Frédéric-Guillaume de Prusse

Frédéric-Guillaume de Prusse
Image dans Infobox.
Frédéric-Guillaume, en 1966.
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 76 ans)
BerlinVoir et modifier les données sur Wikidata
Nom de naissance
Friedrich Wilhelm Prinz von PreußenVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activités
Famille
Père
Mère
Fratrie
Conjoints
Waltraud Freydag (d) (depuis )
Ehrengard Insea Elisabeth von Reden (d) (depuis )
Sibylle Kretschmer (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Philip Kirill Friedrich Wilhelm Moritz Brosi Tanko Prinz von Preußen (d)
Viktoria-Luise Kira Ehrengard Prinzessin von Preußen (d)
Friedrich Wilhelm Ludwig Ferdinand Kirill Prinz von Preußen (d)
Joachim Albrecht Bernhard Christian Ernst Prinz von Preußen (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Directeurs de thèse

Frédéric-Guillaume de Prusse (en allemand : Friedrich Wilhelm Prinz von Preußen), né le à Berlin et mort le dans cette même ville, est un historien allemand et membre de la maison de Hohenzollern, dont sont issus les rois de Prusse et les empereurs allemands et démise à la fin de la Première guerre mondiale.

Origine et éducationModifier

Frédéric-Guillaume est le premier enfant et fils de Louis-Ferdinand de Prusse (à la tête de la maison de Prusse jusqu'en 1994) et de son épouse Kira Kirillowna Romanowa. Il est le premier arrière-petit-fils du Kaiser Guillaume II, qui meurt deux ans après la naissance de son arrière-petit-fils. Il passe sa petite enfance à Cadinen, en Prusse orientale, avant que la famille ne s'installe définitivement à Brême après la Seconde Guerre mondiale en 1947 et depuis 1950 au Wümmehof dans le district de Borgfeld[1].

Après avoir fréquenté le lycée public et bilingue Hermann-Böse (de) de Brême et obtenu son diplôme du pensionnat Schloss Plön (de), Frédéric-Guillaume étudie l'histoire à l'université d'Erlangen-Nuremberg. En février 1971, il soumet sa thèse à Hans-Joachim Schöps, La Fondation d'un empire au miroir des voix neutres de la presse, et obtient dans un premier temps son doctorat. Toutefois, d'après l'avis du bibliothécaire de Marburg, Martin Winckler, Frédéric-Guillaume avait copié plus de deux tiers de sa thèse sur d'autres œuvres. Son directeur de thèse engage donc une procédure de révocation du diplôme de doctorat contre Frédéric-Guillaume en 1972[2],[3]. En 1981, ce dernier soumet de nouveau une thèse et obtient cette fois son doctorat à l'université Louis-et-Maximilien de Munich. Ses nouveaux directeurs de thèse sont Gerhard A. Ritter et Thomas Nipperdey. Dans cet ouvrage consacré à sa propre famille, Les Hohenzollern et le national-socialisme (paru en 1985), il montre les relations de sa famille avec le mouvement national-socialiste.

Mariages et enfantsModifier

En 1967, le prince Frédéric-Guillaume de Prusse épouse Waltraud Freydag (en) (1940-2010) à Plön[4], avec qui il a un fils, Philip Kiril (né en 1968). Le couple divorce en 1975.

Frédéric-Guillaume se remarie en avril 1976 au château de Hohenzollern avec Ehrengard von Reden (née en 1943 à Berlin), une aristocrate mais qui n'appartient pas non plus à la haute noblesse, à l'instar de sa première épouse. Ce mariage dure jusqu'en 2002 et ils ont trois enfants.

En mars 2004, le prince se marie une troisième fois avec Sibylle Kretschmer (née en 1952).

Règles de successionModifier

En 1938, le prince héritier de l'époque, Guillaume de Prusse (le grand-père de Frédéric-Guillaume), signe un contrat de succession avec son fils Louis-Ferdinand et l'ancien empereur Guillaume II. Ce contrat stipule, entre autres, qu'aucun prince de Prusse dorénavant ne pourra conserver et transmettre ses titres dynastiques et droits de succession s'il ne contracte un mariage inégal, c'est-à-dire avec une personne non issue d'une famille souveraine ou de haute noblesse. De l'avis de son père, Frédéric-Guillaume n'a pas respecté cette loi, et il est donc exclu de l'ordre de succession à l'ancien trône d'Allemagne et de Prusse. Frédéric-Guillaume, ainsi que son frère cadet Michel de Prusse qui est également touché, accepte d'abord ce règlement. Leur père Louis-Ferdinand choisit son petit-fils Georges-Frédéric de Prusse comme futur chef de la maison de Honhenzollern, car le père de Georges-Frédéric, Louis-Ferdinand, est mort en 1977.

Lorsque Frédéric-Guillaume, après la mort de son père en 1994, demande un certificat d'héritage en tant que seul héritier ultérieur de son grand-père, le prince héritier Guillaume et le tribunal de district de Hechingen conviennent d'abord que cette demande est légitime.

Après que la Cour fédérale de justice d'Allemagne a déclaré valide la clause « d'égalité » en 1998[5], la Cour constitutionnelle fédérale se prononce en sa faveur en 2004, déclarant que les règles sur l'égalité dans l'héritage sont soumises aux dispositions de la Loi fondamentale de la République fédérale d'Allemagne et non plus sur des lois internes aux familles[6],[7]. La Cour constitutionnelle fédérale déclare la loi interne des Hohenzollern sans objet : « La Constitution de l'Empire allemand du 16 avril 1871 a été abrogée (art. 178 al. 1 Constitution de Weimar). L'article 81, paragraphe 1, de la constitution prussienne a abrogé la Constitution du 31 janvier 1850[8]. Dans le même temps, les lois internes de l'ancienne famille impériale et royale au pouvoir sont devenues sans objet en termes de droit constitutionnel »[9].

Le contrat de 1938 étant donc réputé invalide, Georges-Frédéric devient le seul héritier de Louis-Ferdinand, tout en devant des parts obligatoires aux frères et sœurs de son père, dont Frédéric-Guillaume de Prusse.

PublicationsModifier

  • Comme éditeur : Prusse's Kings, Bertelsmann, Gütersloh 1971.
  • La Fondation d'un empire par Bismarck et à l'étranger, Göttinger Verlagsanstalt, Göttingen 1972 (thèse, université d'Erlangen-Nuremberg).
  • Les Hohenzollern et le national-socialisme, 1984 (thèse, université de Munich, 1984).
  • La Maison Hohenzollern 1918-1945. Langen Müller, Munich 1985, (ISBN 978-3-7844-2077-6). Dans la deuxième édition comme Dieu aide notre patrie. La Maison Hohenzollern 1918-1945. Avec 61 pages de documents, Langen Müller, Munich 2003, (ISBN 978-3-7844-2908-3) .
  • ... tant que nous sommes deux. Friedrich le Grand et Wilhelmine Margravine de Bayreuth en lettres, Herbig, Munich 2003.
  • Avec Sibylle, princesse de Prusse : L'amour du roi. Frédéric le Grand. Ses carillons éoliens et autres passions, Siedler, Munich 2006.
  • Avant-propos dans : Friedrich-Wilhelm c. Oppeln-Bronikowski : Friedrich c. Oppeln-Bronikowski 1873-1936. Officier, traducteur, écrivain, journaliste et militant contre l'antisémitisme en République de Weimar. Sa vie et son œuvre, C. A. Starke, Limbourg 2009.
  • Je te remercie avant la cure et laisse la nature régner - Friedrich II Un patient éclairé, don annuel de l'association des musées im Schloss Pyrmont e. V., Bad Pyrmont 2005.
  • 1912 - Kaiser Wilhelm II accompagné de ses fils, dans Les photos des Allemands, Munich 2005.
  • Modèles : les Allemands célèbres disent qui est important pour eux, Marix-Verlag, Wiesbaden 2007, (ISBN 978-3-86539-147-6).
  • Kira princesse de Prusse (1909-1967), dans Antje Leschonski (éd.), Anne, Lilly et Régine - 30 portraits de femmes de Brandebourg-Prusse, Berlin 2009.
  • Avec Sibylle Princesse de Prusse : Frédéric le Grand. Du traitement décent des animaux, MatrixMedia Verlag, Göttingen 2012, (ISBN 978-3-932313-47-9).

Fonctions honorifiquesModifier

  • Membre honoraire du Förderverein Schloss & Garten Schönhausen e. V., Berlin[10].
  • Président d'honneur et membre d'honneur de l'Atelier culturel européen (EKW) Berlin-Vienne[11].
  • Conseil d'administration du Metropolitny Orchestra Bratislava[12].
  • Patronage / président du conseil d'administration de l'Elbland Festival Wittenberge.
  • Membre de la Société des Amis de l'Académie des Arts, Berlin[13].

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier