Ouvrir le menu principal

Françoise Sironi

psychologue française
Françoise Sironi
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Francoise Sironi.
Biographie
Naissance
(61 ans)
Nom de naissance
Françoise Sironi
Nationalité
française
Activités
Autres informations
Influencée par
Deleuze, Foucault, Devereux, Nathan

Françoise Sironi, née le , est une psychologue française, maître de conférences en psychologie clinique et pathologique à l'Université Vincennes à Saint-Denis. Elle a été expert psychologue près la Cour d'Appel de Paris, et elle est expert psychologue près la Cour pénale internationale à La Haye.

Sommaire

BiographieModifier

Elle est une des fondatrices du centre Primo Levi, à Paris (spécialisé dans le soin aux victimes de la torture) et d'un centre de réhabilitation pour vétérans russes traumatisés de guerre (Afghanistan et Tchétchénie) en Russie. Son expérience clinique concerne à la fois les auteurs et les victimes de violences collectives (génocides, massacres, tortures, conflits, viols de guerre, disparitions, déplacements de populations…)

Elle a travaillé pendant dix ans au Centre Georges Devereux, ainsi que dans un hôpital psychiatrique (Hôpital de Ville-Évrard) et dans un centre médico-psychologique d'une des banlieues parisiennes marquées par la violence urbaine, la précarité, et par les problématiques migrantes (Epinay sur Seine). Elle a dirigé le Centre Georges-Devereux, où elle a participé à la création d'un groupe de recherche et d'une consultation psychologique destinée aux personnes trans, au sein de l'université Paris 8 qui héberge alors le centre Georges Devereux[1].

Ses recherches en psychologie clinique et en psychopathologie portent sur les violences collectives et les identités transgenres. Elle a écrit plusieurs ouvrages, sur la thématique des auteurs et victimes de tortures, notamment en 1999 Bourreaux et victimes. Psychologie de la torture[2].

Elle a participé en tant qu'experte au procès au Cambodge de Kang Kek Ieu alias Duch qui était le chef du camp de concentration cambodgien S21[3] et a publié en 2017 un ouvrage prolongeant cette expertise et portant sur la psychologie des criminels contre l'humanité.

En 2003, au moment de la discussion de l’amendement Bernard Accoyer visant à encadrer la pratique des psychothérapies[4] elles s’était opposée[5] à Jacques-Alain Miller qui demandait le retrait de l’amendement[6].

OuvragesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Clarisse Fabre, « “Psychologie(s) des transsexuels et des transgenres”, de Françoise Sironi : identités “trans” », Le Monde,‎ (lire en ligne)
Elisabeth Roudinesco, « Psychopathologie du génocidaire ordinaire », Le Monde,‎ (lire en ligne)
« Françoise Sironi: «Les tortionnaires sont malades de la norme, ils ont un besoin absolu d’être dans le système» », Libération,‎ (lire en ligne)

ArticlesModifier

  • (Article) Les métis culturels et identitaires. Un nouveau paradigme contemporain, L'autre, 2013/1, vol. 14, p. 30-42.
  • (Article) La torture aux frontières de l’humain, avec Raphaëlle Branche, Revue internationale des sciences sociales, 2002/4, no 174, p. 591-600, [lire en ligne].
  • (Entretien) «Bourreaux et victimes». Entretien avec Martine Gallard, Cahiers jungiens de psychanalyse, 2003/3, no 108, p. 78-92, [lire en ligne].

Conférences filméesModifier

  • « Comment devient-on tortionnaire ? » Une conférence de Françoise Sironi à l'université de Paris VIII en 2018 [voir en ligne].

RéférencesModifier

  1. Clarisse Fabre, « “Psychologie(s) des transsexuels et des transgenres”, de Françoise Sironi : identités “trans” », Le Monde,‎ (lire en ligne).
  2. Jacqueline Amphoux, « Françoise Sironi, Bourreaux et Victimes. Psychologie de la torture [compte-rendu] », Autres Temps. Cahiers d'éthique sociale et politique, 1999, vol. 63, n°1, p. 116-117 [lire en ligne].
  3. Nicolas Truong, « Comment juger les bourreaux », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  4. « Faut-il encadrer la pratique des psychothérapies ? », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  5. Françoise Sironi, « Les laissés-pour-compte de la psychanalyse », Le Monde,‎ (lire en ligne)
  6. Jacques-Alain Miller, « De l'utilité sociale de l'écoute », Le Monde,‎ (lire en ligne)

Liens externesModifier