Fèves au lard

Spécialité culinaire québécoise

Les fèves au lard, bines (de l'anglais bean) ou haricots au lard[1], est un plat québécois de la cuisine traditionnelle paysanne des pionniers, trappeurs, « coureurs des bois », « voyageurs », faite de haricots (et non de fèves au sens français) et de morceaux de lard, assaisonnés généralement avec de la mélasse ou du sirop d'érable et à cuisson lente au four. De nos jours, elles sont tout particulièrement mangées au déjeuner (équivalent du petit déjeuner français) et dans les cabanes à sucre du Québec.

Plusieurs établissements nommés « bineries » sont réputées pour faire des fèves au lard leur spécialité. L'un des rares restaurants portant encore cette appellation nom est La Binerie Mont-Royal, à Montréal.

Ce plat appartient au cycle bostonnais de l'histoire de la cuisine québécoise, c'est-à-dire que le plat dans sa forme actuelle est issu du contact avec la Nouvelle-Angleterre du début du XIXe siècle[2], plus précisément des Boston baked beans (en). On utilise dans la préparation un haricot rond blanc sec de petite taille, originaire de la Nouvelle-Angleterre (navy bean en anglais), qui a fini par remplacer la gourgane dans la cuisine québécoise commune.


Notes et référencesModifier

  1. « haricots au lard - fiche terminologique », sur Travaux publics et Services gouvernementaux Canada (consulté le 15 décembre 2018)
  2. Jean-Marie Francœur, Genèse de la cuisine québécoise. À travers ses grandes et ses petites histoires, Montréal, Fides, 2011, 608 p. (ISBN 978-2762130294), p. 349-356.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier