Ouvrir le menu principal
Fondation Custodia
Fondation Custodia - 121 rue de Lille -1.JPG
Informations générales
Type
Collection d'art (en), organisationVoir et modifier les données sur Wikidata
Site web
Collections
Collections
Estampes, dessins, peintures, miniatures, lettres d'artistes, livres rares, cadres et antiquités
Nombre d'objets

Fonds de plus de 80 000 œuvres

Bibliothèque d'histoire de l'art : 130 000 volumes
Localisation
Pays
Commune
Adresse
121 rue de Lille, 75007 Paris

La Fondation Custodia a été fondée en 1947 par l'historien et amateur d'art Frits Lugt et sa femme Jacoba Klever-Lugt, pour héberger leur collection de peintures, dessins et estampes. Située au 121 rue de Lille, non loin de l'Assemblée nationale, elle occupe l'hôtel Turgot, un hôtel particulier du XVIIIe siècle, et l'hôtel Lévis-Mirepoix, édifié en 1895.

Histoire et organisationModifier

Né à Amsterdam en 1884 et mort à Paris en 1970, Frits Lugt fut un célèbre historien de l'art néerlandais. Il inventoria les collections de peintures et dessins hollandais des collections publiques parisiennes (celles du musée du Louvre, de la Bibliothèque nationale de France et de l'École nationale des beaux-arts). Il est surtout célèbre pour son catalogue des marques de collections de dessins et d'estampes, qui reste encore aujourd'hui un ouvrage de référence pour les spécialistes et continue d'être enrichi sous la forme d'une base de données[1].

Tout au long de sa vie, il fut un amateur d'art et un collectionneur avisé. Il constitua ainsi une collection unique de dessins, de gravures, de livres anciens, de peintures, de lettres d'artistes mais aussi de miniatures orientales. Inspiré par l'exemple des fondations privées américaines qu'il avait pu visiter alors qu'il résidait aux États-Unis pendant la Seconde Guerre mondiale, c'est en 1947 qu'il décida de créer la Fondation Custodia (dont le nom signifie « bonne garde » en latin) et d'y transférer sa collection ainsi que sa fortune. Il chercha un lieu pour abriter la collection et un centre culturel néerlandais. C'est ainsi que le fondation fut installée à l'hôtel Turgot à Paris et rejointe en 1957 par l'Institut Néerlandais, logé dans l'hôtel voisin Lévis-Mirepoix. C'est aussi Frits Lugt qui fonda l'institut, en collaboration avec le gouvernement des Pays-Bas.

La fondation continue à ce jour d'acquérir des œuvres pour compléter le fonds Lugt et organise régulièrement des expositions ouvertes au public ainsi que des visites guidées de l'hôtel Turgot. Elle effectue souvent des prêts à l'occasion d'expositions en France et à l'étranger et est ouverte aux spécialistes et aux amateurs d'art sur rendez-vous. Elle dispose également d'une bibliothèque dont le fonds, spécialisé dans le domaine des beaux-arts occidentaux de 1450 à 1900 est particulièrement étendu pour les arts graphiques et exhaustif pour l'art des Écoles du Nord de l'âge d'or. Le directeur actuel de la fondation est Ger Luijten.

CollectionsModifier

 
Caspar Netscher, Portrait d'Abraham van Lennep, huile sur toile, 1672.

Les œuvres sur papier dominent dans les collections de la fondation, puisqu'elles comptent plus de 7 000 dessins et 30 000 gravures qui font sa célébrité. Les dessins datent du XVe siècle au milieu du XIXe siècle et concernent surtout les écoles hollandaises et flamandes du XVIIe siècle (Rembrandt, Samuel van Hoogstraten, Lambert Doomer, Ferdinand Bol) mais l'on retrouve également des œuvres françaises (Claude Lorrain, Antoine Watteau, François Boucher), italiennes (Domenico Beccafumi, Sebastiano Ricci, Tiepolo), allemandes, danoises et anglaises. Pour les gravures, ce sont également les maîtres hollandais et flamands des XVIe et XVIIe siècles qui dominent l'ensemble. Il faut particulièrement remarquer la présence de tirages de presque tout l'œuvre gravé de Rembrandt, de rares gravures de Lucas de Leyde, des portraits d'artistes, des gravures sur bois italiennes, allemandes et néerlandaises ainsi que des portraits gravés français de grande qualité.

 
Jan de Bray, L'imprimeur de Haarlem Abraham Casteleyn et de sa femme Margarieta van Bancken, plume et pinceau, seconde moitié du XVIIe siècle.

La fondation conserve également une collection de quelques 400 peintures[2]. Le premier fonds est constitué de petits tableaux de peintres hollandais et flamands du XVIe et du XVIIe siècle. Tous les genres sont représentés, du portrait à la nature morte en passant par la scène de genre et la peinture religieuse. Parmi les tableaux conservés, on note des intérieurs d'églises par Pieter Saenredam et Emanuel de Witte, des scènes de genre de Jan Brueghel l'Ancien, Joos van Craesbeeck, Willem Kalf, Jan Steen et Esaias Boursse, des scènes de l'histoire sacrée de Herri met de Bles, Gillis Mostaert, Joachim Beuckelaer, Pieter Lastman, Thomas de Keyser et David Teniers le Jeune, des natures mortes de Jan Davidsz. de Heem, Jacob van Es, Ambrosius Bosschaert le Jeune, Willem Kalf et Jan van Kessel, des marines de Ludolf Backhuysen, des paysages de Hollande de Hendrick Avercamp, Esaias Van de Velde l'Ancien, Jan van de Velde le Jeune, Jacob van Ruisdael, Jan Lievens, Aert van der Neer, Jan van Goyen, Paulus Potter, Jan Both, Aelbert Cuyp et Gerrit Berckheyde, des paysages d'Italie de Cornelis van Poelenburgh, Nicolaes Berchem, Karel Dujardin, des portraits de Jan Antonisz van Ravesteyn, Jan de Bray, Caspar Netscher, David Teniers le Jeune et Nicolaes Maes. Les autres écoles et les peintres des siècles suivants sont notamment représentés par des œuvres de Sofonisba Anguissola, Paolo Porpora, Jacques Linard, Nicolas de Largillierre, Francesco Guardi.

Le second fonds, de près de 300 tableaux, est consacré à la peinture européenne du 19ème siècle. Ce sont principalement des esquisses à l'huile, paysages exécutés en plein air.

La collection de lettres d'artistes, développée surtout après Frits Lugt, est l'une des plus importantes du monde avec plus de 40 000 pièces datant de la Renaissance à nos jours. Elle comprend également des correspondances de collectionneurs et de connaisseurs d'art. Les lettres d'artistes français du XIXe siècle prédominent. Parmi les artistes célèbres, la fondation conserve des lettres de la main de Michel-Ange, Albrecht Dürer, Rembrandt, Jean-Georges Wille, Paul Gauguin, Henri Matisse ou encore Dimitri Bouchène.

Enfin, la Fondation Custodia possède des collections plus restreintes de miniatures indiennes, de portraits miniatures, de livres anciens (en particulier hollandais du XVIIe siècle), de cadres originaux (1 000 pièces), de porcelaine chinoise et de quelques objets antiques, romains et égyptiens.

GalerieModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Notes et référencesModifier

  1. Fondation Custodia, « Les Marques de Collections de Dessins & d'Estampes », sur www.marquesdecollections.fr (consulté le 29 novembre 2018)
  2. Collection de peintures de la fondation Custodia.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :