Famille t'Kint

t'Kint
Image illustrative de l’article Famille t'Kint
Armes

Blasonnement "D'argent à la bande ondée de gueules accompagnée de dix billettes du même, cinq en chef posées 3, 2 et cinq en pointes posées 2, 3"
Branches de Roodenbeke
Période XIIIe siècle au XXIe siècle
Pays ou province d’origine Baardegem, Province de Flandre-Orientale
Allégeance Belgique
Demeures Château d'Ooidonk
Charges Échevin, bourgmestre, conseiller

La famille t'Kint, originaire de Baardegem, est une vieille famille bourgeoise et noble (XVIIIe siècle) de Bruxelles subsistante, issue des Lignages de Bruxelles.

Cette famille était particulièrement active au XVIIIe siècle dans le négoce de la laine et la fabrication de draps[1]. Au XIXe siècle, héritière de la manufacture de dentelles de la famille Van der Borcht, Anne-Marie Vander Borcht (1773-1829) épouse de Jacques-Dominique t'Kint s'associa avec sa sœur Marie Magdeleine Vander Borcht, épouse de Henri-Joseph Meeûs, pour poursuivre l'activité de cette brillante entreprise située rue des Dominicains.

Plusieurs de ses membres ont été doyens des corporations ou ont exercé des charges publiques de conseiller ou second bourgmestre en tant que membres des Nations de Bruxelles, ou d'échevin en tant que membre des Lignages de Bruxelles.

Les t'Kint descendent du lignage de Bruxelles Roodenbeke par le mariage de Jean t'Kint (+ 1486) avec Catherine van der Meeren, issue du lignage Roodenbeke.

Certains d'entre eux ont été admis au sein des Lignages de Bruxelles et ont été anoblis dès le XVIIIe siècle.

À cette famille appartiennent :

AlliancesModifier

RéférencesModifier

  1. Roger De Peuter, Brussel in de achttiende eeuw, Bruxelles, VUB Presse, 1999, passim, voir index. Étienne (Steven ou Stéphane) t'Kint (1657-1719), bourgmestre de Bruxelles hors les Nations, était un important négociant et fabricant de draps, " innegesetene coopman van laeckenen binnen dese stadt " (p. 268)

Articles connexesModifier