Franz Heinrich Kleinschmidt

missionnaire allemand

Franz Heinrich Kleinschmidt (1812–1864) fut un missionnaire et linguiste allemand qui travailla dans la Namibie actuelle. Il fonda la station missionnaire, et aujourd’hui la ville, de Rehoboth. Avec son collègue missionnaire Carl Hugo Hahn, il établit la première station missionnaire de la Mission rhénane auprès des Hereros à Gross Barmen. Il est connu pour son travail important sur la langue khoïkhoï ou nama.

Franz Heinrich Kleinschmidt
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Voir et modifier les données sur Wikidata
Blasheim (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Décès
Sépulture
Nationalité
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Religion
Tombe de Franz Heinrich Kleinschmidt à Otjimbingwe

BiographieModifier

Franz Kleinschmidt est né le dans le village de Blasheim, à présent intégré à la ville de Lübbecke, qui appartenait alors au royaume de Prusse[1]. Il apprit les métiers de charpentier et de forgeron[2]. Franz Kleinschmidt s’engagea dans la Société des missions du Rhin qui le destina à la mission dans le Sud-Ouest africain, au moment où le chef du peuple oorlam, Jonker Afrikaner, venait de l’inviter à s’établir sur son territoire. Il arriva à Windhoek en . En 1844 lorsque des missionnaires méthodistes de l'English Wesleyan Mission (en), également invités par Jonker Afrikaner arrivèrent à leur tour à Windhoek, Franz Kleinschmidt et son collègue Carl Hugo Hahn préférèrent se déplacer vers le nord pour s’installer dans le pays Damara (futur bantoustan du Damaraland) afin d’éviter tout conflit avec les méthodistes[3].

Hahn et Kleinschmidt arrivèrent à Otjikango le 31 october 1844. Ils renommèrent la ville Barmen (à présent Gross Barmen) du nom de la ville où se trouvait le quartier général de la Mission rhénane. Ils y créent le premier poste missionnaire consacré aux Hereros[4]. Leur ingrat travail missionnaire n’était toutefois pas très fructueux. Alors que Hahn était en voyage en Europe de 1853 à 1856 pour réunir davantage de soutien pour la mission[5], Kleinschmidt partit plus au sud au sein des tribus namas où il fonda en 1845 la station missionnaire et la ville de Rehoboth[2]. Kleinschmidt parlait couramment la langue khoïkhoï ou nama (ou Damara/Nama). Avec l’aide de son collègue missionnaire rhénan Vollmer, il traduisit la Bible dans cette langue en 1853[6] et publia un dictionnaire néerlandaisnama en 1855[7]. En , les Oorlams attaquèrent Rehoboth. Kleinschmidt s’enfuit à Otjimbingwe et y mourut d’épuisement le . Il était marié à Hanna née Schmelen, fille de son collègue Heinrich Schmelen[8].

Notes et référencesModifier

  1. Site (en allemand) sur la chronologie de l’histoire namibienne ("Chronologie der namibischen Geschichte"), année 1812, par Klaus Dierks, consultée le 21 février 2011
  2. a et b [url=http://www.namibia-1on1.com/rehoboth.html Page (en allemand) sur Rehoboth (Namibie) sur le site Namibia 1-on-1, consulté le 21 février 2011]
  3. (de) Heinrich Vedder, Das alte Südwestafrika. Südwestafrikas Geschichte bis zum Tode Mahareros 1890 (Le Sud-Ouest africain ancien. Histoire du Sud-Ouest africain jusqu’à la mort de Mahahero en 1890, Namibia Scientific Society, Windhoek, , 686 p. (ISBN 0-949995-33-9), P. 222
  4. Page (en allemand) sur Gross Barmen sur le site Namibia 1-on-1, consulté le 21 février 2011
  5. [url=http://www.ostdeutsche-biographie.de/hahnca95.htm Article (en allemand) sur Carl Hugo Hahn, missionnaire et linguiste (" Hahn, Carl. Afrikamissionar und Sprachforscher"), de Barbara Wolf-Dahm, publié par la Fondation culturelle des réfugiés allemands, biographie est-allemande (‚‘“Kulturstiftung der deutschen Vertriebenen, Ostdeutsche Biographie“‘‘), consulté le 21 février 2011]
  6. Extrait de la chronologie de l’histoire namibienne (en allemand) de Klaus Dierks, année 1853, consultée le 21 février 2011
  7. Extrait de la chronologie de l’histoire namibienne (en allemand) de Klaus Dierks, année 1855, consultée le 21 février 2011
  8. Extrait de la chronologie de l’histoire namibienne (en allemand) de Klaus Dierks, année 1864, consultée le 21 février 2011

Liens externesModifier