyus.org, (consulté le 13 février 2015)
  15. a et b (ar) « مقتل عائلة مسلمة برصاص أميركى في نورث كارولينا يثير عاصفة غضب على مواقع التواصل الاجتماعي », Sputnik News,‎ (consulté le 11 février 2015)
  16. (en) « Parking dispute, not bias, triggered triple murder, say NC police », Fox News (consulté le 11 février 2015)
  17. (en) Saeed Ahmed, CNN, « 3 students shot to death in apartment near UNC Chapel Hill - CNN.com », CNN, (consulté le 11 février 2015)
  18. « Chapel Hill Shooting Leaves 3 Muslim Students Dead; Neighbor Is Charged », The New York Times, (consulté le 11 février 2015)
  19. AFP : Etats-Unis: un athée convaincu abat trois étudiants musulmans
  20. (en) « Self-proclaimed atheist charged in slayings of North Carolina Muslim students », Yahoo! News, (consulté le 11 février 2015)
  21. « 3 Members Of Muslim Family Shot Dead In Chapel Hill », The Huffington Post, (consulté le 11 février 2015)
  22. Michael Biesecker, « Were 3 slain for their religion or their parking space? »,
  23. (en) « Message to the Campus Community: Feb. 11 Vigil to Honor the Departed », sur alertcarolina.unc.edu, (consulté le 11 février 2015)
  24. (en) « Daily Briefing by the Press Secretary Josh Earnest, 02/11/15 », officialwire.com, (consulté le 12 février 2015)
  25. « RI condemns Chapel Hill shootings », thejakartapost.com, (consulté le 14 février 2015)
  26. « Middle East Reacts to Murder of 3 Muslim-American Students in North Carolina », truthdig.com, (consulté le 14 février 2015)
  27. « Siraj questions Obama's silence over Chapel Hill shooting », nation.com, (consulté le 15 février 2015)
  28. « Erdogan chides Obama for silence on Chapel Hill murders », guardian.com, (consulté le 12 février 2015)
  29. « Chapel Hill murders: Turkish leader challenges Obama », bbc.com, (consulté le 13 février 2015)
  30. « PM calls for common attitude against Islamophobia after murder of three Muslims in US », dailysabah.com, (consulté le 12 février 2015)