Foča

ville

Foča
Фоча
Blason de Foča
Héraldique
Foča
La Drina à Foča
Administration
Pays Drapeau de la Bosnie-Herzégovine Bosnie-Herzégovine
Entité Drapeau de la République serbe de Bosnie République serbe de Bosnie
Région Foča
Municipalité Foča
Code postal 73 300
Démographie
Population 12 334 hab. (2013)
Géographie
Coordonnées 43° 30′ 18″ nord, 18° 46′ 43″ est
Altitude 442 m
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bosnie-Herzégovine
Voir sur la carte administrative de Bosnie-Herzégovine
City locator 14.svg
Foča
Géolocalisation sur la carte : Bosnie-Herzégovine
Voir sur la carte topographique de Bosnie-Herzégovine
City locator 14.svg
Foča
Municipalité de Foča
Administration
Maire
Mandat
Radislav Mašić (SDS)
2012-2016
Démographie
Population 19 811 hab. (2013)
Densité 17 hab./km2
Géographie
Superficie 118 000 ha = 1 180 km2
Liens
Site web Site officiel

Foča (en serbe cyrillique Фоча) est une ville et une municipalité de Bosnie-Herzégovine située au sud-est de la République serbe de Bosnie et dans la région de Foča. Selon les premiers résultats du recensement bosnien de 2013, la ville intra muros compte 12 334 habitants et la municipalité 19 811[1].

GéographieModifier

Foča est située sur les bords de la rivière Drina.

HistoireModifier

Histoire ancienneModifier

Au Moyen Âge, l'actuelle Foča, connue sous le nom de Hvoča (Хвоча), est alors un centre commercial sur la route de Raguse (aujourd'hui Dubrovnik) à Constantinople. Comme tout le Gornje Podrinje, ou bassin de la Drina, la ville est sous domination serbe jusqu'en 1376. Ensuite elle passe au Royaume de Bosnie (sous le roi Tvrtko), puis au duché de Hum.

Sous l'Empire ottoman, après la conquête vers 1480, elle est le siège du Sandjak d'Herzégovine (en), de 1483 ou 1485 à 1572, lorsque Pljevlja est choisie comme meilleure place.

La Mosquée Aladža de Foča (en), construite en 1550 (par Ramadan-Aga, formé en Perse, sur financement de Hassan Naziri, superviseur des biens et des finances de l'Etat en Herzégovine), détruite en avril 992, restaurée en 2016-2018, est une des plus importantes de la partie européenne de l'Empire ottoman.

De style «classique», son plan d'étage est presque carré (11,22 m sur 11,30 m). Le dôme, d'un diamètre de 11 m, s'élève au-dessus d'un tambour octogonal, jusqu'à une hauteur au sommet de 19,85 m. Cinq fenêtres ouvrent chacun des trois côtés de la mosquée. La partie avant de la mosquée présente un vestibule avec des arcs pointus soutenus par quatre colonnes de marbre et trois dômes. Le minaret fait 36 m de haut. À l'intérieur de Mihrab-Minbar-Mahvil se trouvait une sculpture islamique en pierre, considérée comme la plus belle des Balkans (Trifunović). La mosquée avait des décorations illustrées, dont une rosette sur le mur nord avec une décoration florale et une peinture murale dans le hall.

XXe siècleModifier

L’idéologie « Grande Serbie »[2] réincarnée  par les extrémistes serbes Tchetniks, pendant la deuxième guerre mondiale, a causé le nettoyage ethnique et nombreuses massacres génocidaires de Bosniaques musulmanes[3].

Créer une Grande Serbie ethniquement pur, à partir de tous les territoires où se trouvaient des Serbes, même si le nombre était faible, par l’expulsion forcé et des massacres de civils non Serbes.

Pendant la deuxième guerre mondiale des atrocités étaient commises et par les autres ethniques engagées dans le conflit en Yougoslavie, mais les Bosniaques musulmanes étaient victimes et des Tchetniks et de l’Oustachis.

Les plus grands massacres commis par les Tchetniks ont eu lieu dans l'est de la Bosnie (la frontière avec la Serbie)[4].

Une directive datée du 20 décembre 1941, adressée au capitaine Pavle Đurišić, décrivait, entre autres, le nettoyage des populations non serbes afin de créer une Grande Serbie[2]:

- La lutte pour la liberté de toute notre nation sous le sceptre de Sa Majesté le Roi Pierre II;

- La création d'une Grande Yougoslavie et en son sein d'une Grande Serbie qui doit être ethniquement pure et doit inclure la Serbie, le Monténégro, la Bosnie-Herzégovine, Srem, le Banat et Bačka;

- La lutte pour l'inclusion en Yougoslavie de tous les territoires slovènes encore non libérés sous les Italiens et les Allemands (Trieste, Gorizia, Istrie et Carinthie) ainsi que la Bulgarie et le nord de l'Albanie avec Skadar;

- Le nettoyage du territoire national de toutes les minorités nationales et des éléments a-nationaux;

- La création de frontières contiguës entre la Serbie et le Monténégro, ainsi qu'entre la Serbie et la Slovénie en nettoyant la population musulmane de Sandžak et les populations musulmanes et croates de Bosnie-Herzégovine.


Le quartier général de Mihailović a envoyé de nouvelles instructions au commandant de la deuxième brigade tchetniks de Sarajevo pour clarifier l'objectif: "Il devrait être clair pour tout le monde qu'après la guerre ou lorsque le moment sera venu, nous terminerons notre tâche et que personne, sauf les Serbes sera laissé sur les terres serbes. Expliquez cela à (notre) peuple et assurez-vous qu'il en fasse sa priorité. "[5]

Les Tchetniks ont systématiquement massacré des musulmans dans les villages Srebrenica,Višegrad, Goražde et Foča qu'ils ont capturés.

Le 5 décembre 1941, les Tchetniks ont reçu la ville de Foča des Italiens et ont procédé au massacre d'environ cinq cents musulmans[6]. De nouveaux massacres contre les musulmans dans la région de Foča ont eu lieu en août 1942. Au total, plus de deux mille personnes ont été tuées à Foča[2].


Pendant la Seconde Guerre mondiale, les populations serbes subissent les exactions de la part des oustachis croates et des forces musulmanes bosniaques. En retour, les Tchetniks exercent des représailles contre les populations musulmanes. Plus de 2 000 hommes sont ainsi égorgés à Foča[7].

Selon la déclaration du commandement suprême Tchetnik du 24. février 1943, il s'agit de contre-mesures prises contre les activités agressives des musulmans; cependant, toutes les circonstances montrent que ces massacres ont été commis conformément à la mise en œuvre de la directive du 20 décembre 1941[2].

Dans le rapport envoyé par Đurišić en date du 13 février 1943, il a indiqué que: "Les Tchetniks ont tué environ 1200 combattants musulmans et environ 8000 personnes âgées, femmes et enfants; les pertes Tchetniks au cours de l'action ont fait 22 morts et 32 blessés". Il a ajouté que "pendant l'opération, la destruction totale des habitants musulmans a été effectuée sans distinction de sexe et d'âge"[4]. Le nombre total de morts dans les opérations anti-musulmanes entre janvier et février 1943 est estimé à 10 000[2].


La municipalité de Foča fut également le théâtre de la bataille de la Sutjeska, opposant les Partisans communistes de Tito et les forces nazies ; près du village de Tjentište, un mémorial est érigé en l'honneur des Partisans morts au cours de cette bataille (mai-juin 1943)[8].


Pour le génocide commis par le serbes sur les populations Bosniaques musulmanes en deuxième guerre mondiale, personne n’étaient pas inculpé, et les massacres se répètent.

Pendant la guerre en Bosnie (1992-1995), l’idéologie de Grande Serbie réapparait[9],[10]. La nettoyage éthique est lancée par les forces serbes composées de l’Armée populaire yougoslave (la « JNA »), de la Défense territoriale (TO) de la police serbe, et de diverses formations paramilitaires[11].

Au début d’avril 1992, les forces serbes ont mené une attaque généralisée contre des civils bosniaques dans l’est de la Bosnie (la frontière avec la Serbie) où la population était majoritairement composée de Musulmans de Bosnie. Les municipalités de Foča, Gacko et Kalinovik. Après que les villages environnants, et Foča sont tombés dans les mains de serbes, l’armée, la police, et les formations paramilitaires sont systématiquement pillées, brûlées les maisons de Bosniaques ,et les citoyens arrêtés ou rassemblés en un seul endroit et parfois pendant le processus, battu ou tué. Une vaste campagne de destruction, meurtre et terrorisassions est mené à l’encontre des non-Serbes[12].

Des femmes musulmanes ont été séparées des hommes, détenues en différents lieux et systématiquement soumises à des viols collectifs, et la torture. Certaines, dont des filles de seulement 12 ou 13 ans, ont été réduites en esclavage durant des mois dans des maisons privées, où elles ont été brutalement battues et soumises à des violences sexuelles, dont des viols et des viols collectifs[13],[11],[14],[15],[16],[17],[18].


Le Foča ethnic cleansing (en) (1992-1994)pratiqué par les serbes, a causé 1 707 personnes tuées ou disparues, dont 1513 civils Bosniaques et 155 civils Serbes. Treize mosquées sont détruites, et 22 500 musulmans se réfugiés à Rožaje (Monténégro). Les serbes, responsables, sont condamnés par le Tribunal pénal international pour l'ex-Yougoslavie et des tribunaux nationaux.

En 1994, sur la décision de l'Assemblée de la République serbe de Bosnie, le nom a été changé en Srbinje (zone serbe) et ceci jusqu'au 2004 quand la Cour constitutionnelle de Bosnie-Herzégovine a déclaré ce changement inconstitutionnel.

XXIe siècleModifier

Environ 300 Serbes de Bosnie de Foca ont empêché des membres de l'Association «Femmes - victimes de la guerre» de sortir une plaque commémorative sur le bâtiment «Partisan» à Foca, où des femmes bosniaques ont été détenues capturées et violées au début de la guerre. La population serbe locale et les représentants de l'Association des prisonniers de guerre de RS ont opposé une résistance. Impossible de s'approcher du bâtiment, l'association a laissé la plaque à l'endroit le plus proche. Cependant, des représentants de l'Association des prisonniers de guerre de RS ont emporté la plaque avec eux, déclarant qu'ils la renverraient par la poste[19].

Retours, reconstructions, mémoires...

LocalitésModifier

 
Localisation de la municipalité de Foča en Bosnie-Herzégovine

La municipalité de Foča compte 101 localités :

DémographieModifier

Ville intra murosModifier

Évolution historique de la population dans la ville intra murosModifier

Évolution démographique
1948 1953 1961 1971 1981 1991 2013
---9 25711 530[20]14 335[21]12 334[1]
Évolution de la population
 

Répartition de la population par nationalités dans la ville intra muros (1991)Modifier

Nationalité Nombre %
Serbes 7 901 55,11
Musulmans 5 526 38,54
Yougoslaves 312 2,17
Croates 74 0,51
Inconnus/Autres 522 3,67[20]

MunicipalitéModifier

Évolution historique de la population dans la municipalitéModifier

Évolution démographique
1971 1981 1991 2013
48 74144 66140 51319 811

Répartition de la population dans la municipalité (1991)Modifier

En 1991, sur un total de 40 513 habitants, la population se répartissait de la manière suivante[22] :

Nationalité Nombre %
Musulmans 20 790 51,31
Serbes 18 315 45,20
Yougoslaves 463 1,14
Croates 94 0,23
Inconnus/Autres 851 2,12

ReligionsModifier

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

PolitiqueModifier

À la suite des élections locales de 2012, les 25 sièges de l'assemblée municipale se répartissaient de la manière suivante[23] :

Parti Sièges
Alliance des sociaux-démocrates indépendants (SNSD) 6
Parti démocratique serbe (SDS) 5
Nouveau parti socialiste (NSP) 5
Parti du progrès démocratique (PDP) 3
Alliance démocratique nationale (DNS) 2
Parti d'action démocratique (SDA) 1
Radicalement pour le peuple (SRS RS-NDS) 1
Parti progressiste serbe (SNS) 1
Parti socialiste (SP) 1

Radislav Mašić, membre du Parti démocratique serbe (SDS), a été élu maire de la municipalité[24],[25].

CultureModifier

Il existe (ou a existé récemment) un théâtre national (bâtiment), et une troupe de théâtre étudiant dans la ville.

SportModifier

ÉducationModifier

ÉconomieModifier

TourismeModifier

 
La Tour de l'horloge à Foča

PersonnalitésModifier

Coopération internationaleModifier

Notes et référencesModifier

  1. a et b (sr + en) « Census of population - Preliminary results » [PDF], sur http://www2.rzs.rs.ba, Institut de statistiques de la République serbe de Bosnie (consulté le 11 septembre 2014)
  2. a b c d et e Tomasevich, Jozo, War and Revolution in Yugoslavia, 1941–1945: The Chetniks., Stanford University Press (ISBN 978-0-8047-0857-9), p170 p 256-261
  3. DEDIJER, Vladimir i MILETIĆ, Antun, Genocid nad muslimanima, 1941-1945: zbornik dokumenata i svjedočenja, Sarajevo: Svjetlost, (ISBN 8601015255), p XXVI
  4. a et b Hoare, Marko Attila, Genocide and Resistance in Hitler's Bosnia: The Partisans and the Chetniks 1941–1943., New York, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-726380-8), p143
  5. Cigar, Norman, Genocide in Bosnia: The Policy of "Ethnic Cleansing", University of Minnesota Press, (ISBN 978-1-58544-004-7), p19
  6. Hoare, Marko Attila, Genocide and Resistance in Hitler's Bosnia: The Partisans and the Chetniks 1941–1943, Oxford University Press, (ISBN 978-0-19-726380-8), p145
  7. (en) Stephen A Hart, « Partisans: War in the Balkans 1941 - 1945 », sur http://www.bbc.co.uk, (consulté le 12 octobre 2008)
  8. (bs) « NP Sutjeska », sur http://pdbjelasnica.ba (consulté le 12 octobre 2008)
  9. « ICTY –Casse / «PRIJEDOR» (IT-94-1) Duško Tadić p4 »
  10. « Final Report of the Commission of Expert s Established Pursuant to Security Council Resolution 780 (1992)," UN Security Council document S/674,May 27, 1994 P.33 »
  11. a et b « HAGUE JUSTICE JOURNAL I JOURNAL /Volume 2 / Numéro 3 / 2007_ Les « camps de viol » de Foča »
  12. « ICTY-FACTS ABOUT FOČA »
  13. « VIOL COLLECTIF, TORTURE ET REDUCTION EN ESCLAVAGE DE FEMMES MUSULMANES: POUR LA PREMIERE FOIS LE TPIY ETABLIT UN ACTE D’ACCUSATION PORTANT EXCLUSIVEMENT SUR DES CRIMES SEXUELS »
  14. « Bosnie-Herzégovine : Protéger les témoins de viols en temps de guerre »
  15. « A Foca, de très tranquilles tortionnaires serbes »
  16. « ICTY-Rapprochement avec les communautés locales - Foča, Bosnie-Herzégovine »
  17. « ICTY-« FOČA » (IT-96-23 et 23/1) KUNARAC, KOVAČ ET VUKOVIĆ »
  18. « Viols en Bosnie, un «crime contre l'humanité» »
  19. « "Bosnian Serbs reject rape plaque". BBC News. 1 October 2004. »
  20. a et b (bs + hr + sr) « Composition nationale de la population - Résultats de la République par municipalités et localités », Bulletin statistique, Sarajevo, Publication de l'Institut national de statistique de Bosnie-Herzégovine, no 234,‎ .
  21. (sr) « Population 1991 », sur http://pop-stat.mashke.org (consulté le 2 septembre 2014)
  22. (bs + hr + sr) « Recensement par communautés locales (1991) » [PDF], sur http://www.fzs.ba, Bosnie-Herzégovine - Fédération de Bosnie-et-Herzégovine - Institut fédéral de statistiques (consulté le 4 août 2015)
  23. (sr) « Foča », sur http://www.izbori.ba (consulté le 11 septembre 2014)
  24. (bs) « Foča », sur http://www.izbori.ba (consulté le 11 septembre 2014)
  25. (sr) « Načelnik opštine », sur http://www.opstinafoca.rs.ba, Site de la municipalité de Foča (consulté le 11 septembre 2014)
  26. (en) « International cooperation of the city of Kragujevac », kragujevac.rs (consulté le 7 avril 9)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier