Ouvrir le menu principal

Famine russe de 1601-1603
Image illustrative de l’article Famine russe de 1601-1603
Grande famine de 1601, gravure du XIXe siècle

Pays Drapeau de la Russie Russie
Victimes 2 millions de personnes

La famine russe de 1601–1603 est, proportionnellement, la pire famine ayant frappé la Russie en termes d'impact sur la population. En effet, elle aurait tué deux millions de personnes, soit un tiers de la population russe, lors de la période appelée Temps des Troubles, durant laquelle le pays est bouleversé sur le plan politique et doit faire face à une invasion par la République des Deux Nations. Le nombre élevé de morts a contribué à des perturbations sociales graves qui ont précipité la chute de Boris Godounov, le tsar élu durant l'interrègne. Cette famine est la conséquence de températures hivernales records à l'échelle mondiale et de récoltes catastrophiques, que des géologues ont rattachées en 2008 à l'éruption du volcan Huaynaputina au Pérou[1].

Sommaire

CausesModifier

Une étude menée en 2008 par Kenneth L. Verosub et Jake Lippman rend compte d'une famine mondiale après l'éruption du volcan péruvien Huaynaputina en 1600[2]. L'Huaynaputina aurait rejeté entre 16 et 32 millions de tonnes de particules dans l'atmosphère, notamment du dioxyde de soufre, ce qui a créé de l'acide sulfurique et engendré un hiver volcanique ; en conséquence, la quantité de rayonnement solaire atteignant la surface de la Terre a diminué (voir Albédo), ce qui aurait contribué à la rigueur des hivers, à la perte de récoltes et d'animaux, et à une famine désastreuse de par le globe. Par conséquent, bien des animaux ont été tués à mains nues pour leur fourrure[3],[4],[5].

Des données sur cette famine ont été récoltées de par le monde. Ainsi, les archives météorologiques de Suisse, de Lettonie et d'Estonie font part d'hivers exceptionnellement froids entre 1600 et 1602 ; en France, les vendanges de 1601 ont été tardives et en Allemagne et dans la vice-royauté du Pérou, la production de vin s'est effondrée. En Chine, les pêchers ont fleuri tard et au Japon, le lac Suwa a connu les dates de gel les plus avancées depuis 500 ans[3].

Nombre de mortsModifier

Durant cette période de deux ans et demi, 127 000 corps ont été enterrés dans des fosses communes pour la seule ville de Moscou. La sous-alimentation généralisée aurait tué deux millions de personnes en Russie, soit un tiers de la population[3].

Article connexeModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) Sid Perkins, « Disaster goes global: The eruption in 1600 of a seemingly quiet volcano in peru changed global climate and triggered famine as far away as Russia », Science News, vol. 174, no 5,‎ , p. 16-21 (ISSN 1943-0930, DOI 10.1002/scin.2008.5591740519).
  2. (en) Kenneth L. Verosub et Jake Lippman, « Global Impacts of the 1600 Eruption of Peru's Huaynaputina Volcano », Eos Transactions American Geophysical Union, vol. 89, no 15,‎ , p. 141-142 (DOI 10.1029/2008EO150001).
  3. a b et c (en) « 1600 Eruption Caused Global Disruption », Geology Times,‎ (lire en ligne, consulté le 23 novembre 2016).
  4. (en) Andrea Thompson, « Volcano in 1600 caused global disruption », sur MSNBC.com, (consulté le 23 novembre 2016).
  5. (en) Andy Fell, « The 1600 eruption of Huaynaputina in Peru caused global disruption », sur le site de l'University of California (Davis), (consulté le 23 novembre 2016).