Ouvrir le menu principal

Forces françaises à Djibouti

Implantation militaire française à Djibouti

Lieu Drapeau de Djibouti Djibouti
Utilisation base aérienne, régiment interarmes.
Contrôlé par Armée française
Commandant Eric Gernez
Effectifs 1450 militaires (2018)

Les forces françaises stationnées à Djibouti (FFDj) constituent le contingent français numériquement le plus important hors de France. Les troupes françaises restent présentes à Djibouti lors de l'accession du territoire à l'indépendance, d'abord dans le cadre d'un protocole provisoire de juin 1977 fixant les conditions de stationnement des forces françaises, valant accord de défense[1]. Un nouvel accord est en vigueur depuis 2014[2].

HistoriqueModifier

Les effectifs sont en début de 2015 de 1 950 personnes.

Milieu 2018, les effectifs sont de 1450 personnels[3]

DispositifModifier

Le général commandant les forces françaises stationnées à Djibouti dispose d'un état-major interarmées. Il commande début 2015 environ 1 950 militaires, dont 1 400 permanents, appartenant à des unités pré-positionnées et tournantes qui constituent les forces de présence. Durant l'été 2015, l'effectif a diminué entre 1 650 et 1 750 personnes[4],[5]. La base de Défense est gérée par le Groupement de soutien de la base de défense de Djibouti.

Composante TerreModifier

 
Tir depuis un des cinq VLRA lance missiles SS 11 du 5e RIAOM au Goubad (30 km au sud-ouest de Djibouti) en 1971.
 
Canon TRF1 de 155 déployé par le 93e régiment d'artillerie de montagne a Djibouti en 2010.

Le 1er novembre 1969, le 5e régiment interarmes d'outre-mer est recréé à Djibouti sur le Territoire français des Afars et des Issas par changement d'appellation du 57e RIAOM dont il conserve la devise «Fier et fort». À cette date, il reçoit en héritage le fanion et les traditions du Bataillon somali.

Le 5e RIAOM est aujourd'hui le dernier régiment interarmes de l'Armée de terre française. Sa localisation, ainsi que les missions qui sont confiées en république de Djibouti, région du Globe en perpétuelle évolution et aux multiples soubresauts, lui imposent une posture opérationnelle permanente. C'est également le régiment de tradition de Djibouti.

Regroupé au quartier Brière de l'Isle, il est composé de:

  • La CCL assure la logistique opérationnelle ainsi que la mise en œuvre du poste de commandement du régiment. Elle arme également le centre d’entraînement au combat et d’aguerrissement de Djibouti (CECAD). Ce centre accueille les unités permanentes ou en mission de courte durée du 5e RIAOM, les autres unités des FFDj, les unités ou écoles de métropole, les forces djiboutiennes et étrangères.
  • La 1re compagnie d'infanterie en mission de courte durée, équipée de VAB et de missiles antichars;
  • Le 3e escadron blindé en mission de courte durée, équipé d'AMX-10 RC;
  • La 6e batterie, unité d'artillerie sol - sol en mission de courte durée, équipée de TRF1 et de mortier de 120 mm.

Depuis le 1er août 2008, le Bataillon de l'aviation légère de Djibouti (BATALAT) est rattaché au 5e RIAOM. Devenu depuis un Détachement de l’Aviation légère de l'Armée de terre (DETALAT) avec 70 militaires, il est équipé fin 2014 de quatre hélicoptères Puma et deux Gazelle-Hot[6].

Composante AirModifier

L’escadrille de la Côte française des Somalis (CFS) est constituée le 1er avril 1933, sur le terrain des Salines, avec trois Potez 25 TOE et un Potez 29 sanitaire détachés du 39e régiment d’aviation stationné au Levant. La base aérienne de Djibouti est transférée sur le terrain de Gabode en 1935[7].

La BA 188 accueille en 2011 une quinzaine d'aéronefs, et étant une base de soutien à vocation interarmées, elle accueille aussi de nombreuses unités de support dont une section de défense sol-air armée de 8 bitubes de 20 mm et 8 postes de tir de missiles Mistral. Elle accueille également deux escadrons :

Par ailleurs, un détachement permanent de l'aéronautique navale (Bréguet Atlantic, puis Bréguet Atlantique 2) y stationnent en permanence.

Composante MerModifier

La Marine nationale française dispose de deux chalands de transport de matériel. Elle maintient des forces spéciales pour l'entraînement et la lutte contre la piraterie autour de la Corne de l'Afrique.

Listes des pertes françaises à DjiboutiModifier

Date Militaire Âge Grade[10] Armée d'appartenance Unité Cause du décès
05/05/2008 Talas Matus 2nd Classe Armée de terre 2e REP Arrêt cardiaque
22/11/2013 Fleau Laurent 42 Adjudant Armée de terre 5e RIAOM Accident de la route
07/11/2017 Inconnu / / Armée de terre 1er REC Accident de la route
21/07/2018 Peyrony-Rapatout Arnaud 37 Premier maître Marine nationale Commando de Penfentenyo Accident de la route

Notes et référencesModifier

  1. Voir le texte de l'accord du 27 juin 1977 sur légifrance.
  2. Voir le texte de l'accord de 2011, entré en vigueur le 1er mai 2014, en ligne sur légifrance,
  3. « elon un sénateur, « il faut s’attendre à des conflits de type canal de Suez » à Djibouti Posté dans Afrique, Diplomatie par Laurent Lagneau Le 31-05-2018 », sur opex360.com
  4. « Chiffres clés de la Défense - 2015 », sur Ministère de la Défense, (consulté le 25 octobre 2015).
  5. http://lemamouth.blogspot.fr/2015/06/djibouti-perd-300-postes-cet-ete.html?m=1
  6. Murielle Delaporte et Quentin Michaud, « SPÉCIAL DJIBOUTI – L’ALAT prépositionnée dans la Corne de l’Afrique » (consulté le 9 aout 2018).
  7. https://www.defense.gouv.fr/air/dossiers/80-ans-de-presence-aerienne-a-djibouti/80-ans-de-presence-aerienne-a-djibouti ; Vital Ferry, Ciels impériaux africains 1911-1940 : Les pionniers belges et français, Éd. du Gerfaut, 2005, (ISBN 2-914622-58-9), p. 49
  8. qui remplace le 4/33 Vexin depuis le 3 novembre 2008 : Armée de l'air, « Djibouti : le «Corse» prend le relais du «Vexin» », (consulté le 30 octobre 2011)
  9. Laurent Lagneau, « L’avion de transport Transall C-160 a fait ses adieux aux Forces françaises stationnées à Djibouti », sur OPEX360, (consulté le 26 juillet 2019).
  10. Lorsque le militaire obtient le grade immédiatement supérieur à titre posthume, le grade indiqué est le plus souvent le grade au moment du décès.

Articles connexesModifier

Lien externeModifier