Fraispertuis-City

Parc d'attraction

Fraispertuis-City
Image illustrative de l’article Fraispertuis-City
Image illustrative de l’article Fraispertuis-City
Vue d'ensemble du parc de Fraispertuis

Ouverture 1966
Superficie 6 ha
Pays Drapeau de la France France
Département Vosges
Commune Jeanménil
Propriétaire Famille Fleurent[1]
Type de parc Parc à thèmes
Nombre d'attractions Total : 36
Nb de montagnes russes : 3
Nb d'attractions aquatiques : 6
Nombre de visiteurs 130 000[2] (2020)
Site web fraispertuis-city.fr
Coordonnées 48° 19′ 26″ nord, 6° 43′ 43″ est
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Fraispertuis-City
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
(Voir situation sur carte : Grand Est)
Fraispertuis-City
Géolocalisation sur la carte : Lorraine
(Voir situation sur carte : Lorraine)
Fraispertuis-City
Géolocalisation sur la carte : Vosges
(Voir situation sur carte : Vosges)
Fraispertuis-City

Fraispertuis-City est un parc à thèmes familial situé à Jeanménil, dans le département français des Vosges en région Grand Est.

Ouvert en 1966 par la famille Fleurent qui le détient toujours, il a pour thème principal l'Ouest américain. Il a été élu « meilleur parc familial français » en 2004[3] et constitue la première destination touristique payante des Vosges.

HistoireModifier

En 1966, Michel et Simone Fleurent ouvrent l'auberge de la Roche des Fées, au lieu-dit Fraispertuis, une vallée étroite et fraîche bordée de grands résineux où coule le Gaindrupt, un petit affluent de la Mortagne. Les visiteurs peuvent à l'époque pêcher les truites qui leur seront servies. Passionnés par l'histoire de la conquête de l'Ouest, ils l'agrémentent d'attractions et de manèges aux couleurs des grands thèmes des westerns. Des premières balançoires, et jeux de quilles, ils passent au petit train puis au Fort Apache, une petite reconstitution de village western pour enfants aujourd'hui disparue, puis une structure en béton sculpté accueillant la Mine d'Or en 1978.

L'évolution principale survient en 1987 avec l'achat de montagnes russes qui seront adaptées au thème général. À partir de l'année suivante, un tarif d'entrée unique remplace les tickets de manège et le parc poursuit son extension et progresse en renommée. En 1991, le flum, un autre classique du parc, est construit[4].

Les nouveautés deviennent annuelles à partir de 1999 et le visage du parc évolue alors rapidement.

En 2000, le parc travaille à la construction d'un deuxième parcours de montagnes russes. Le Grand Canyon, construit par Soquet représente, à l'époque, le plus gros investissement du parc avec plus de 1,22 million d'euros[5]. Le parcours s'est vu rallongé d'une boucle en 2005.

En 2005, le parc implante la Cavalerie, le premier Disk'O de France. Cette attraction possède alors une décoration et un thème unique créés spécialement par son constructeur Zamperla.

En 2008, le parc s'offre deux attractions : un grand carrousel de chevaux de bois et une Shoot, tilt & drop tower de la forme d'un cactus de 15 mètres de haut.

En 2009, le parc investi dans une nouvelle zone thématique sur les pirates composée d'un Splash Battle de Mack Rides avec des éléments de décoration de l'Atelier artistique du béton et de l'entreprise anglaise Uk-Loco. L'attraction est inaugurée le . La zone comprend également des bateaux téléguidés, une boutique et un stand de jeux d'adresse. Elle constitue alors le plus gros investissement du parc avec plus de 1,7 million d'euros[6].

En 2011, le parc inaugure Timber Drop, un parcours de montagnes russes construit par la société américaine S&S Worldwide[7]. Plus de 4 millions d'euros sont consacrés à la fabrication de cette attraction, ouverte au public le . Elle détient à son ouverture le record du monde de la pente la plus inclinée, mais le perdra peu de temps après, le [8]. L'attraction conserve toutefois toujours son record en Europe.

En 2017, une tour de chute nommée Golden Driller est inaugurée. Construite par Intamin, elle a la particularité de proposer 4 positions différentes. Elle a une hauteur de 66 mètres en hommage à l'année de construction du parc. Ils sont 280 000 en 2018 et 281 000 visiteurs en 2019[9].

En 2020, la pandémie de Covid-19 a contraint le parc à reporter son ouverture de 3 mois et à réduire la capacité d'accueil de moitié. La fréquentation se chiffre à 130 000 en cette année[2].

Le parc compte aujourd'hui plus de trente attractions de tous types, quatre restaurants, des boutiques et un bon nombre d'infrastructures de service.

L'entreprise est restée familiale puisque l'on retrouve les quatre enfants de Simone et Michel Fleurent à la tête du parc, entourés de quelques employés permanents. Le parc est ouvert d'avril à septembre et la pause hivernale est consacrée à l'entretien et l'aménagement du parc.

Historique du parcModifier

  • 1966 : ouverture de l'Auberge de la Roche des fées
  • 1968 : création de l'étang de pêche
  • 1971 : Petit train du Far West
  • 1973 : Fort Apache (disparu en 2000), Camp des indiens (disparu en 1995), balades en poneys (disparues en 1996)
  • 1978 : première version de la Mine d'or (disparue en 1999)
  • 1982 : salle de jeux vidéo
  • 1987 : L'Express (TGV) (disparu en 2005), Santa Fee (disparu en 2001)
  • 1988 : Les Louisianes (disparues en 2009)
  • 1989 : Les Pédalos (disparue en 1995), Gyrofoly's (disparue en 1994), Piscine à boules
  • 1990 : Le Cyclone (disparu en 2002), les Bullys
  • 1991 : Le Flum, le Ciné 180° (disparu en 1994)
  • 1993 : Labyrinthe aquatique (disparu en 2003), Carrousel Far West (disparu en 2019)
  • 1995 : Roue Panoramique, les Bumpers (disparus en 2021), Rivière d'aventure (disparue en 2013)
  • 1996 : Bateau Pirate
  • 1997 : Baby boules, Pony Express, Rodéo
  • 1999 : Le Blizzard, le manège clown (disparu en 2012)
  • 2000 : Le Grand Canyon
  • 2001 : Jolly Jumper, Rio Grande
  • 2002 : Les Santiags
  • 2003 : Geyser City
  • 2004 : Les Sombreros, Old America
  • 2005 : La Cavalerie, la galerie de Joe (disparue en 2012)
  • 2006 : réouverture de la Mine d'or, Ciné Desperados
  • 2007 : Les Bisons rusés
  • 2008 : La Chevauchée, le Cactus
  • 2009 : Pirate Attack
  • 2010 : L'Express, nouveau film au Ciné Desperados
  • 2011 : Timber Drop, La Tornade
  • 2013 : La Diligence, Laser City (disparu en 2015), Las Ranitas, nouveau film au Ciné Desperados
  • 2014 : La Ronde des Rondins, la Rivière Castor
  • 2015 : Santy Anno, Hissez Haut
  • 2016 : Les Taureaux sauvages
  • 2017 : Golden Driller
  • 2018 : Mission Fraispertuis-City
  • 2019 : L'île aux pieuvres
  • 2020 : Corb'Hauts, P'ti Moussaillons, Post Office
  • 2022 : Les Draisines

Historique des boutiques, restaurants et autresModifier

  • 1966 : ouverture d'un café-restaurant par M. et Mme Fleurent
  • 1980 : première boutique souvenir
  • 1984 : agrandissement du restaurant
  • 1988 : l'entrée du parc devient payante
  • 1994 : Le Lucky Burger
  • 1997 : boutique mexicaine, La Cantina, quartier Mexicain, l'entrée est refaite
  • 1999 : Arizona Pizza
  • 2005 : stand maquillage, arrivée des jeux d'adresse
  • 2006 : Fort Apache (Snack), boutique Desperados
  • 2009 : la Crique des pirates, boutique aux trésor, La Cale des pirates
  • 2010 : le Cap'tain Fraisp et La Revanche
  • 2011 : La Souche
  • 2014 : Bagel's House

FréquentationModifier

Évolution de la fréquentation depuis 2005[10],[11],[12],[13],[14],[15],[16],[17],[18],[19],[20],[21],[22],[23],[24],[25],[26],[27],[28],[29],[30],[31],[32],[33],[34],[35],[36],[37],[38]. Le record d'affluence est établi lors de la saison 2019 avec 281 000 visiteurs[34].

Les attractionsModifier

Montagnes russesModifier

Nom Type Constructeur Année
La Ronde des rondins Junior Zierer 2014
Timber Drop Métal S&S - Sansei Technologies 2011
Le Grand canyon Métal Soquet 2000

Attractions aquatiquesModifier

  • Pirate Attack : apparue en 2009, cette attraction de type Splash Battle à la thématique pirate est construite par Mack Rides. La décoration de la zone est confiée à UK-Loco et à l'Atelier artistique du béton.
  • Les Bumpers : bateaux tamponneurs qui sont positionnés à l'emplacement de la pêche à la truite à l'ouverture du parc.
  • Le Flum : bûches de Soquet. Embarcation dans des rondins de bois pour un voyage sur l'eau avec une chute de 11 mètres. Elle est arrivée au parc en 1991.
  • Geyser City : installé en 2003, cette aire de jeux aquatique est venue en remplacement du labyrinthe aquatique.
  • L'île aux pieuvres : manège de type Jet skis de Zierer prévu pour 2019 dans la Crique des Pirates.
  • La Rivière Castor : bûches pour les enfants de Soquet. cette attraction est apparue en 2014.
  • Les Bullys : attraction pour les enfants. Elle est composée d'embarcations en forme de chien.
Nom Type Hauteur maximale Constructeur Année
Pirate Attack Splash Battle - Mack Rides 2009
L'île aux pieuvres Jet skis - Zierer 2019
Geyser City Aire de jeux aquatiques - Fraispertuis-City 2003
La Rivière Castor Bûches pour enfants - Soquet 2014
Les Bumpers Bouées (Bumper boats)
(Version aquatique de l'auto-tamponneuse)
- Fraispertuis-City 1995
Le Flum Bûches 11 m Soquet 1991
Les Bullys Attraction pour très jeunes enfants - Fraispertuis-City 1990

Attractions à sensationsModifier

  • La Cavalerie - Disk'O apparu en 2005, la Cavalerie est constituée d'un rail incurvé sur lequel une plateforme rotative coulisse d'une extrémité à l'autre, décrivant ainsi un mouvement de balancier. L'originalité tient au fait que les 24 passagers de ladite plateforme sont installés, à califourchon, sur leur siège en forme de chevaux (d'où le nom de l'attraction).
  • Le Cactus - Shoot, tilt & drop tower de 2008, construit par Bear Rides. Il s'agit d'une attraction avec le thème d'un cactus géant qui propulse les visiteurs à 15 mètres de haut. Ce type de tour de chute possède une particularité dans son programme, l'effet tilt qui donne la sensation aux passagers que leur siège se décroche vers l'avant. C'est la première tour de ce type à avoir été installée en France.
  • Les Sombreros : ouvert en 2004 dans le quartier mexicain, les visiteurs s'installent dans d'énormes chapeaux à six places. Cette attraction fonctionne grâce à un système d'axes de rotation excentrés et de vérins qui font se soulever en alternance les chapeaux.
  • Les Santiags : la nouveauté de l'année 2002 est un manège de type chenille. Les wagons sont décorés en forme de bottes texanes d'où le nom de l'attraction.
  • Le Bateau pirate : ouvert en 1996. Il s'agit d'un bateau à bascule. Le bateau monte à plus de 14 mètres de haut.
  • Golden Driller : cette tour de chute ouverte 2017 a une hauteur de 66 mètres. Elle dispose de 4 nacelles différentes permettant une chute libre en position assise, assise avec inclinaison, à califourchon ou debout.
Nom Type Hauteur maximale Constructeur Année
Le Cactus Shoot, tilt & drop tower 19 m Bear Rides 2008
La Cavalerie Disk'O 15 m Zamperla 2005
Les Sombreros Pieuvre - Zamperla 2004
Les Santiags Music Express - Zamperla 2002
Le Bateau Pirate Bateau à bascule 14 m Far Fabbri 1996
Golden Driller Tour de chute 66 m Intamin 2017

Les attractions familialesModifier

 
Old America.
 
L'Express 1966.
  • La Tornade : du constructeur Zamperla, cette attraction de type Barnyard est destinée à un public familial. Elle est ouverte depuis avril.
  • La Chevauchée est un grand carrousel de Bertazzon, installé en 2008.
  • Le Pony Express : réservée aux enfants, cette attraction, intégrée au quartier mexicain, simule une chevauchée dans les plaines de l'Ouest américain. C'est un exemplaire de Steeple chase Parcours à cheval sur rails.
  • Ciné Desperados 3D : Cinémaction conçu par la société Alterface et considéré comme la première attraction du genre en France, il s'agit d'un cinéma interactif où les visiteurs doivent cumuler un maximum de points en tirant sur des cibles diffusées sur un écran à l'aide de faux pistolets. Le film en 3D est agrémenté d'effets spéciaux dans la salle imitant le vent, la pluie et les éclairs.
  • Les Bisons rusés : autos tamponneuses thématiques de Bertazzon, destinées aux enfants de cinq à dix ans ouvertes depuis le .
  • L'Express 1966 : remise au goût du jour de ce qui fut une des premières attractions du parc, ce train à vapeur construit par l'entreprise Severn Lamb permet de faire le tour du parc. Alors que la mise en circulation de la version originale date de 1971, le train actuel est une nouveauté 2010.
  • Old America : cette attraction est un petit parcours de camions dans l'univers d'une ferme de l'Ouest américain, on peut y voir un vrai potager et des animaux de la basse-cour.
  • La Roue panoramique : il s'agit d'une grande roue à thème western.
Nom Type Constructeur Année
Les Bisons rusés Autos tamponneuses pour enfants Bertazzon 2007
Le Blizzard Manège d'Avions Fabbri Group 1999
La Chevauchée Carrousel Bertazzon 2008
Ciné Desperados 3D Cinémaction Alterface 2006
Les Corb'hauts Magic Bikes Zamperla 2020
La Diligence Crazy Bus Zamperla 2013
L'Express 1966 Train panoramique Severn Lamb 1971-2010
Rénové en 2010
Old America Automobile sur rail Zamperla 2004
Le Pony Express Chevaux galopants Soquet 1997
Post Office Speedway Zamperla 2020
Les P'tits moussaillons Manège pour enfants Omes 2020
Las Ranitas Jump Around Zamperla 2013
La Roue panoramique Grande roue Zamperla 1995
Santy Anno Rockin' Tug Zamperla 2015
Les Taureaux sauvages Demolition Derby Zamperla 2016
La Tornade Barnyard Zamperla 2011

Les anciennes attractionsModifier

  • La Mine d'or : cette attraction, de type parcours scénique, est aujourd'hui fermée. Déjà arrêtée une première fois en 1999 pour permettre la construction du Grand Canyon, la réouverture a été annoncée pour . En réalité, l'attraction est restée fermée jusqu'en . La quinzaine d'automates ont été fournis par le fabricant allemand HEIMO et les châssis des wagonnets ont été construits dans les ateliers du parc. La Mine d'or a de nouveau été fermée en afin de permettre la rénovation du rocher qui l'abrite.

RestaurationModifier

RestaurantsModifier

L'ensemble des restaurants du parc sont en libre-service.

  • Arizona Pizza : (1999) placé au même endroit que l'ancienne auberge de la Roche des fées, ouverte en 1966, ce restaurant est aujourd'hui une pizzeria.
  • Le Saloon : spécialités américaines et grillades, salades.
  • La Cantina : (1997) spécialités mexicaines.
  • Lucky Burger : (1994) restauration rapide : hamburgers, hot-dogs.

Petite restaurationModifier

  • Candy Corner : glaces et confiseries.
  • La Mangeoire : (2002) vente de sandwiches.
  • Le P'tit Ranch : (2006) situé au fond du parc, ce stand propose hot-dogs, brochettes de fruits et crêpes.
  • La Cale des pirates : (2009) petite restauration variée.
  • La Souche : (2011) brochettes de viande et de pommes de terre.
  • Bagel's House : (2014) restauration rapide.

Notes et référencesModifier

  1. « Fraispertuis City », sur societe.com (consulté le ).
  2. a et b Hervé Toutain, « Une saison estivale en demi-teinte pour le parc d'attractions vosgien de Fraispertuis », sur France Bleu, (consulté le ).
  3. « ParkOtheK - Dossiers : ParkOtheK Parksmania Awards (Partie 2) », sur parkothek.info (consulté le ).
  4. « Histoire », sur Fraispertuis City (consulté le ).
  5. Extrait du journal du parc No 2.
  6. « ParkOtheK :: un splash battle pour Fraispertuis City », sur parkothek.info (consulté le ).
  7. « NewsParcs - Un El Loco Coaster d’S&S Worldwide pour 2011 ! », sur NewsParcs.com (consulté le ).
  8. « Takabisha - Fuji-Q Highland (Fujiyoshida, Yamanashi, Japan) », sur rcdb.com (consulté le ).
  9. « Fréquentation 2019 », sur parks-view.com (consulté le ).
  10. « Les chiffres clés du tourisme en Lorraine 2005 » (version du 24 septembre 2015 sur l'Internet Archive), sur observatoire-lorraine.fr, .
  11. « La fréquentation des principaux sites touristiques en Lorraine », sur yumpu.com (consulté le ).
  12. « Les chiffres clés du tourisme en Lorraine 2006 édition 2007 » (version du 2 avril 2015 sur l'Internet Archive), sur observatoire-lorraine.fr, .
  13. « La fréquentation des principaux sites touristiques en Lorraine », sur docplayer.fr (consulté le ).
  14. « Les chiffres clés 2007 du tourisme en Lorraine édition 2008 » (version du 2 avril 2015 sur l'Internet Archive), sur observatoire-lorraine.fr, .
  15. « Les chiffres clés du tourisme en Lorraine 2008 édition 2009 » (version du 2 avril 2015 sur l'Internet Archive), sur observatoire-lorraine.fr, .
  16. Simon Bourlet, « ParkOtheK :: Fraispertuis City : 2011 sera vertigineux », sur parkothek.info, (consulté le ).
  17. Philippe Buron-Pilâtre, Le tourisme en Lorraine : moteur d’images, vecteur économique, , 66 p. (lire en ligne), p. 29.
  18. « Les chiffres clés du tourisme en Lorraine 2010 édition 2011 » (version du 2 avril 2015 sur l'Internet Archive), sur observatoire-lorraine.fr, .
  19. « Envie d’aventures ? », sur vosgesmatin.fr (consulté le ).
  20. « Les chiffres clés 2011 du tourisme en Lorraine édition 2012 » (version du 2 avril 2015 sur l'Internet Archive), sur observatoire-lorraine.fr, .
  21. « Fraispertuis, la course avant l’ouverture », sur vosgesmatin.fr (consulté le ).
  22. « 2013 Les chiffres clés économiques du tourisme en Lorraine édition 2014 » (version du 12 mars 2017 sur l'Internet Archive), sur observatoire-lorraine.fr, .
  23. « Fraispertuis : les nouveautés pour la saison 2013 », sur parcsetloisirs.fr (consulté le ).
  24. « Fraispertuis-City : sensations fortes chez les pirates et les cow-boys », sur 100 % Vosges, (consulté le ).
  25. https://www.grandest.fr/wp-content/uploads/2017/08/attractivite.pdf
  26. « Fraispertuis-City fête ses 50 ans dans les Vosges ! », sur 100 % Vosges, (consulté le ).
  27. « Bilan de l’année touristique 2015 en Lorraine », sur observatoire.art-grandest.fr (consulté le ).
  28. « Vosges : nouvelle augmentation de la fréquentation à Fraispertuis City avec 271 000 visiteurs » (consulté le ).
  29. « Loisirs - Les parcs d’attractions ont rouvert leurs portes. « C’est reparti pour un tour » », sur dna.fr (consulté le ).
  30. « Jeanménil Économie. Le parc de Fraispertuis city a fermé ses portes pour cette année », sur vosgesmatin.fr (consulté le ).
  31. « La fréquentation des sites touristiques en Lorraine en 2017 », sur observatoire.art-grandest.fr (consulté le ).
  32. « Dans les Vosges, le parc de Fraispertuis installe sa nouvelle attraction, la 3ème du genre en France », sur France Bleu, (consulté le ).
  33. « La fréquentation des sites touristiques en Lorraine en 2018 », sur observatoire.art-grandest.fr (consulté le ).
  34. a et b « Jeanménil – 281 000 visiteurs pour le parc Fraispertuis City cette saison », sur Saint-Dié Info, (consulté le ).
  35. « Jeanménil. La formidable aventure de Fraispertuis-City », sur vosgesmatin.fr (consulté le ).
  36. « Une saison estivale en demi-teinte pour le parc d'attractions vosgien de Fraispertuis », sur France Bleu, (consulté le ).
  37. « Fraispertuis City : le parc d'attractions vosgien va-t-il rester ouvert malgré le pass sanitaire ? », sur France 3 Grand Est (consulté le ).
  38. « Vosges. Covid-19 : une saison estivale (moins) mauvaise pour le parc d’attractions Fraispertuis-City », sur vosgesmatin.fr (consulté le ).

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • « Fraispertuis City, une affaire de famille », Causons-en (Saint-Michel-sur-Meurthe), no 51, , p. 4-10

Liens externesModifier