Ouvrir le menu principal

Fondation Deutsch de la Meurthe

logement dans le 14e arrondissement de Paris
Fondation Deutsch de la Meurthe
Fondation Deutsch de la Meurthe, Paris 7 October 2017.jpg
Pavillon Central
Histoire et statut
Fondation
Type
Nom officiel
Fondation Deutsch de la Meurthe
Localisation
Localisation
Pays
Localisation sur la carte de Paris
voir sur la carte de Paris
Red pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Red pog.svg
Divers
Site web

La Fondation Émile et Louise Deutsch de la Meurthe est une résidence pour étudiants faisant partie de la Cité internationale universitaire de Paris.

HistoireModifier

Le décret du 18 novembre 1922 autorisait l'université de Paris à accepter la donation d'Émile Deutsch de la Meurthe et reconnaissait d'utilité publique la fondation qui devait porter son nom et celui de son épouse. Le mercredi 9 mai 1923 avait lieu la cérémonie de la pose de la première pierre.

La fondation Émile et Louise Deutsch de la Meurthe regroupe, autour de son pavillon central, de son beffroi et de son horloge, six bâtiments d'habitation qui portent des noms d'universitaires ayant occupé de hautes fonctions administratives ou de savants ayant honoré l'université de Paris. Construits par Lucien Bechmann dans un style traditionnel, qui évoque les universités anglaises, les bâtiments, inaugurés au printemps de 1925, sont les premières constructions de la Cité universitaire.

La Fondation aujourd'huiModifier

Inscrits en 1998 à l'inventaire supplémentaire des monuments historiques[1], ils contribuent à la qualité du patrimoine architectural de la Cité. Une prochaine campagne de rénovation engagera leur adaptation aux critères actuels de confort : elle débute en 2005 par le pavillon Curie, dont les logements seront réservés aux chercheurs. La réhabilitation des différents pavillons (Pasteur, central, Appell, Liard, Gréard et Poincaré) sera menée dans la continuité et portera sur l’acoustique, la zinguerie et les façades.

Anciens résidents célèbresModifier

  • Habib Bourguiba (1903-2000, résident de 1925 à 1926) Premier Président de la Tunisie. Au cours de mon deuxième séjour dans la capitale française, je parvins à obtenir une chambre à la cité universitaire, Maison Deutch de la Meurthe, fondée par une riche personnalité du même nom, au profit des étudiants. On y logeait gratuitement. On bénéficiait du service d'un restaurant. La nourriture y était copieuse et saine. Ma chambre portait le numéro 114. , Tiré du journal La Presse[2].
  • Jean Dries (1905-1973, résident de 1927 à 1930) Artiste peintre[3].
  • Paul Guth (1931-1933) Passer du lycée Louis le Grand à la Cité Universitaire, c'était s'évader d'une prison de Piranèse pour s'ébattre parmi les fleurs de I'Éden. Je fus admis à la Fondation Deutsch de la Meurthe, une espèce de délicieux béguinage flamand. Des pavillons dispersés sur les pelouses. Des allées serpentant entre les arbres. Un pavillon central surmonté d'un riant beffroi…J'avais une chambre individuelle, une chambre à moi, pour moi, où personne n'avait le droit de fourrer son nez…Ma liberté m'effrayait. Je pouvais trop tout : me tuer de labeur jour et nuit, ou me tourner les pouces...Vue de la Cité, la Sorbonne reculait dans une autre galaxie... ici nous étions dans un [sic] oasis de verdure... Paul Guth, Une enfance pour la vie (Ed. Plon, Paris, 1985)[2].
  • Léopold Sédar Senghor (1931-1934) Écrivain et homme politique, ancien Président de la République du Sénégal. C'est certainement à la Cité Universitaire que j'ai fourni le travail le plus constant, sinon le plus acharné. Je travaillais dix heures par jour. Mais, du samedi à dix-huit heures au lundi matin, c'était le repos et la distraction : théâtre, cinéma, concert, musée, mais aussi soirée, ou plutôt matinée dansante, du dimanche et, de préférence, à la Cité Universitaire. Souvenirs transmis à l'Alliance Internationale par Léopold Sédar Senghor, alors Président de la République du Sénégal[4]. En 2006, dans le cadre de la célébration du centenaire de la naissance, l’Alliance Internationale (associations de résidents et d’anciens) lui a rendu un hommage avec l’inauguration d’un jardin SENGHOR à la Fondation[5].

Ce site est desservi par les stations de métro Porte d'Orléans et Cité universitaire.

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier