Flottille 16F

Flottille 16F
Image illustrative de l’article Flottille 16F
Insigne de la 16F

Création
Dissolution
Pays Drapeau de la France France
Allégeance Marine nationale
Branche Aéronautique navale
Type Reconnaissance
Garnison BAN Landivisiau
Couleurs Rouge et bleu
Mascotte Grue cendrée
Équipement Dassault Étendard IVP
Guerres Guerre d'Algérie
Guerre du Liban
Guerre de Bosnie-Herzégovine
Guerre du Kosovo
Décorations Croix de guerre des TOE
avec étoile d'argent


La flottille 16F est une unité de combat de l'aviation navale française créée le [1] et dissoute le .

HistoriqueModifier

Créée en 1955 à Hyères, la flottille 16F était équipée de chasseurs Aquilon avec lesquels elle participa aux opérations de maintien de l'ordre durant la guerre d'Algérie (son blason était alors un aigle, symbole de la Chasse).

La flottille est dissoute une première fois en 1964 avec le transfert des Aquilon à l'escadrille 59S[2], et recréée en mai de la même année, sous le commandement du CC Klotz, avec une nouvelle vocation  : la reconnaissance et photographie aérienne. Elle se voit doter d'étendard IVP. Elle sera basée à Istres, puis à Hyères, jusqu'en 1969, date à laquelle elle rejoint définitivement la BAN de Landivisiau.

C'est cette année qu'elle choisit pour symbole la grue cendrée, oiseau qui migre vers l'Afrique en Hiver. La pierre qu'elle tient dans sa patte droite symbolise la vigilance  : "Lorsque cette pierre tombe tandis que la grue somnole (afin de reprendre des forces), le bruit de la chute réveille la vigilance assoupie."

La flottille est engagée régulièrement avec le groupe aérien au Liban entre 1982 et 1984, lors des missions  OLIFANT.

Le , un étendard IVP s'écrase au décollage en bout de piste à Landivisiau, son pilote s'éjecte et est indemne.

La flottille participe au défilé du , sur les Champs Elysée.

Elle participe à l'opération Balbuzard en ex-Yougoslavie à partir de , jusqu'au , puis aux missions Salamandre et survole pour la première fois Sarajevo le .

Le , l'étendard IVP no 115 du CC Clary est victime d'un tir de missile infrarouge lors d'une mission au-dessus de Goražde. Le pilote ramène néanmoins l'avion fortement endommagé à bord du porte-avions Clemenceau.

Le , un étendard IVP de la flottille est victime d'un accident lors du catapultage, qui tombe devant l'étrave du Clemenceau. Son pilote est secouru par l'hélicoptère de sauvegarde Pedro.

Le , le « hold-back » d'un étendard IVP cède lors la mise plein gaz sur une catapulte du porte-avions Foch, obligeant le pilote à s'éjecter. Il est secouru par Pedro après avoir réussi à remonter à la surface.

Le , la 16F quitte la BAN Landivisiau sur alerte, et est engagée dans l'opération Trident au-dessus du Kosovo, jusqu'en .

BasesModifier

AppareilsModifier

CitationModifier

Le , la flottille 16F est citée à l'ordre de la flottille par le général d'armée Kelche avec attribution de la croix de guerre des théâtres d'opérations extérieurs avec étoile d'argent.

Notes et référencesModifier

  1. Dissoute le 1er avril 1964, réarmée le 1er mai 1964
  2. Navires et Histoire 110, octobre-novembre 2018, Frédéric Stahl, Du Richelieu au Redoutable, VIII, p. 35

Voir aussiModifier

Liens internesModifier

Liens externesModifier