Friedrich Spanheim le Jeune

professeur d'université

Friedrich Spanheim le Jeune, né à Genève le et mort à Leyde le , est un théologien et historien hollandais.

BiographieModifier

Fils du théologien Friedrich Spanheim l'Ancien et de Catherine du Port, Frédéric[1] étudie la théologie à l'université de Leyde où il obtient son doctorat. En 1655, il répond à une demande de l'université de Heidelberg en vue de l'aider dans sa réorganisation. Il y devient un grand professeur de théologie, mais revient à Leyde en 1670. Il y enseigne la théologie la première année, puis l'année suivante s'oriente vers l'histoire ecclésiastique ou histoire sacrée. Il est nommé bibliothécaire en 1674, puis quatre fois recteur de l'université de Leyde. Il est aussi professeur principal à partir de 1684.

ŒuvresModifier

Les résultats de son activité théologique et historique, qui est colossale, sont rassemblés dans son Opera en trois volumes in folio, publiés à Leyde de 1701 à 1703. Ils comprennent des travaux historiques avec une histoire ecclésiastique, mais aussi de l'exégèse et de la dogmatique, à quoi il faut ajouter des œuvres polémiques contre l'arminianisme, le cartésianisme, le coccéianisme et les jésuites, qu'il attaqua aussi dans son De novissimis circa res sacras in Belgio dissidiis epistola (Leyde, 1677). Conservateur en matière de théologie, il s'opposa aux novatores.

Ses commentaires sur Job ont été particulièrement appréciés. Il publia aussi une Brevis Introductio ad historiam utriusque Testamenti (1694) et un grand nombre de sermons.

NotesModifier

  1. Il s'agit de son prénom d'enfance et d'adolescence familiale car sa mère était française.

BibliographieModifier

  • J. Triglandius, Oraison funèbre, Leyde, 1701.
  • Jean-Pierre Niceron, Mémoires pour servir à l'histoire des hommes illustres, de la république des lettres, avec un catalogue raisonné de leurs ouvrages, xxix. p. 11-26.
  • Jacques-Georges Chauffepié, Nouveau Dictionnaire historique et critique, pour servir de supplément ou de continuation, au Dictionnaire historique et critique de M. Pierre Bayle, Amsterdam, 1750-1756.

SourceModifier

  • Article « Spanheim, Friedrich, the Younger » dans la Schaff-Herzog Encyclopedia of Religious Knowledge ([1]).

Liens externesModifier