Ouvrir le menu principal
Forêts des basses-terres de Puget
Écorégion terrestre - Code NA0524[1]
Description de cette image, également commentée ci-après
Panorama en bordure de Puget Sound.
Classification
Écozone : Néarctique
Biome : Forêts de conifères tempérées
Géographie et climat
Superficie[2] :
22 605 km2
min.max.
Altitude[2] :m1 219 m
Température[2] :1 °C18 °C
Précipitations[2] :20 mm386 mm
Écologie
Espèces végétales[3] :
1 100
Oiseaux[4] :
195
Mammifères[4] :
68
Squamates[4] :
15
Espèces endémiques[4] :
0
Conservation
Statut[4] :
Critique / En danger
Aires protégées[5] :
5,9 %
Anthropisation[5] :
32,1 %
Espèces menacées[5] :
11
Ressources web :

Localisation

Description de l'image Puget lowland forests map.svg.

L'écorégion appelée par le WWF Puget lowland forests ou Forêts des basses-terres de Puget est une région boisée qui s’étend au sud-ouest de la Colombie-Britannique et aux États-Unis dans les États de l'Oregon et de Washington. Cette écorégion, composée essentiellement de forêts tempérées de conifères, occupe 22 500 km2[6].

L'écorégion occupe la zone de basse altitude comprise entre la chaîne des Cascades et les montagnes Olympiques principalement en bordure du Puget Sound. Au nord, elle débute au sud-ouest de la Colombie-Britannique (basse vallée du fleuve Fraser) et continue au sud jusqu'à la frontière de l'Oregon, à proximité de la vallée du fleuve Columbia)[6].

La région est généralement bien arrosées en précipitations (800 à 1 500 mm/an) mis à part quelques zones situées dans l'ombre pluviométrique de la zone des Cascades (460 mm/an)[6]..

Parmi la flore de la zone humide se trouvent entre autres le Thuya géant de Californie, le Sapin de Vancouver et la fougère Polystichum munitum[6]. La faune se compose par exemple du Raton laveur, de la Loutre de mer, du Vison d'Amérique, du Coyote, du Cerf hémione, du Phoque commun, de l'Urubu à tête rouge, du Pygargue à tête blanche et du Tétras sombre. Plusieurs rivières de la zone sont des zones de reproduction des saumons du Pacifique[6].

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) D. M. Olson, E. Dinerstein, E. D. Wikramanayake, N. D. Burgess, G. V. N. Powell, E. C. Underwood, J. A. D'Amico, I. Itoua, H. E. Strand, J. C. Morrison, C. J. Loucks, T. F. Allnutt, T. H. Ricketts, Y. Kura, J. F. Lamoreux, W. W. Wettengel, P. Hedao et K. R. Kassem, « Terrestrial Ecoregions of the World: A New Map of Life on Earth », BioScience, vol. 51, no 11,‎ , p. 935-938.
  2. a b c et d (en) World Wildlife Fund, « The Terrestrial Ecoregions of the World Base Global Dataset », sur http://worldwildlife.org (consulté le 29 septembre 2012). Disponible alternativement sur : Loyola RD, Oliveira-Santos LGR, Almeida-Neto M, Nogueira DM, Kubota U, et al., « Integrating Economic Costs and Biological Traits into Global Conservation Priorities for Carnivores », PLoS ONE, (consulté le 20 octobre 2012), Table S1. Les données de température et de précipitations sont les moyennes mensuelles minimales et maximales.
  3. (en) G. Kier, J. Mutke, E. Dinerstein, T. H. Ricketts, W. Küper, H. Kreft et W. Barthlott, « Global patterns of plant diversity and floristic knowledge », Journal of Biogeography, vol. 32,‎ , p. 1107–1116 (DOI 10.1111/j.1365-2699.2005.01272.x, lire en ligne), données et carte consultables dans the Atlas of Global Conservation.
  4. a b c d et e (en)World Wildlife Fund, « WildFinder: Online database of species distributions », , données et carte consultables dans the Atlas of Global Conservation.
  5. a b et c (en) J. M. Hoekstra, J. L. Molnar, M. Jennings, C. Revenga, M. D. Spalding, T. M. Boucher, J. C. Robertson, T. J. Heibel et K. Ellison, The Atlas of Global Conservation : Changes, Challenges, and Opportunities to Make a Difference, Berkeley, University of California Press, (lire en ligne), données et carte consultables dans the Atlas of Global Conservation.
  6. a b c d et e (en) « Puget lowland forests (NA0524) », WWF (consulté le 22 mars 2010).

Liens externesModifier