Fédération de Damanhur

La Fédération de Damanhur, plus simplement dénommée Damanhur, est un éco-village[1],[2] et une communauté spirituelle établie sur le territoire de la commune italienne de Vidracco, dans la province de Turin, dans la région du Piémont dans le nord de l'Italie, à environ 50 km au nord de la ville de Turin. Ce « village », composé d'une vingtaine de hameaux répartis sur 520 hectares, est localisé aux pieds des Alpes dans la vallée de Valchiusella, bordée par le Parc national du Grand-Paradis. Comme de nombreux éco-villages, la communauté possède sa propre constitution. Un système d'échange local est établi, basé sur une monnaie : le credito[3]. La fédération de Damanhur possède des centres en Europe, en Amérique, et au Japon[4].

Panneau d'identification de l'entrée de la communauté

HistoireModifier

La communauté fut fondée en 1976 et inaugurée en 1979 par Oberto Airaudi[5], un agent d'assurance et artiste italien né en 1950. Elle comptait au départ 24 membres et la population a augmenté depuis, jusqu'à atteindre 800 habitants en l'an 2000.

La fédération a le soutien du maire qui est membre de cette communauté[6] et aussi de certains membres dans des partis locaux[7],[8].

SpiritualitéModifier

 
Temple de l'humanité

Les Damanhuriens se sont fédérés autour de croyances New Age et issues de la théosophie[5].

Damanhur s'est rendue célèbre en 1992 par la révélation de l'excavation secrète d'un temple souterrain assez étendu : le temple de l'humanité. Le Temple, dédié à des idées et valeurs et pas à un Dieu, est constitué de 7 salles monumentales reliées par des souterrains. Les salles portent des noms tels que "Salle des métaux", "Galerie des Miroirs", "Le Labyrinthe". La construction de ce complexe avait commencé en 1978 dans le secret le plus total. Les autorités italiennes ont ordonné la démolition de l'ouvrage car il avait été bâti sans permis de construire. Cependant, sous l'insistance des Damanhuristes, la demande a par la suite été annulée. Le site et ses habitants étant très ouverts aux visites et rencontre, les partisans de Damanhur affirment que l'activité de la communauté a revitalisé la région.

Le nom du village fut choisi en référence à l'ancienne cité égyptienne de Damanhur. Dans cette ville antique se trouvait un temple dédié à Horus.

Vie à DamanhurModifier

Les citoyens sont réparties en 4 catégories, en fonction de leur désir d'investissement et d'implication : A, B, C, D.

Les citoyens de classe A partagent leurs ressources et vivent à plein temps sur le site. Les citoyens de classe B contribuent financièrement et viennent au moins 3 jours par semaine sur le site. Les citoyens de classe C et D peuvent résider partout ailleurs et participent à des degrés divers aux activités de la fédération.

Le citoyen participe selon sa nature profonde et personnelle à un des chemins-parcours qui désignent les activités de Damanhur. On y trouve, entre nombreuses autres, la voie de la Santé, la voie des Arts et Métiers, la voie du Chevalier, la voie du Moine.

 
Vue aérienne d'une partie de la propriété de la Fédération de Damanhur, à Baldissero Canavese en Italie

La plupart des damanhuriens vivent dans des résidences regroupant 10 à 20 personnes, chaque résidence ayant son fonctionnement autonome. L'ensemble des résidences et hameaux constituant la fédération.

Le mariage fonctionne sur la base d'un engagement renouvelable. Les conceptions sont planifiées.

PolémiquesModifier

Le lieu n'est pas sans polémique. Le créateur a lui même été poursuivi de son vivant pour fraude fiscale[4]. La fédération a elle aussi déjà été dans les tribunaux pour des affaires d'argent (des cotisations de sécurité sociale impayés ou encore des problèmes fiscaux[4]).

Des anciens membres dénoncent des pratiques sectaires[9],[10] ou encore des abus psychologiques et physiques[11].

BibliographieModifier

  • (en) Jeff Merrifield, Damanhur : The Real Dream, Londres, Thorsons, .
  • (en) Jeff Merrifield, Damanhur : The Story of the Extraordinary Italian Artistic Community, Santa Cruz, Hanford Mead Publishers, .
  • (en) Esperide Ananas, Damanhur : Temples of Humankind, New York, CoSM Press, .
  • Ross Robertson, 2007 Atlantis in the Mountains of Italy, « What Is Enlightenment ? » no.36, April-June 2007, p. 94–110.

RéférencesModifier

  1. (en) « Damanhur Federation », sur Global Ecovillage Network, (consulté le 29 janvier 2021)
  2. (it) « Ecovillaggi Torino - FEDERAZIONE DI COMUNITA' DI DAMANHUR », sur www.terranuova.it (consulté le 29 janvier 2021)
  3. (it) Mario Cardano et Nicola Pannofino, Piccole apostasie: il congedo dai nuovi movimenti religiosi, Il mulino, (ISBN 978-88-15-25867-0)
  4. a b et c (it) « Damanhur, si tratta di una setta o di una comunità? », sur Mole24 (consulté le 28 janvier 2021)
  5. a et b New religious movements: challenge and response par Bryan R. Wilson, pp. 184 - 193
  6. (it) « VIDRACCO. I Damanhur si ripresentano con Antonio Bernini », sur Giornale La Voce, (consulté le 28 janvier 2021)
  7. « Giada Meschinelli - Comune di Vidracco », sur www.comune.vidracco.to.it (consulté le 28 janvier 2021)
  8. (it) « Federazione di Damanhur », dans Wikipedia, (lire en ligne)
  9. (it) il Resto del Carlino, « L'ex moglie contro la setta "Si sono infilati nelle nostre vite" », sur il Resto del Carlino (consulté le 28 janvier 2021)
  10. (it) « Sette e santoni crescono, le istituzioni tacciono », sur l'Espresso, (consulté le 28 janvier 2021)
  11. https://web.archive.org/web/20130304074012/http://www.infotdgeova.it/leggi/camera.php

Liens externesModifier