Ouvrir le menu principal

François-Marie Perrot

Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Perrot.
François-Marie Perrot
Biographie
Naissance
Décès
Activité

François-Marie Perrot, seigneur de L'Ile-Perrot, né en 1644 à Paris et mort le à la Martinique[1], est un militaire français, gouverneur de Montréal puis de l’Acadie.

BiographieModifier

Capitaine au régiment de Picardie, François-Marie Perrot épouse, en 1669, Madeleine Laguide Meynier, nièce de Jean Talon. Le couple aura six enfants. En 1670, Perrot reçoit la commission royale de gouverneur de Montréal, succédant ainsi à Michel-Sidrac Dugué de Boisbriant.

À la place de faire croître sa seigneurie, François-Marie Perrot l'utilisera plutôt comme un lieu stratégique pour intercepter le commerce des fourrures qui se dirigeait alors vers Montréal. Étant donné que le commerce était illégal pour les seigneurs, Frontenac, en conflit avec Perrot (puisque ce dernier avait fait arrêter Jacques Bizard, un lieutenant de la garde de Frontenac), le fait arrêter et emprisonner en 1674. François Marie Perrot est donc renvoyé en France pour y être jugé, puis il est emprisonné trois semaines à la Bastille[2]. Relâché et rétabli gouverneur de Montréal, Perrot est à nouveau démis de ses fonctions et remplacé à ce poste par Louis-Hector de Callière en 1683. Il devient gouverneur de l’Acadie en 1684, poste qu’il occupe jusqu’à ce qu’il soit encore une fois démis de ses fonctions et remplacé, en 1687, par Louis-Alexandre des Friches de Menneval.

À l’ouest de Montréal, l’île Perrot, concédée à François-Marie Perrot en 1672 et où il établit un poste de traite, porte son nom.

Notes et référencesModifier

  1. John Clarence Webster, p. 189
  2. W.J. Eccles, Frontenac: the courtier governor, University of Nebraska press, 2003, pages 39-50.

SourcesModifier

Voir aussiModifier