Ouvrir le menu principal

Festival des arts de Chiraz-Persépolis

Festival d'arts de Chiraz-Persépolis en 1972.

Le festival des arts de Chiraz-Persépolis (en persan : جشن هنر شیراز) était un festival d'arts estival qui s'est déroulé chaque année pendant onze ans, de 1967 à 1977, dans la ville de Chiraz et ses alentours, dans la région Pars de l'Iran.

Représentation à Persépolis
Dernière affiche du festival

Sommaire

HistoriqueModifier

 
Compagnie de Peter Schumann au festival

En 1967, l'Iran cherche à rayonner internationalement. Le Shah Mohammed Reza Pahlavi investit alors dans la création d'un festival d'arts pour montrer au monde le prestige de la culture persane, notamment Achéménide, et ainsi induire un lien entre lui et Cyrus II[1]. Se crée alors le Festival des arts de Chiraz, dont l'idée du lieu aurait été induit par sa femme Farah Pahlavi, ancienne étudiante passionnée d'archéologie, aussi bien que parce que Chiraz est la ville des artistes en Iran[2].

A l'occasion de la célébration du 2 500e anniversaire de la fondation de l'empire perse (de mars 1971 à mars 1972), le Shah investit d'imposantes sommes pour une année de festivités, dont au festival de Shiraz qui devient central en termes d'arts.

Accompagné de débats et symposiums, le programme incluait musique, danse, théâtre et films d'un spectre large au niveau mondial. Ces performances se déroulaient dans plusieurs lieux de Shiraz et ses environs, incluant Persépolis, Naqsh-e Rostam, Hafezieh (la mausolée de Hafez), Bagh-e Delgosha, Narenjestan, le bazaar des avocats, le jardin Jahan-Nama, Saray-e Moshir et un hall de concert sur le campus de l'université de Shiraz. Il y a présenté des arts allant de traditionnels à avant-gardistes, ce qui a pu être considéré comme élitiste dans le contexte du pays.

Vers la moitié des années 1970, plusieurs artistes refusent de s'y représenter en opposition au régime authoritaire. Le festival sera pour la dernière fois présenté en 1977. En 1978, bien que la programmation fût complète, le festival sera annulé pour cause de tensions politiques et pour protéger les artistes, à l'aube de la révolution iranienne.

ThéâtreModifier

Le festival a notamment accueilli: Jerzy GrotowskiPeter Brook (qui y a créé Orghast), Tadeusz Kantor, Arby Ovanessian, Bijan Mofid, Davoud Rashidi, Peter SchumannParviz Sayyad, Andrei Șerban, Robert WilsonShūji Terayama, Andre Gregory, Ali NassirianVíctor García, Joseph Chaikin et Esma'il Khalaj.

 
Lotfi et Shajarian au festival
Ravi Shankar au festival

Dans le domaine traditionnel, des représentations de Tazieh, Kathakali, Bharata Natyam et No ont été données. Serumaga et le théâtre national d'Ouganda, Duro Lapido & le théâtre national du Nigeria, Pabuji Ki Phad ont été présentés parmi d'autres.

 
Concert au Hafezieh

MusiqueModifier

La musique traditionnelle persane y a été présentée notamment par Hassan KassaiJalil Shahnaz, Ahmad Ebadi, Faramarz Payvar, Ali-Asqar Bahari, Hossein Tehrani, Hossein Qavami et Abdolvahab Shahidi. Les jeunes maitres incluaient Hossein AlizadehDariush TalaiMohammad-Reza LotfiMajid KianiMohammad-Reza Shajarian et Parisaand Noureddin Razavi-Sarvestani.

 
Stockhausen au festival, 1972

Des musiciens classiques indiens ayant participé sont Vilayat KhanBismillah Khan, Sharan Rani, Pran Nath, Sundaram Balachander, Ravi ShankarRam Narayan, Chaurasia et Dagar.

D'autres musiques traditionnelles non-occidentales, certaines incluant la danse, furent présentées des pays suivants: Rwanda, Sénégal, Maroc, Algérie, Tunisie, Egypte, Turquie, Irak, Afghanistan, Pakistan, Népal, Bhoutan, Chine, Corée du Sud, Japon, Philippines, Vietnam et Indonésie .

Dans le domaine de la musique classique occidentale, Yehudi MenuhinChristian FerrasMartha ArgerichArthur Rubinstein et Yvonne Loriod y ont présenté concert ou récital. La Radio nationale iranienne et l'orchestre de chambre de la télévision étaient réguliers. D'autres participants furent Morteza Hannaneh et l'orchestre symphonique de Téhéran.

Venus d'occident, Gilbert Amy dirigea l'Orchestre du Domaine Musical, Bruno Maderna l'orchestre de l'ORTF ainsi que l'orchestre de résidence de la Hague .Iannis Xenakis y présenta en création "Persephassa" et "Persepolis". Bruno Maderna y créa "Austrhalung", basé sur des textes persans. Karlheinz Stockhausen y a été présenté une année. Krzysztof Penderecki y dirigea la symphonie polonaise nationale de la radio. Cathy Berberian, la Sinfonietta de Londres, le Melos Ensemble, Morton Feldman & the Creative Associates s'y produisirent ainsi que John Cage, the Juilliard String Quartet, the American Brass Quintet et Max Roach Quintet avec Abbey Lincoln et the Staple Singers.

DanseModifier

 
Maurice Béjart à Shiraz
 
Cunningham à Persépolis, 1972

Maurice Béjart y a notamment présenté plusieurs créations, ainsi que Merce Cunningham.

 
Farah Diba accueillant John Cage et Cunningham.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

BibliographieModifier

  1. (en) Kevin MacDonald, Frank Hung et Harriet Crawford, « Prehistory as Propaganda », Papers from the Institute of Archaeology, vol. 6, no 0,‎ (ISSN 2041-9015, DOI 10.5334/pia.82/, lire en ligne, consulté le 12 octobre 2017)
  2. Anne Audigier, « Shiraz-Persépolis : quand l'Iran accueillait un festival d'art », France Inter,‎ (lire en ligne, consulté le 8 octobre 2017)