Ouvrir le menu principal

Famille Guadet

ancienne grande famille française
Elie Guadet

Les Guadet[1], vieille famille de Saint-Émilion, semble s'être éteinte dans les années 1990. Le plus célèbre de ses membres, Élie Guadet[2] le Girondin, était déjà le descendant de maires et jurats, d'une famille connue dans l'Aquitaine, depuis le XVIe siècle.

Notaires ou avocats, ils étaient aussi des bourgeois propriétaires de vignes[3] des mieux situées (domaine saint-julien et domaine Grâce-dieu).

Sommaire

Joseph Guadet, un historien au service de la familleModifier

L'historien de la famille[4], Joseph Guadet, aura à cœur, au XIXe siècle, de restaurer l'histoire et faire connaître la vie tant de Saint-Émilion que de ses ancêtres et de leurs amis girondins. Les alliances, Azaïs, Marie, Carnot, le rôle de Julien et Paul ne permettaient pas de prévoir l'extinction des derniers représentants dans l'indifférence, en banlieue parisienne, à Coulommiers.

Joseph Guadet, neveu du Girondin, épouse Élisabeth Julie, la fille du philosophe Pierre Hyacinthe Azaïs et la petite-fille du musicien Hyacinthe Azaïs [2].

L'ascendance de Joseph Guadet et Élisabeth AzaïsModifier

  • Jean Julien Guadet, dit Saint Julien (Saint-Émilion 1757-1823), est le père de Joseph ; fut maire de Saint-Émilion après son retour de Saint-Domingue en 1795 au grade de lieutenant-colonel et où il avait été missionné en juillet 1792.
  • son oncle, Jean Baptiste Saint-Brice Guadet, est condamné à mort en 1794 à Bordeaux.

La descendance de Joseph Guadet et Élisabeth AzaïsModifier

  • Hyacinthe Azaïs Guadet (Paris 9 novembre 1832 - 4 mai 1915), ancien receveur des finances, a adressé à l'académie de Bordeaux plusieurs travaux littéraires ; marié à Berthe Menier
  • Julien Guadet (1834-1908), architecte professeur à l'école des Beaux-Arts. Épouse Élisabeth Olympe Marie (fille du ministre Thomas Marie en 1848) dont :
    • Paul Guadet (1873-1931), architecte, professeur à l'école des Beaux-Arts.
    • Émile Guadet[5] (1874 - 1950), polytechnicien, directeur de la Revue d'optique
    • Madeleine Guadet (1876-1965), épouse en 1910 Paul Carnot (1869-1957), neveu de Sadi Carnot, arrière-petit-fils de Lazare Carnot, médecin avenue Élisée-Reclus
    • Azaïs Guadet ;
    • Joseph Guadet ;
    • Jules Azaïs Guadet, architecte à Coulommiers. Marié à Marie Anne Marmottin, fille de Jules Marmottin (1843-1904); ils auront trois fils Michel-Jules, Jean et André (mort pour la France à Compiègne en 1940).
    • Julien Paul Marie Guadet[6], né le 18 juin 1886 à Paris (5e arrondissement), mort le 8 octobre 1960 à Biskra, élève de l'école normale supérieure, professeur de mathématiques au lycée de Pontivy en 1910[7], et Hoche de Versailles. Secrétaire en 1932 de la fédération espérantiste universitaire. Résistant du réseau Ceux de la Libération sous le nom de Hyacinthe Azaïs, fut délégué à l'Assemblée provisoire d'Alger[8].

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • L'arbre de Joseph Guadet, Bulletin de la Soc. d'histoire et d'archéologie, Saint-Émilion 1989 Num XIX
  • Statistique générale du département de la Gironde, tome 3 Biographie, Feret et fils Bordeaux 1889
  • Jean-Chrétien Ferdinand Hoefer, Nouvelle biographie générale depuis les temps les plus reculés jusqu'à nos jours, Paris, Firmin Didot frères, 1858
  • Dr Pierre Bertin-Roulleau La Fin des Girondins - Histoire des derniers Girondins, après leur proscription, dans la Gironde. Septembre 1793 - juin 1794

Notes et référencesModifier

  1. (prononcer gadè d'après une contribution de Paul Guadet)
  2. Biographie d'Élie Guadet.
  3. Château Guadet
  4. Les Girondins par Joseph Guadet
  5. « Cote LH/1213/43 », base Léonore, ministère français de la Culture.
  6. Acte de naissance n° 1515.
  7. Ouest-Éclair, 16/7/1914
  8. [1].

Liens externesModifier